jeudi , 23 mai 2019
Accueil / Mots-clefs Archives : La Justice Militaire blanchit Katumbi

Mots-clefs Archives : La Justice Militaire blanchit Katumbi

mai, 2019

  • 6 mai

    RDC : Katumbi est toujours dans le collimateur de la justice congolaise ?

    Ça chuchote très bruyamment dans les milieux judiciaires en République démocratique du Congo (RDC), sur l’Affaire Moïse Katumbi. A savoir les maisons  » expropriées  » de la famille Stoupis, sujet d’origine grecque à Lubumbashi et le recrutement présumé de mercenaires pour porter atteinte à la sûreté nationale. Selon des sources proches du dossier, cette affaire avait été scindée en deux. D’une part, l’aspect militaire et, de l’autre, le côté civil. Le premier, apprend-on, était acheminé à l’Auditorat militaire, alors que l’aspect civil est resté au niveau du Parquet. Cependant, il s’avère que l’aspect militaire aurait déjà été classé sans suite. …

  • 5 mai

    Retour de Katumbi : Douche froide pour le FCC de « Kabila »

    Moise KATUMBI CHAPWE - politicien, businessman et président du Tout-Puissant Mazembe.

    Dernière mise à jour, le 8 mai 2019 à 09:23 Douche froide pour le FCC qui a multiplié des procès montés de toutes pièces contre Moïse Katumbi Chapwe, aux fins de l’écarter de la course présidentielle. L’avènement de Félix Tshisekedi à la présidence de la République a permis de révéler enfin la face cachée de tous ces montages judiciaires grossiers basés sur des motivations politiques. Quelle que soit la longueur de la nuit, dit-on, le jour finit toujours par poindre. C’est le moins que l’on puisse dire s’agissant de Katumbi. Après l’arrêt de la Cour de cassation le relaxant dans …

  • 5 mai

    Affaire Katumbi : Thambwe MWAMBA doit présenter ses excuses au peuple congolais

    La justice vient de faire son travail. Toutes les charges judiciaires retenues contre le leader de « Ensemble pour le changement », Moïse Katumbi, sont tombées. La justice congolaise a prouvé à la face du monde qu’elle a été inféodée et instrumentalisée par le régime Kabila. Condamné injustement à trois ans de prison ferme, Moïse Katumbi a été intentionnellement empêché de matérialiser ses ambitions politiques. Sa candidature à la présidence de la République aux élections du 28 décembre n’a même pas été réceptionnée par la Commission électorale nationale indépendante (CENI). La haute cour vient de corriger la grosse bêtise commise …