mercredi , 21 août 2019
Accueil / Afrique / Formation du Gouvernement : Ilunkamba doit tenir compte des jeunes

Formation du Gouvernement : Ilunkamba doit tenir compte des jeunes

Dernière mise à jour, le 14 août 2019 à 08:20

La République démocratique du Congo (RDC) traverse un moment important dans sa sphère politique où, près de 6 mois après la première alternance à la tête du pays, la RDC n’a toujours pas de Gouvernement. Et le Nord-Kivu qui a aussi connu récemment des élections du Gouverneur et vice-gouverneur de province, bien après d’autres provinces du pays, n’a toujours pas non plus de Gouvernement provincial. C’est dans cette attente généralisée que les jeunes politiques et ceux de la société civile de Goma souhaitent voir leur participation dans ces prochains Gouvernements, être prise en compte. En séjour à Goma, Matata Kahusi, jeune leader et coordonnateur national de la plateforme politique dénommée « Soutenons Vital Kamerhe », – membre du Cap pour le changement (CACH) – a souligné que les consultations de Kinshasa sur la formation du Gouvernement doivent tenir compte des jeunes.

A l’occasion de la Journée internationale de la Jeunesse, célébrée le 12 août de chaque année, lePotentiel a recueilli les avis de certains jeunes leaders de la ville de Goma, Chef-lieu de la province du Nord-Kivu. Le thème de cette année est : « La transformation de l’éducation ». Et les jeunes de Goma se sont exprimés sur le quota réservé à la Jeunesse dans les tractations politiques de l’heure en vue de la formation de prochains Gouvernements provincial et national.

La République démocratique du Congo traverse un moment important dans sa sphère politique où, près de 6 mois après la première alternance à la tête du pays, la RDC n’a toujours pas de Gouvernement. Et le Nord-Kivu qui a aussi connu récemment des élections du Gouverneur et vice-gouverneur de province, bien après d’autres provinces du pays, n’a toujours pas non plus de Gouvernement provincial. C’est dans cette attente généralisée que les jeunes politiques et ceux de la société civile de Goma souhaitent voir leur participation dans ces prochains Gouvernements, être prise en compte.

En séjour à Goma, Matata Kahusi, jeune leader et coordonnateur national de la plateforme politique dénommée « Soutenons Vital Kamerhe », – membre du Cap pour le changement (CACH) – a souligné que les consultations de Kinshasa sur la formation du Gouvernement doivent tenir compte des jeunes.

« Nous étions personnellement à Kinshasa, et nous savons que le premier ministre Ilunga Ilunkamba qui consulte les forces vives du pays, doit tenir aussi compte de la Jeunesse », a-t-il rassuré. Cependant, Matata Kahusi souligne que les jeunes de Goma doivent savoir que « le travail n’est pas seulement à Kinshasa ».

« Je leur conseillerai de se concentrer en province parce que, ici en province, à Goma particulièrement, il y a beaucoup des défis à relever et les jeunes ont un grand rôle à jouer. Je demande cela surtout aux jeunes de CACH comme moi. D’ailleurs, le CACH n’a que 23 ministères réservés dans le prochain Gouvernement national et tout jeune ne pourra pas être servi. Beaucoup reste à faire en province », a exhorté le coordonnateur national de « Soutenons Vital Kamerhe ».

Une autre intervention est celle de Maitre Eric Kihundu, jeune politique évoluant à Goma au sein de la plateforme AFDC et alliés. D’après lui, les jeunes Gomatraciens et du pays doivent savoir qu’ils constituent un poids démographique en province et au pays et, par ricochet, un poids électoral.

Ce jeune politique de Goma pense que cette journée doit inspirer les politiques au renouvellement de la classe politique et au changement actif de la classe politique dans son entièreté. Ce jeune juriste fait remarquer que les jeunes ont de l’expérience à vendre et qu’ils doivent être considérés lorsqu’il faut parler des choses sérieuses de la Nation.

Des recommandations fermes de la Jeunesse de Goma

Pour sa part, le président du Conseil provincial de la Jeunesse au Nord-Kivu, Guy Kibira voudrait que la politique générale du pays et de la province du Nord-Kivu puisse intégrer les jeunes.

« En partant du thème de cette année, nous voulons à ce qu’il y ait gratuité effective de l’Enseignement primaire au pays. Le Conseil provincial de la Jeunesse a produit une note de plaidoyer qui a été déposée au Gouverneur de province contenant plusieurs questions à régler en province. Notamment, l’insécurité et la maladie à virus Ebola. Mettre fin à ces fléaux va épanouir les jeunes. Nous souhaitons qu’il y ait dans le Gouvernement provincial prochain, un ministère essentiellement de la Jeunesse pour régler les questions liées aux jeunes de la province », a expliqué Guy Kibira.

Non à la multiplicité des Associations des jeunes en RDC

Dans son intervention, Dady Saleh, chercheur et spécialiste en stratégie de développement, s’est désolé du fait que les jeunes partent en ordre dispersé dans ce combat de représentativité. « C’est dommage lors de ces consultations politiques que nous assistions à une multitude d’organisations des jeunes », regrette ce jeune leader de Goma. Selon Dady Saleh, « lorsqu’il y a plusieurs structures des jeunes qui doivent être consultés, au finish, les politiques cherchent le groupe des jeunes manipulables ». Il présume que « les jeunes doivent former un bloc. Car, l’union fait la force et constitue un contrepoids ».

(avec lePotentiel)

A lire aussi

USA : Des centres de détention de migrants clandestins au Texas

La police américaine aux frontières était mardi sous un feu nourri de critiques après la …

Laisser un commentaire