jeudi , 14 novembre 2019
Accueil / Afrique / Minembwe : Un cocktail détonant

Minembwe : Un cocktail détonant

Il se passe encore des choses bizarres à Minembwe, dans le Sud-Kivu. Des milices liées à des communautés tribales sont en train de mettre à feu et à sang les localités qui ne sont pas les leurs ethniquement. Parmi les communautés qui rivalisent sur place en faisant parler la poudre, il y a les Bashi, les Bafuliro et les Banyamulenges. Outre les groupes armés locaux, il y a aussi les Burundais qui sont dans la danse. Le tout forme un cocktail détonant. La population de Minembwe se plaint de l’absence des FARDC dans le secteur pour les protéger contre la furie de tous ces groupes armés qui sèment mort et désolation sur leur passage.

Les FARDC ont réagi hier par le biais du porte-parole de l' »Opération Sukola -1″ de Fizi-Baraka, le capitaine Kasereka. La difficulté des loyalistes c’est d’opérer facilement dans une zone occupée par les groupes armés qui sont des autochtones et donc qui connaissent le terrain comme leur poche. Ce qui n’est pas le cas avec les soldats.

Il est possible de forger la paix entre les communautés de Minembwe qui sont en guerre à ce jour en passant par l’instauration d’un dialogue franc et sincère. C’est ce qu’a tenté de faire le PPRD Norbert Basengezi ancien Vice-Président de la CENI qui est fils du coin. Mais on a entendu dire qu’il y a eu des communautés qui contestent sa qualité de médiateur en mettant en exergue son appartenance au RCD/Goma compris ici comme une création du Rwanda. Pas très convainquant.

Raison pour laquelle communautés en guerre à Minembwe doivent saisir cette offre de paix et voir comment la mettre en œuvre. Car lorsqu’on est en conflit, on ne peut rejeter une initiative de paix de qui qu’elle vienne. Si tel est qu’on n’a pas entendu que Norbert Basengezi avait du sang sur les mains par son passage au RCD/Goma qu’il n’a jamais dirigé. Alors que ses leaders comme le tout dernier Azarias Ruberwa Manywa ou le tout premier, Prof Wamba dia Wamba ou encore Arthur Zahidi Ngoma sont ou étaient dans les Institutions publiques sans qu’on ait à redire, Ruberwa jusqu’au gouvernement-Tshibala. Le prétexte est tombé.

Dans tous les cas, les communautés de Minembwe en guerre se retrouveront toujours autour d’une même table pour signer la paix. D’autant qu’il ne s’agit pas du tout d’ennemis irréductibles mais bien au contraire des communautés qui ont sinon une même histoire du moins un même espace de vie à partager. Et donc elles sont condamnées à cohabiter. D’où l’Intérêt qu’ils ont à déposer les armes ici et maintenant. Trop c’est trop.

Ces groupes armés doivent avoir pitié de la population civile, contraintes de fuir la zone où il y a ces sanglants affrontements entre miliciens communautaires et aller loin vers les lieux plus sécurisés et abandonné leurs occupations pour leur survie quotidienne. C’est de Minembwe qu’est partie la guerre de l’AFDL « Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo » par la révolte des Banyamulenge en octobre 1996. 

(avec KANDOLO M.)

A lire aussi

Kobané : Déploiement des forces syro-russes

Le régime syrien et l’allié russe ont accéléré vendredi le déploiement de leurs troupes à …

Laisser un commentaire