mercredi , 21 août 2019
Accueil / Afrique / Gouvernement Fatshi : L’heure est à la délibération pour le choix de 65 personnalités en RDC

Gouvernement Fatshi : L’heure est à la délibération pour le choix de 65 personnalités en RDC

Dernière mise à jour, le 14 août 2019 à 08:21

La nomination du gouvernement se précise. Les tractations sont très avancées. Entre ses mains, le Premier ministre, Ilunga Ilunkamba, est déjà en possession des préposés à différents postes, autant pour le FCC que pour le CACH. Sans oublier Modeste Bahati Lukwebo de l’AFDC-A qui espère encore tirer son épingle du jeu. Si la nomination du gouvernement est une étape cruciale pour consacrer le départ définitif de Bruno Tshibala, c’est à l’Assemblée nationale que se joue la grande partition. Pour jouir de son plein pouvoir, l’article 90 de la Constitution prévoit que « … avant d’entrer en fonction, le Premier ministre présente à l’Assemblée nationale le programme du gouvernement. Lorsque ce programme est approuvé, à la majorité absolue des membres qui composent l’Assemblée nationale, celle-ci investit le gouvernement ».

En République démocratique du Congo, l’actualité politique est dominée par la nomination du gouvernement. C’est le tout premier de l’ère Félix Tshisekedi. Tous les partenaires de la majorité parlementaire ayant d’ores et déjà transmis leurs listes au Premier ministre, l’heure est à la délibération pour le choix de 65 personnalités qui feront partie du gouvernement Ilunga Ilunkamba. À l’hémicycle, essentiellement à l’Assemblée nationale, le décor est planté pour la convocation d’une session extraordinaire. Jeannine Mabunda, sa présidente, a réuni lundi son précarré. C’est la veillée d’armes, avec pour seul point à l’ordre du jour : l’investiture du gouvernement.

La nomination du gouvernement se précise. Les tractations sont très avancées. Entre ses mains, le Premier ministre, Ilunga Ilunkamba, est déjà en possession des préposés à différents postes, autant pour le FCC que pour le CACH. Sans oublier Modeste Bahati Lukwebo de l’AFDC-A qui espère encore tirer son épingle du jeu. Si la nomination du gouvernement est une étape cruciale pour consacrer le départ définitif de Bruno Tshibala, c’est à l’Assemblée nationale que se joue la grande partition.

Pour jouir de son plein pouvoir, l’article 90 de la Constitution prévoit que « … avant d’entrer en fonction, le Premier ministre présente à l’Assemblée nationale le programme du gouvernement.

Lorsque ce programme est approuvé, à la majorité absolue des membres qui composent l’Assemblée nationale, celle-ci investit le gouvernement ». Autrement dit, l’ordonnance présidentielle nommant les membres du gouvernement n’est qu’une étape ; le dernier mot revenant en principe à l’Assemblée nationale.

Consciente de l’urgence, l’Assemblée nationale se prépare déjà à ce jeu démocratique. Autour de Jeannine Mabunda, sa présidente, c’est la veillée d’armes.

On se prépare pour soumettre le Premier ministre et son au grand oral, c’est-à-dire la présentation de son programme en vue d’obtenir de la chambre basse du Parlement l’investiture de l’équipe gouvernementale.

Rappel des troupes

C’est à ce titre que Jeannine Mabunda a échangé, lundi, avec les présidents des groupes parlementaires de l’Assemblée nationale. Si rien n’a filtré de cet aparté, on croit savoir qu’avec les signes annonciateurs de la nomination du gouvernement Ilunga Ilunkamba, l’Assemblée nationale affûte déjà ses armes pour la cérémonie d’investiture.

Entourée du 1er viceprésident, Jean-Marc Kabund, et du 2ème vice-président, Boniface Balamage, la présidente de l’Assemblée nationale s’est longuement entretenue avec les présidents des groupes parlementaires. Pas un mot à la presse. À l’Assemblée nationale, le secret a été bien gardé.

On sait néanmoins que la chambre basse du Parlement se met déjà en place pour l’investiture du Parlement. En vacances parlementaires, les députés nationaux ont d’ailleurs été priés de ne pas s’éloigner de la ville de Kinshasa – la convocation d’une session extraordinaire pouvant tomber à tout moment.

Avec les présidents des groupes parlementaires, Jeannine Mabunda a fait part de l’imminence de cette session ; la nomination du gouvernement étant presque bouclée.

À ce propos, des sources généralement bien informées rapportent qu’une rencontre de haute portée politique est prévue entre le chef de l’État, Félix Tshisekedi, et l’autorité morale du FCC, Joseph Kabila. Contrairement à leurs précédentes entrevues, le Premier ministre nommé, Sylvestre Ilunga Ilunkamba, devrait également être convié à cette rencontre. C’est à l’issue de cette tripartite que se décidera, finalement, la composition exacte du premier gouvernement de la mandature de Félix Tshisekedi.

Évidemment, à l’Assemblée nationale, le rendezvous est éminemment politique. Au regard de la Constitution, c’est la chambre basse du Parlement qui a la clé du gouvernement. Son vote défavorable du programme du gouvernement peut remettre en cause toute la procédure d’investiture du gouvernement Ilunga. Une situation que le bureau de l’Assemblée nationale redoute, compte tenu des tensions et des frustrations qui entourent de part et d’autre, aussi bien au FCC qu’au CACH, la formation du gouvernement. Aucune surprise désagréable n’est donc exclue. Ce qui explique en grande partie la veillée d’armes qu’a lancée depuis ce lundi Jeannine Mabunda. C’est le rappel des troupes. Tout est fait pour ne pas bloquer la machine de l’investiture du gouvernement.

Quoi qu’il en soit, cette semaine s’annonce cruciale. C’est celle de tous les dénouements pour donner, enfin, l’occasion à Ilunga Ilunkamba d’occuper des bureaux du n°5 de l’avenue Roi Baudouin, siège de la Primature.

(avec lePotentiel)

A lire aussi

USA : Des centres de détention de migrants clandestins au Texas

La police américaine aux frontières était mardi sous un feu nourri de critiques après la …

Laisser un commentaire