lundi , 17 décembre 2018
Accueil / Mots-clefs Archives : Attaque terroriste Ouagadougou

Mots-clefs Archives : Attaque terroriste Ouagadougou

mars, 2018

  • 9 mars

    Attaque de GSIM : Hommage national aux victimes des attaques de Ouagadougou

    Le Burkina Faso a rendu mercredi un hommage national aux huit militaires tués dans les attentats de Ouagadougou. Les huit militaires, dont les cercueils alignés étaient recouverts du drapeau national, ont été décorés à titre posthume, devant une assistance silencieuse à l’émotion contenue. Une bonne partie du gouvernement burkinabè a assisté à l’hommage qui a duré une heure, dont les ministres de la Sécurité Clément Sawadogo et de la Défense Jean-Claude Bouda. Le chef d’état-major général des armées Oumarou Sadou était présent ainsi que l’ambassadeur de France, Xavier Lapeyre de Cabanes. Les militaires défunts ont ensuite été inhumés au cimetière …

  • 7 mars

    GSIM : Le nouveau visage d’Al-Qaïda en Afrique

    Le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), qui a revendiqué ce weekend les attaques de Ouagadougou « en réponse » à la traque que lui mène la France, est une organisation jihadiste regroupant depuis tout juste un an plusieurs entités XXX du Sahel liés à Al-Qaïda. Cette nouvelle organisation est née de la fusion, annoncée le 2 mars 2017, des groupes Ansar Dine du jihadiste malien Iyad Ag Ghaly, Al-Mourabitoune de l’Algérien Mokhtar Belmokhtar et L’Emirat du Sahara, une branche d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Il est dirigé par Iyad Ag Ghaly, dont le mouvement Ansar Dine a fait …

  • 6 mars

    Attaque de Ouaga : La complicité de l’armée se confirme et précise

    Un jihadiste présumé soupçonné d’avoir joué un role clé était entendu par la justice du Burkina Faso qui soupçonne des complicités dans l’armée. L’homme dont la nationalité n’a pas été révélée a été arrêté vendredi dans les heures qui ont suivi les attaques coordonnées contre l’état-major des armées burkinabè et l’ambassade de France à Ouagadougou. Les attaques ont fait sept morts parmi les forces de sécurité, selon un dernier bilan. Les autorités ont de « très forts soupçons » qu’il y ait « des infiltrés dans l’armée » qui ont renseigné les jihadistes pour l’attaque de l’état-major, a ajouté la source burkinabè. « Ils avaient …

  • 4 mars

    Attaque à Ouaga : La France doit quitter le Mali ?

    Dernière mise à jour, le 7 mars 2018 à 07:10 Les jihadistes du Groupe pour le soutien de l’islam et des musulmans (GSIM) ont revendiqué samedi soir les attaques de Ouagadougou qui ont fait huit morts parmi les forces de l’ordre, affirmant avoir agi en représailles à une opération française au Mali. Le groupe dirigé par le Touareg malien Iyad Ag Ghaly a mené ces attaques contre l’état-major des forces armées du Burkina Faso et l’ambassade de France à Ouagadougou « en réponse à la mort de plusieurs de ses dirigeants dans un raid de l’armée française dans le nord du …

  • 4 mars

    Attaque : Peur sur Ouaga

     » L’état-major général est le lieu le plus sécurisé, en plein centre de Ouaga », s’exclame un marchand, Ablassé Ouédraogo, visiblement choqué. Depuis son magasin, il a assisté à l’attaque la veille en plein centre de la capitale du Burkina, reconnaissant avoir eu très « peur ». Comme d’autres vendeurs ouagalais, il n’a pas rouvert sa boutique, mais il est venu voir la situation, visiblement encore secoué. « C’était la panique hier (vendredi), les gens couraient dans tous les sens dans la ville, cherchaient à rentrer chez eux. Les magasins fermaient, les écoles aussi », raconte Sayouba Ouedraogo, un chauffeur de 36 ans. Des voleurs …

  • 3 mars

    Ouaga : GSIM revendique

    Le Groupe pour le soutien de l’islam et des musulmans (GSIM) a revendiqué samedi soir les attaques de Ouagadougou, affirmant avoir agi en représailles à une opération française au Mali, dans un message parvenu samedi à l’agence privée mauritanienne « Al Akhbar ». Le groupe dirigé par le Touareg malien Iyad Ag Ghaly a mené ces attaques « en réponse à la mort de plusieurs de ses dirigeants dans un raid de l’armée française dans le nord du Mali il y a deux semaines », selon cette source. Huit membres des forces de l’ordre burkinabè ont été tués -deux gendarmes devant l’ambassade de France …