samedi , 21 septembre 2019
Accueil / Afrique / RDC : Le fonds d’assistance des sinistrés de Minembwe détournés

RDC : Le fonds d’assistance des sinistrés de Minembwe détournés

L’affaire du vol chez le comptable public principal affecté au ministère de la Solidarité nationale et des Affaires humanitaires cache encore des mystères qui devront sans doute se révéler avec l’aboutissement des enquêtes en cours. Entre-temps, certains analystes estiment que l’acharnement contre le ministre de la Solidarité nationale et des Affaires humanitaires traduit ni plus ni moins une volonté délibérée, mieux une cabale pour dissimuler la vérité. Au-delà de la volonté d’ériger Minembwe en un territoire de la province du Sud-Kivu, il y a bien des choses qui se cachent derrière cette affaire. Bref, c’est un arbre qui cache la forêt des gros intérêts politiques. Des investigations menées dans cette affaire d’assistance humanitaire d’urgence en faveur des populations de Minembwe, victimes des attaques des groupes armés, il apparait clairement que les présumés coupables du détournement de l’enveloppe de 555.580 Usd est entouré d’une zone d’ombre.

Des fonds d’assistance aux sinistrés de Minembwe (Sud-Kivu), pour lesquels l’on dénote une publicité à dessein de l’interpellation du ministre de la Solidarité et Assistance humanitaire, est, selon des analystes, un arbre qui cache un vaste champ d’intérêts politiques.

L’affaire du vol chez le comptable public principal affecté au ministère de la Solidarité nationale et des Affaires humanitaires cache encore des mystères qui devront sans doute se révéler avec l’aboutissement des enquêtes en cours. Entre-temps, certains analystes estiment que l’acharnement contre le ministre de la Solidarité nationale et des Affaires humanitaires traduit ni plus ni moins une volonté délibérée, mieux une cabale pour dissimuler la vérité.

Au-delà de la volonté d’ériger Minembwe en un territoire de la province du Sud-Kivu, il y a bien des choses qui se cachent derrière cette affaire. Bref, c’est un arbre qui cache la forêt des gros intérêts politiques.

Des investigations menées dans cette affaire d’assistance humanitaire d’urgence en faveur des populations de Minembwe (Sud-Kivu), victimes des attaques des groupes armés, il apparait clairement que les présumés coupables du détournement de l’enveloppe de 555 580 Usd est entouré d’une zone d’ombre. Bernard Biando parait juste comme une victime expiatoire pour faire digression.

La clé de l’énigme

Et pourtant les faits renseignent que le ministère d’Etat en charge de la Décentralisation et des Réformes institutionnelles et le ministère de la Solidarité nationale et des Affaires humanitaires cogèrent ces fonds, comme pour dire tout décaissement de fonds consécutivement aux besoins fournis par l’équipe sur le terrain, devrait requérir le consentement de ces deux ministères. Et à la disparition de fonds, l’on note qu’il a été décidé depuis le 27 juillet, d’envoyer un montant pour couvrir des frais sur place. Et deux jours après, le comptable ne s’exécutait toujours pas.

Visiblement complice avec le conseiller financier du ministre Biando, c’est cinq jours après cette mystérieuse disparition qu’ils viendront annoncer le vol au ministre de la Solidarité nationale et Affaires humanitaires. C’est de l’aveu du comptable et de son engagement à restituer l’argent disparu que le ministre a agi avec promptitude en déposant plainte au niveau de la direction des Renseignements généraux de la Police.

Et déjà à ce stade, les tirs orientés contre Biando le sont dans l’ignorance des principes. En effet, l’affectation d’un comptable dans un cabinet ministériel est liée aux prescrits du Règlement général de la comptabilité publique. Et ce dernier est le seul à gérer le bureau comptable portant son code. Et donc, même si le ministre reste l’ordonnateur des dépenses, il n’a pas la garde de fonds.

Quid donc de la correspondance du bâtonnier national Mbu Ne Letang, partagée sur les réseaux sociaux ? Ce document en dit long dans le flou qui entoure cette affaire. Pourvu qu’aucun scénario ne soit monté pour détourner l’attention de l’opinion dans la tendance de la vérité qui se dessine déjà.

Dans ce document, cet avocat de la Cour de cassation et Conseil d’Etat plaide pour que les dispositions légales de poursuite soient respectées concernant son neveu, fils de feu avocat général Ilako. Il s’agit là du conseiller financier du ministre. M. Ilako Teddy  est aussi arrêté pour enquête et détenu par les services de sécurité plus de 48 heures.

A la requête du cabinet Mbu Ne Letang, il fût mis au cachot du Palais de Justice puis transféré au CPRK. Et curieux, ce dernier, selon cette correspondance, a été transféré dans le cachot de l’ANR. Des mouvements qui ne s’expliquent pas quand on connait  les usages dans plusieurs affaires connues de la République sous le régime passé.

Dans tous les cas, le changement attendu par la population du chef de l’Etat Félix-Antoine Tshisekedi devra, notamment porter sur la justice et d’autres corollaires du pouvoir, à savoir les services de sécurité et la police. Une fois que les pratiques décriées hier, dans ces secteurs, se perpétuaient, l’espoir du changement tant applaudi et attendu va s’envoler. Le dénouement de cette affaire reste donc un test de crédibilité autant pour les services de sécurité où les enquêtes se poursuivent comme au niveau de la Justice où tout l’éclairage devra être fait et sans influence.

(avec lePotentiel)

A lire aussi

Gouvernement : Un programme ambitieux mais utopique en RDC

Dernière mise à jour, le 16 septembre 2019 à 04:05 Le gouvernement de la République …

Laisser un commentaire