samedi , 15 août 2020
Accueil / Afrique / La présidence Tshisekedi est une bande de voleurs

La présidence Tshisekedi est une bande de voleurs

Ce qui se passe dans notre pays sous l’ère de ce nouveau président est trop grave. Nous avons passé un palier supplémentaire d’une république bananière à république siphonneuse. Le constat est sans appel, les preuves sont accablantes pour confirmer que cette présidence Thsisekedi verse trop dans l’ordure. Le projet de la commémoration du premier hold up électoral le 24 janvier 2020 dont le coût des festivités a été évalué à 6 millions de dollars américains, projet annulé suite au tollé des congolais est une forme explicite du mépris, voire même de moquerie du président Tshisekedi envers les congolais. Pourquoi Felix Thsisekedi n’a-t-il pas fait de cette première année de sa présidence un mandat du prince vertueux qui détourne ses propres passions pour les mettre au service de la cause publique ? En étayant les postures, les discours politiques, pour ces raisons nous confirmerons que les paradoxes actuels qui défrayent la chronique et le perpétuel compromis ne peuvent nous rassurer sur des lendemains meilleurs. En voulant utiliser le paravent de la commémoration de l’anniversaire de la fraude électorale en débloquant un budget de 6 millions de dollars, les congolais ne pouvaient accepter de se faire passer pour des gogos et surtout s’empêcher de noter que cette présidence fait partie de la frétillante brochette des malfrats dont le pouvoir politique demeure l’opportunité de piller le pays comme tous les acteurs politiques appartenant à la galaxie kabiliste. Nous ne pouvons jamais rester taisant et aujourd’hui la force de riposte à travers le média social doit être forte.

Même si le chemin du développement intégral en Rdc reste empêtré des paradoxes, notre approche sur la justice sociale, sur le combat contre l’impunité et sur la bonne gouvernance ne changera pas. Les faits sont sans ambiguïté. Le président se complaît dans une démagogie tenant des propos dont lui-même sait qu’ils sont chimériques. Dans son discours programme d’urgence, monsieur Thisekedi a appelé les citoyens congolais au changement de mentalité et dans bien d’autres circonstances, il est revenu sur cette invitation. On peut s’interroger sur la sincérité des discours du président congolais. Vos postures monsieur Tshisekedi sont aux antipodes du changement de mentalité, de la bonne gouvernance que vous défendez puisque vous devenez un bon élève en termes de république siphonneuse, de corruption et de la médiocrité politique comme votre prédécesseur.

Rien qu’en cinq mois de mandat au 31 mai 2019, 98% du budget alloué à votre présidence ont été consommés et du point de vue d’orthodoxie budgétaire, cela symbolise l’inadéquation entre les remparts de la démocratie et vos postures politiques incarnant l’amateurisme. Où sont partis les 15 millions de dollars que votre directeur de cabinet Kamerhe a détournés? Vous ne pouvez calmer les esprits. Si vous êtes au pouvoir pour recycler le système kabiliste, le message est clair : nous pensons que monsieur Tshisekedi votre présidence se fera beaucoup parler d’elle dans le sens de la racaille. La corruption est l’un des fléaux qui paralyse le décollage de la Rdc. Le pays a besoin des dirigeants avec un nouvel état d’esprit pour sortir de cette boue gluante dans laquelle Joseph Kabila l’a enfoncé depuis plus d’une décennie. Monsieur Thisekedi malheureusement vous êtes tout, sauf brillant, novateur.

Votre coordonnateur administratif des services personnels aurait monnayé avec son statut de  »mandat spécial » non 1, mais 10 projets miniers dans la seule province du Kasai-oriental. Il a délivré un mandat à la société canadienne Saint-Louis BGM Sarl pour les études de réalisation des projets en touchant un pot-de-vin. C’est une des conséquences de l’amateurisme politique et de la présence des vampires qui constituent votre club. Arrêtez monsieur le président de vous complaire dans une affligeante médiocrité.Vous êtes obnubilés par vos « ego » : votre présidence fait partie de la république de clowns qui parlent au nom du peuple, dont l’année 2019 se résume en termes de voyages et discours démagogiques et vous enfilez des perles d’absurdités et d’approximations lamentables. N’est ce pas une folie de débloquer un budget de 6 millions de dollars pour commémorer votre hold up électoral quand 8/10 des congolais vivent sous le seuil de la pauvreté absolue ? Vos intentions réelles étaient celles de siphonner l’argent des congolais. Trop c’est trop. La Rdc n’est pas une affaire privée ou un royaume. Les 80 millions des congolais ont un droit de regard sur les finances de leur pays. Ce projet de la fameuse commémoration du premier anniversaire de votre fraude électorale, projet annulé suite au tollé des citoyens congolais est une goutte qui a fait déborder le vase. Les choses sont claires : tout comme votre prédécesseur, monsieur Tsisekedi vous faites partie du problème pour la Rdc. A la fin de votre mandat si vous arrivez à le terminer on ne sait jamais, le désenchantement atteindra des proportions fortes puisque vous ne ferez que de la politique du surface.

Le real politik ne signifie pas faire comme des salauds des compromissions jusqu’à n’importe quel prix en sacrifiant sur l’autel du diable la grandeur d’homme politique en reniant jusqu’au ridicule sa propre signature. Le real politik ne signifie pas l’union des brigands qui sont soudés par un pacte pour partager le butin. Martin Fayulu reste cohérent avec sa logique de vainqueur aux dernières élections quels que soient les embûches auxquels il est confronté, comme le fut le défunt Etienne Tshisekedi ou l’est Jean Ping. On ne peut traiter la position de Fayulu de chimérique. Le monde d’aujourd’hui connait de multiples transformations et la politique obéit aux contraintes du temps médiatique. Il faut féliciter la contribution des ONG congolaises qui demeurent des instruments par excellence de mobilisation de masse. Personne même le président congolais n’a la maîtrise de son avenir. Dommage la racaille fait de la politique un lien et un lieu dont les fins ne sont pas ouverts à un cadre de la rationalité et de l’excellence.

Il est temps que les congolais jettent ces malfrats aux orties. L’année 2019 est symptomatique de la gloutonnerie de la présidence Tshisekedi et de l’amateurisme politique de tout le haut sommet de l’Etat congolais. La conviction politique ne s’improvise pas, il faut être doté des qualités morales, intellectuelles afin de contenir et d’endiguer les passions de la fortune mal acquise. Aujourd’hui on voit malheureusement que le président est obligé de gérer la Rdc en modus operandi de  »compromis perpétuel, à passer son temps à faire des discours comme en campagne électorale et à sillonner le monde. Il n’a pas montré des grandes orientations répondant aux demandes sociales notamment la lutte contre la pauvreté, la lutte contre le chômage en réorientant les professions d’avenir recouvrant l’agriculture pour augmenter la productivité, les métiers ruraux puisque beaucoup des jeunes ne veulent pas rester en milieux ruraux. Il faut créer des éléments d’attractivité en milieux ruraux pour donner de l’intérêt aux jeunes pour une vraie vision de formation technique. Il faut passer aux modèles d’activités alternatives.

(Professeur Florent Kaniki)

A lire aussi

RDC : Baisse du taux de croissance économique

Le taux de croissance économique en République démocratique du Congo (RDC) va decrescendo, atteste le …

Laisser un commentaire