samedi , 23 mai 2020
Accueil / Afrique / RDC : Qu’attend Fatshi pour prendre la mesure du Covid-19 en débloquant des moyens financiers conséquents

RDC : Qu’attend Fatshi pour prendre la mesure du Covid-19 en débloquant des moyens financiers conséquents

Le flou qui règne en Rdc quant à la riposte qu’il faut apporter au covid-19 inquiète bien les congolais. Cette défaillance est symptomatique du système politique congolais qui manque de volonté politique, du patriotisme pour trouver des réponses urgentes et adéquates aux problèmes du développement, d’épidémie. Cette image est bien terrifiante et donne le tournis à tous ceux qui veulent que des dirigeants responsables octroient des moyens financiers, ébauchent des stratégies de combat pour lutter contre le Covid-19 au lieu de tergiverser. Certes il est indéniable que la résonance médiatique faite suite à la pandémie demeure forte, mais il faut se garder de mesures asymétriques prises ailleurs, par contre savoir bien réfléchir sur des mesures d’accompagnement efficaces tenant compte des spécificités locales pour trouver des solutions rationnelles permettra de sauver beaucoup de vies.

Tout le monde connaît ou presque cette maxime : « Gouverner c’est prévoir ». Ce qui est grave, c’est l’état de sidération du gouverneur de la ville de Kinshasa de prendre une décision mal réfléchie qui exclut la rationalité, l’anticipation pour éviter le chaos. Décider du confinement de Kinshasa qui est une grande ville métropolitaine et névralgique, nécessite des mesures en amont et en aval. Comme nous ne cessons de le souligner, la classe politique congolaise est constituée des acteurs médiocres qui ne peuvent être à la hauteur de leurs responsabilités. Cet état d’impréparation ou d’approximation illustre le modus operandi du système en place. La Rdc ne doit plus continuer d’être la risée du monde.

Il faut reprendre la capacité de réagir rapidement. La réponse à la crise du covid-19 exige la dotation des moyens financiers importants afin d’équiper les hôpitaux chargés d’accueillir les malades, des respirateurs, des masques pour les professionnels de la santé se trouvant en première ligne du combat, de fournir des matériels de protection et de test de dépistage au moment où l’on veut décider du confinement de la population sans omettre les mesures d’accompagnement. La décision prise par le sulfureux gouverneur de Kinshasa illustre l’amateurisme politique voire-même la médiocrité. Qu’est-ce qui a été décidé comme mesures d’accompagnement en dehors des ressources financières que Tshisekedi devrait octroyer aux structures sanitaires pour recevoir les malades du covid-19? Au contraire c’est la population kinoise qui s’est retrouvée face à une flambée des prix sans conséquents. Les prix de certains produits de première nécessité ont doublé. Au marché Gambela, le prix d’un sac de farine de maïs est passé de 46.000 francs congolais à 70.000 Fc. Certaines personnes n’avaient pas retiré leurs salaires. D’autres disaient même : il vaut mieux mourir du coronavirus que de faim , c’est triste. Les kinois ont frôlé le chaos à cause des dirigeants qui tâtonnent dans la gestion du phénomène covid-19. La volte-face politique pour une décision importante impliquant la survie des gens suite à une pandémie qui gagne de vague n’a pas bonne réputation. Elle indique que les dirigeants n’ont pas pris la bonne décision. D’ailleurs le cardinal Fridolin Ambongo n’y est pas allé avec le dos de la cuillère pour stigmatiser cette volte-face du gouverneur de Kinshasa dans une décision irresponsable. La Lucha a critiqué le caractère brusque de cette décision sans mesures d’accompagnement.

Quelle que soit la décision du confinement de la commune de Gombe, il faut bien souligner que cette disposition partielle ressemble à un coup d’épée dans l’eau qui ne conduira pas aux résultats escomptés . Dans le cadre d’un confinement total de la ville, il faut mettre des mesures appropriées pour encadrer le confinement telles: la gratuité du transport des bus de l’état Transco pour le personnel de santé essentiel, la régulation de prix des denrées alimentaires ou biens de première nécessité , n’autoriser que les personnels travaillant dans de services tels que les banques, les hôpitaux , les grands marchés pour aller à leurs lieux de service… Confinez les kinois qui ne vivent qu’au jour le jour pendant deux ou cinq jours , il y aura des morts compte tenu du fort pourcentage de la précarité des gens et de la pauvreté dont le système est comptable.Il faut signaler que la majorité des congolais n’ont pas de salaires pour vivre pendant plus de quatre jours, triste réalité.

La seule rationalité qu’on puisse observer, c’est l’absence de volonté politique de l’écurie au pouvoir. La Rdc ne manque pas de moyens pour de se doter des matériels de test du covid-19 et de protection pour le personnel de la santé . Mais si nous ne faisons pas tout de suite de confinement bien réfléchi au regard de la complexité de la ville de Kin compte tenu de la pauvreté avancée des kinois, nous n’allons pas interrompre la chaîne de contamination . Il revient au président et son gouvernement de prendre des mesures de compensation pour les grandes entreprises de l’Etat qui seront frappées des conséquences négatives du confinement. Des dirigeants responsables ne doivent pas faire la politique de l’autriche. A quoi sert un confinement sans matériels de protection , masques , respirateurs , matériels de test pour pallier aux lacunes du système de santé congolais?

(Professeur Florent Kaniki)

A lire aussi

Vérité des urnes : Nous devons évoluer

Martin Fayulu, qui continue à revendiquer la victoire à la présidentielle du 30 décembre 2018, …

Laisser un commentaire