vendredi , 18 octobre 2019
Accueil / Mots-clefs Archives : Aung San Suu Kyi a tolérée le génocide des rohingyas

Mots-clefs Archives : Aung San Suu Kyi a tolérée le génocide des rohingyas

septembre, 2018

  • 6 septembre

    Aung San Suu Kyi : Prix Nobel de la Paix ou Génocidaire ?

    La Prix Nobel de la Paix Aung San Suu Kyi, à la tête du gouvernement civil birman, aurait dû démissionner en signe de protestation contre le nettoyage ethnique des Rohingyas musulmans par l’armée, a critiqué jeudi le haut-commissaire des Nations unies aux droits de l’Homme, Zeid Ra’ad Al Hussein. « Elle aurait pu ne rien dire, ou encore mieux, démissionner », a déclaré Zeid Ra’ad Al Hussein dans un entretien à la BBC. Aung San Suu Kyi a en effet défendu depuis plus d’un an l’armée birmane dans cette crise et dénoncé un « iceberg de désinformation » dans les médias internationaux sur le …

  • 3 septembre

    Génocide en Birmanie : Retirer le prix Nobel à Aung San Suu Kyi

    Le comité Nobel norvégien a exclu mercredi de retirer le Nobel de la paix à Aung San Suu Kyi, mise en cause par un rapport explosif de l’ONU sur la Birmanie, ses statuts ne prévoyant pas une telle possibilité. Dans un rapport accusant l’armée birmane de « génocide » publié lundi, des enquêteurs de l’ONU déplorent qu’Aung San Suu Kyi, chef de facto du gouvernement birman, n’ait pas notamment utilisé son « autorité morale » dans la crise. « Il n’est pas question pour le comité Nobel de retirer un prix de la paix », a déclaré à l’AFP le secrétaire du comité, Olav Njølstad. « Les …

août, 2018

  • 30 août

    Génocide des rohingyas : Quid d’Aung San Suu Kyi ?

    Des enquêteurs de l’ONU ont demandé lundi la démission du chef de l’armée birmane et sa traduction devant la justice internationale pour « génocide », « crimes contre l’humanité » et « crimes de guerre » à l’encontre des musulmans rohingyas. D’après les enquêteurs de l’ONU, la dirigeante birmane Aung San Suu Kyi, prix Nobel de la Paix, « n’a pas utilisé sa position de facto de chef du gouvernement, ni son autorité morale, pour contrer ou empêcher le déroulement des événements dans l’Etat Rakhine ». « Par leurs actes et leurs omissions, les autorités civiles ont contribué à la commission de crimes atroces », ont-ils estimé. Il est fort …