dimanche , 17 novembre 2019
Accueil / Afrique / RDC : Fatshi et son gouvernement seront-ils capable de relever les défis ?

RDC : Fatshi et son gouvernement seront-ils capable de relever les défis ?

Le gouvernement Ilunkamba suscite des réactions à sens divers. Pour les uns, le Premier ministre a tenu compte de critères objectifs dans le choix et la désignation de ses collaborateurs. Un choix qui, selon eux, permettra à la nouvelle équipe gouvernementale de relever les défis multiformes qui se dressent face à la nation. Pour les autres, la quasi-totalité des membres du gouvernement n’a pas été soumise au scanner. C’est dire que le choix n’a pas tenu compte de la méritocratie !

Les membres du gouvernement de coalition dirigé par Ilunga Ilunkamba, sont désormais connus. Pour le revêtir d’impérium, cette équipe doit être investie par l’Assemblée nationale. Une étape importante à franchir avant son entrée en fonction. Que peut-on retenir de cette équipe ? Est-elle capable de relever les défis auxquels la République démocratique du Congo fait face actuellement ?

Composé à 76,9% de nouvelles figures, le gouvernement Ilunkamba suscite des réactions à sens divers. Pour les uns, le Premier ministre a tenu compte de critères objectifs dans le choix et la désignation de ses collaborateurs. Un choix qui, selon eux, permettra à la nouvelle équipe gouvernementale de relever les défis multiformes qui se dressent face à la nation. Pour les autres, la quasi-totalité des membres du gouvernement n’a pas été soumise au scanner. C’est dire que le choix n’a pas tenu compte de la méritocratie !

La sélection a été surtout dictée par les motivations politiques. Qui a raison et qui a tort ? La question vaut son pesant d’or. Mais, toujours est-il que le nouveau gouvernement est le fruit d’un enfantement politique douloureux. Le temps mis pour sa composition en est une parfaite illustration. Le vin est tiré, il faut le boire. Devant une telle équation, le Premier ministre doit se montrer rigoureux s’il tient à la réussite de son mandat.

Pour les autres postes de responsabilités qui restent, le président de la République devra tenir compte du parcours des candidats à nommer. L’appartenance à telle ou telle famille politique n’est pas mauvaise en soi. Mais, la sélection doit plutôt être judicieuse. Surtout, à l’heure où le pays a des urgences à exécuter dans tous les secteurs de la vie. L’atteinte d’un tel objectif nécessite une dose importante de rigueur.

Audition du programme du Gouvernement et son investiture

Après la validation des mandats des 15 premiers suppléants des députés ayant opté pour des mandats incompatibles et ceux des 31 nouveaux députés proclamés par la Cour constitutionnelle, prochaine étape de la session extraordinaire : l’audition du programme du gouvernement et son investiture.

L’investiture à l’Assemblée nationale de la nouvelle équipe ministérielle n’est plus qu’une question d’heures. Le sujet fait partie de l’ordre du jour de la session extraordinaire de la Chambre basse du Parlement, convoquée à la demande du Président congolais depuis le lundi 19 août. L’autre point de l’ordre jour de la session extraordinaire a été vidé, hier mercredi 28 août. Il s’est agi de la validation des mandats de 15 premiers suppléants des députés ayant opté pour des mandats incompatibles et ceux des 31 nouveaux députés proclamés par la Cour constitutionnelle.

Des 15 premiers suppléants des députés ayant opté pour des mandats incompatibles, l’on note entre autres : Autsai Adriko Patrice en remplacement de Autsai Asenga Médard de la circonscription électorale d’Aru qui a opté pour son mandat de sénateur ; Kapuku Kapuku Florent qui remplace Evariste Boshab de la circonscription de Mweka. Ce dernier a opté également opté pour son mandat de sénateur. Il y a Gaël Bussa Obambu qui remplace Jean-Lucien Bussa de la circonscription de Budjala qui a opté pour le Sénat. Endundo Lomata Serge remplace Endundo Bononge José de la circonscription électorale de Lukolela. Kimbuta Motema Eric remplace André Kimbuta Yango qui a opté pour son mandat de sénateur.

S’agissant de nouveaux députés nationaux définitivement proclamés élus par la Cour constitutionnelle, l’on note notamment : Emery Okundji Ndjovu de la circonscription de Lubefu, Mobutu Giala de la circonscription de Gbadolite-ville, Egwake Ya’Ngembe Omer de la circonscription de Bumba, Chadrack Baitsura Musowa de la circonscription de Beni, Thomas Luhaka Losendjola de la circonscription de Kinshasa1.

De nouveaux ministres venus de nulle part

76,9% des membres du gouvernement Ilunga Ilunkamba découvrent la fonction, à quelques rares exceptions. A l’instar du ministre des Finances José Sele, qui arpente depuis une dizaine d’années les couloirs du pouvoir, la plupart des ministres sont des novices. En attendant leur investiture, l’opinion tente de décrypter à sa manière leur cursus. Ils sont en même temps dans le viseur de l’ANR (Agence nationale de renseignements) qui les passe au scanner. Car, à ce niveau de responsabilité, engager l’Etat oblige à un devoir de moralité, d’expérience et de savoir-vivre.

Après l’euphorie qui a entouré la nomination, lundi dernier, du gouvernement Ilunga Ilunkamba, les esprits se sont maintenant apaisés. L’heure est au décryptage pour découvrir ceux qui, à côté du Premier ministre Ilunga Ilunkamba, accompagneront le chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, dans sa lourde charge de redonner le sourire au peuple congolais.

Fidèle à sa promesse, Félix Tshisekedi n’a pas dérogé à la règle en alignant dans le gouvernement Ilunga 76,9% de nouveaux venus dans la sphère. Ils sont venus de toutes parts, mandatés par leurs regroupements politiques respectifs. Certains ont connu sur place, en RDC, la galère des années de lutte pour l’alternance démocratique. D’autres, par contre, ont vécu dans le froid glacial de l’Occident, loin des tumultes de la vie politique de la République démocratique du Congo.

Nommés dans le gouvernement, ils vont dans les prochains jours se jeter dans l’arène politique, avec toutes ses réalités, parfois contradictoires. Dans les deux Chambres du Parlement (Sénat et Assemblée nationale), les habitués de la fonction gouvernementale, laissés à la touche, attendent l’équipe Ilunga Ilunkamba au tournant pour lui régler des comptes. Les déçus du gouvernement sont loin de désarmer. Croire que l’accalmie de ces derniers jours augure des jours apaisés, c’est mal connaître la scène politique congolaise.

En réalité, tout le monde est aux aguets – le temps de mieux connaître ceux qui composent l’équipe Ilunkamba.

A l’instar de l’opinion publique qui a découvert le lundi 26 août dans la matinée, les 77% des inconnus alignés dans le gouvernement, la classe politique et les services d’intelligence activent aussi à dresser un fichier pour chaque membre du gouvernement.

Si certains, à l’instar de José Sele, nommé ministre des Finances, ont une nette appréhension de la chose publique pour avoir côtoyé depuis une dizaine d’années les couloirs du pouvoir, d’autres par contre viennent en apprentis dans l’équipe gouvernementale.

Les langues se délient

Dans différents milieux, on se pose bien des questions – avec raison d’ailleurs. Sous le sceau de l’anonymat, un militant bien placé dans les rangs de la coalition FCC – CACH n’a pas eu sa langue en poche. « C’est vrai qu’avec ce gouvernement, le chef de l’Etat a envoyé un message clair qui va dans le sens d’amener un sang neuf dans les plus hautes fonctions de l’Etat. Telles que les choses se sont passées dans la nuit du dimanche 25 au lundi 26 août 2019, je ne pense pas que les services des renseignements ont eu le temps de réunir plus d’éléments possibles sur les membres du gouvernement. Tout le monde a été apparemment pris de court. Personne n’a été préparé à cette grande surprise. Ainsi, on a eu droit aux ministres venus de nulle part, sans passé évident dans l’activité politique en RDC ».

Un autre militant, qui se présente comme un analyste indépendant, est embouché dans le même sens. « A un certain niveau de responsabilité, on ne peut pas donner de cadeau à tel ou tel autre. Il y a des fonctions, comme celles d’un membre du gouvernement qui exigent un minimum de prérequis. A un niveau de responsabilité dans la gestion de l’Etat, il y a des préalables incontournables, notamment un niveau de moralité, d’expérience et de savoir-vivre. Un ministre doit avoir un passé qui ne remet pas en cause sa fonction. Etre membre du gouvernement, c’est devenir une personnalité publique dont le passé doit être connu de l’opinion publique. Si ce passé est compromettant, c’est la fonction qui risque d’être entamé. Or, avec le gouvernement, on nous a parachuté d’illustres inconnus, avec un cursus difficilement rétractable ».

En tout cas, dans l’opinion, des interrogations fusent. Saisie de nombreuses réserves exprimées sur la probité des membres du gouvernement, dont certains sont accusés de détenir une nationale autre que congolaise, l’Agence nationale de renseignements (ANR) s’est depuis lors ouvert un dossier spécifique sur les membres du gouvernement Ilunga Ilunkamba. C’est ce que rapportent des sources internes aux renseignements congolais.

En effet, avant l’investiture du gouvernement par l’Assemblée nationale, l’ANR s’attèle à réunir le plus d’éléments paisibles sur les 76,9% de nouveaux ministres alignés dans le gouvernement Ilunga.

Toujours est-il que les conclusions de l’ANR ne devaient aucunement remettre en cause l’ordonnance présidentielle du 26 août 2019, confirment les mêmes sources.

WASHINGTON SE DIT « PRÊT », L’ACAJ APPLAUDIT, LA CENCO SE RÉSERVE ET LA MONUSCO OBSERVE

Quelques heures après la publication du gouvernement de coalition FCC-CACH, les États-Unis d’Amérique se disent prêts à travailler avec le gouvernement Ilunga Ilunkamba pour faire avancer la paix et la prospérité. « Félicitations la Présidence de la RDC et Ilunga Ilunkamba. Nous sommes prêts à travailler avec le nouveau gouvernement pour faire avancer le partenariat privilégié U.S.A -RDC pour promouvoir la paix et la prospérité », a déclaré l’ambassadeur américain Mike Hammer sur son compte Twitter.

Washington qui avait demandé à Félix Tshisekedi à s’émanciper de son prédécesseur Joseph Kabila, s’était opposé à la nomination dans ce gouvernement des caciques du clan Kabila.

ACAJ satisfaite

Pour sa part, l’Association Congolaise pour l’accès à la justice (ACAJ) qui se réjouit de la nouvelle équipe gouvernementale nommée par Félix Tshisekedi, appelle ses animateurs à travailler pour le bien du peuple. « L’Acaj félicite les hommes et femmes nommés membres du gouvernement Ilunga Ilunkamba. Elle les exhorte à travailler pour le bien commun en combattant la corruption, le détournement des fonds publics et l’enrichissement illicite », a déclaré hier lundi, le coordonnateur de cette organisation défense de droit de l’homme.

Pour Me Georges Kapiamba, les nouveaux ministres n’ont pas droit à l’erreur. « Nous allons sérieusement les surveiller » affirme-t-il.

Parmi les priorités qui attendent le nouvel exécutif, figure selon M. Kapiamba, l’audit de la dernière équipe gouvernementale et la mise en place « rapide » de nouveaux animateurs à la Cour de cassation.

Pour lui, l’audit servira à la crédibilisation de l’action gouvernementale alors que le changement des animateurs à la Cour de cassation permettra au gouvernement d’avoir un instrument de lutte contre la corruption.

Soutien conditionnel de la Cenco

Du côté de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), l’on espère que le nouveau gouvernement se mettra au service du peuple congolais.

L’Abbé Donatien N’shole, son secrétaire général, a donné la position des évêques catholiques hier lundi. « Les évêques de la CENCO se sont déjà engagés à accompagner les institutions. Le gouvernement est une des institutions principales pour l’évolution du pays. S’il travaille dans le sens d’améliorer les conditions de vie des Congolais, la CENCO avec tous les atouts qu’elle possède, va l’accompagner. C’est une promesse », a t-il déclaré.

Il espère que les Congolais n’ont pas attendu en vain : « un pays, dans le contexte qui est le nôtre, ne peut pas bien fonctionner sans gouvernement. Mieux vaut tard que jamais. Nous espérons que la longue attente sera compensée par la qualité des membres du gouvernement », a ajouté l’Abbé Donatien N’shole.

Le Secrétaire général de la CENCO, s’est montré a priori optimiste et a rappelé le sens du vote du 30 décembre 2018. « J’ai jeté un coup d’œil sur la liste, il y a beaucoup de nouvelles figures, ce qui peut laisser croire qu’on va dans une direction nouvelle (…). Le 30 décembre, le peuple congolais s’était prononcé clairement pour le changement de système de gouvernance », a-t-il encore dit.

Optimisme à la Monusco

À la Monusco, la représentante spéciale du secrétaire général de l’ONU salue l’annonce du gouvernement, car elle constitue un développement positif pour la République démocratique du Congo, a déclaré Florence Marchal, porte-parole de la Mission.

«Nous assistons à la suite logique de la transition pacifique du pouvoir. Nous constatons que le processus politique continue à avancer, que la coalition au pouvoir se maintient. Et nous espérons que l’opposition jouera le rôle qui est le sien pour la consolidation de la démocratie dans le pays. Nous espérons également que la majorité parlementaire et le Président travailleront ensemble pour le bien-être des Congolais», a rapporté Florence Marchal.

Selon elle, la MONUSCO se félicite d’avoir un partenaire avec lequel elle va poursuivre la mise en œuvre de son mandat et avancer vers la stabilisation et le développement durable de la RDC.

En ce qui concerne les 17% de la représentation des femmes, Florence Marchal note une certaine évolution.

« On est encore loin de la parité. Mais je veux voir plutôt le verre à moitié rempli. Et 17%, c’est plus que la représentativité à l’Assemblée nationale et en province. C’est un signe encourageant », a indiqué Florence Marchal.

LISTE COMPLÈTE DES MEMBRES DU GOUVERNEMENT

A. Sont nommés vice-Premiers ministres et ministres aux fonctions et en regard de leurs noms, les personnes ci-après :

  1. Vice-Premier ministre, ministre de l’Intérieur, sécurité et Affaires coutumières : M. Gilbert Kankonde Malamba
  2. Vice-Premier ministre, ministre de la Justice et Garde des sceaux : M. Célestin Tunda ya Kasende
  3. Vice-Premier ministre, ministre du Budget : M. Jean-Baudouin Mayo Mambeke
  4. Vice-Premier ministre, ministre du Plan : Mme Elysée Munembwe Tamukumwe
  5. Vice-Premier ministre, ministre des Infrastructures et Travaux publics : M. Willy Ngoopos Sunzhel

B. Sont nommés ministres d’Etat et ministres aux fonctions en regard de leurs noms, les personnes ci-après :

  1. Ministre d’Etat, ministre dès Affaires étrangères : Mme Marie Tumba Nzeza
  2. Ministre d’Etat, ministre de la Coopération internationale, intégration régionale et Francophonie : M. Pépin Guillaume Manjolo Buakila
  3. Ministre d’Etat, ministre des Hydrocarbures : M. Rubens Mikindo Muhima
  4. Ministre d’Etat, ministre de Décentralisation et Réformes institutionnelles : M. Azarias Ruberwa Manywa
  5. Ministre d’Etat, ministre des Ressources hydrauliques et de l’électricité : M. Eustache Muhanzi Mubembe
  6. Ministre d’Etat, ministre de l’Emploi, travail et prévoyance sociale : Mme Nene Nkulu Ilunga
  7. Ministre d’Etat, ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et Techniques : M. Willy Bakonga Wilima
  8. Ministre d’Etat, ministre du Genre, famille et enfant : Mme Béatrice Lomeya Atilite
  9. Ministre d’Etat, ministre de l’Urbanisme et habitat : M. Pius Muabilu Mbayu Mukala
  10. Ministre d’Etat, ministre de la Communication et Médias : M. David Jolino Diwanpovesa Makelele ma-Muzingi

C. Sont nommés ministres aux fonctions en regard de leurs noms, les personnes ci-après :

  1. Ministre de la Défenses nationale et Anciens combattants : M. Aimé Ngoy Mukena
  2. Ministre de la Fonction publique : Mme Yollande Ebongo Bosongo
  3. Ministre des Finances : M. José Sele Yalaghuli
  4. Ministre de l’Economie nationale : Mme Acacia Bandubola Mbongo
  5. Ministre du Portefeuille : M. Clément Kuete Nimy Bemuna
  6. Ministre du Commerce extérieur : M. Jean-Lucien Bussa Tongba
  7. Ministre des Mines : M. Willy Kitobo Samsoni
  8. Ministre des Postes, Télécommunications et Nouvelles technologies de l’Information et de la Communication : M. Augustin Kibassa Maliba
  9. Ministre de la Santé : M. Eteni Longondo
  10. Ministre des Droits humains : M. André Lite Asebea
  11. Ministre des Relations avec le Parlement : M. Déogratias Nkusu Kunzi Bikawa
  12. Ministre de l’Environnement et Développement durable : M. Claude Nyamugabo Bazibuhe
  13. Ministre des Transports et voies de communications : M. Didier Mazengu Mukanzu
  14. Ministre de l’Agriculture: M. Jean Joseph Kasonga Mukuta
  15. Ministre de la Pêche et élevage : M. Jonathan Bialosuka Wata
  16. Ministre du Développement rural : M. Guy Mikulu Pombo
  17. Ministre des Affaires sociales : Mme Rose Boyata Monkaju
  18. Ministre des Actions humanitaires et Solidarité nationale : M. Steve Mbikayi Mabuluki
  19. Ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire : Monsieur Thomas Luhaka Losendjola
  20. Ministre de la Recherche scientifique et innovation technologique : Monsieur José Mpanda Kabangu
  21. Ministre des Affaires foncières : Monsieur Aimé Sakombi Molendo
  22. Ministre de l’Industrie : Monsieur Julien Paluku Kahongya
  23. Ministre de la Formation professionnelle, arts et métiers : Monsieur John Ntumba Panumpakole
  24. Ministre de l’Aménagement du territoire : Monsieur Aggée Aje Matembo Toto
  25. Ministre des Classes moyennes, des Petites et Moyennes Entreprises, Artisanat : Monsieur Justin Kalumba Mwana Ngongo
  26. Ministre de la Jeunesse et Initiation à la Nouvelle Citoyenneté : Monsieur Eraston Kambale Tshongo
  27. Ministre des Sports et Loisirs : Monsieur Marcel Amos Mbayo Kitenge
  28. Ministre du Tourisme : Docteur Bonkulu Zola Yves
  29. Ministre de la Culture et des Arts : Monsieur Jean-Marie Lukundji Kikuni
  30. Ministre près le Président de la République : Monsieur André Kabanda Kana
  31. Ministre près le Premier ministre : Madame Jacqueline Penge Sanganyoi

D. Sont nommés ministres délégués aux fonctions en regard de leurs noms, les personnes ci-après :

  1. Ministre Délégué auprès du ministre de la Défense nationale et Anciens combattants chargé des Anciens combattants : Monsieur Sylvain Mutombo Kabinga
  2. Ministre Délégué auprès du Ministre de l’Intérieur, Sécurité et Affaires coutumières chargé des Affaires coutumières : Monsieur Eyrolles Michel Mvunzi Meya
  3. Ministre Délégué auprès du ministre des Affaires sociales chargé des Personnes vivant avec handicap et autres personnes vulnérables : Madame Irène Esambo Diata

E. Article 5 : Sont nommés vice-ministres aux fonstions en regard de leurs noms, les personnes ci-après :

  1. Vice-Ministre de la Justice : Monsieur Bernard Takahishe Ngumbi
  2. Vice-Ministre de l’Intérieur : Monsieur Innocent Bokele Walaka
  3. Vice-Ministre du Plan : Monsieur Freddy Kita Bukusu
  4. Vice-Ministre du Budget : Monsieur Félix Monat Kitenge
  5. Vice-Ministre des Affaires étrangères et Congolais de l’Etranger : Monsieur Raymond Tchedya Patay
  6. Vice-Ministre de la Coopération Internationale et Régionale : Monsieur Valery Mukasa Mwanabute
  7. Vice-ministre des Hydrocarbures : Monsieur Moussa Mondo
  8. Vice-Ministre des Ressources Hydrauliques et Electricité : Monsieur Papy Pungu Lwamba
  9. Vice-Ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et technique : Monsieur Didier Budimbu Ntubuanga
  10. Vice-Ministre, Ministre des Finances : Monsieur Mata M’Elanga Junior
  11. Vice-Ministre de l’Economie Nationale : Monsieur Didier Lutundula Okito
  12. Vice-Ministre des Mines : Madame Alpha Denise Lupetu Tshilumbayi
  13. Vice-Ministre de la Santé : Monsieur Albert Mpeti Biyombo
  14. Vice-Ministre de l’Environnement : Madame Jeanne Ilunga Zaina
  15. Vice-Ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire : Madame Liliane Banga Lwaboshi
  16. Vice-Ministre des Transports et Voies de communication : Monsieur Jacques Yuma Kipuya
  17. Vice-Ministre de la Formation Professionnelle, Arts et Métiers : Monsieur Germain Kambinga Katomba

A lire aussi

Kobané : Déploiement des forces syro-russes

Le régime syrien et l’allié russe ont accéléré vendredi le déploiement de leurs troupes à …

Laisser un commentaire