jeudi , 24 octobre 2019
Accueil / Afrique / RDC : Vers la dissolution du parlement ou la mise en accusation du nouveau président

RDC : Vers la dissolution du parlement ou la mise en accusation du nouveau président

Dernière mise à jour, le 14 août 2019 à 08:20

Il est absolument regrettable de constater qu’après seulement six mois d’alternance et de leitmotiv de changement, la République démocratique du Congo (RDC) a régressé à la phase des tensions et incertitudes sociopolitiques préélectorales. On assiste à la résurgence des cabales romaines : des alliés par pacte se poignardent mutuellement dans le dos. On concocte l’écroulement de la majorité parlementaire déjà existante pour en créer une autre, retardant ainsi la sortie du gouvernement en faveur des intérêts obscurantistes. Pire, le pays est plongé dans l’angoisse terrifiante d’une autre guerre civile qui pourrait découler des machinations démentielles orchestrant la dissolution du parlement ou la mise en accusation du nouveau président. On joue avec le feu : ces schémas plongeront le pays dans un chaos pire que celui de 1997-2003. Aucun groupe n’y sera gagnant.

LETTRE OUVERTE A SON EXCELLENCE MONSIEUR LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE FELIX TSHISEKEDI TSHILOMBO A SON EXCELLENCE MONSIEUR LE PRESIDENT HONORAIRE JOSEPH KABILA KABANGE

KINSHASA / REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

OBJET: LA COHESION DANS LA COALITION FCC-CACHET LA PROPULSION DE LA RDC VERS L’EMERGENCE

Excellences Monsieur le Président et Monsieur le Président Honoraire,

La nation et la communauté internationale sont totalement abasourdies par les apories nébuleuses et suffocantes de la coalition FCC-CACH, qui font dangereusement tanguer le pays au bord du gouffre. Pourtant, votre coalition générée par la prouesse historique de l’alternance, a été sagement conçue comme espace de cohésion des élites républicaines. Celles-ci avaient en toute conscience réalisé la nécessité d’élaguer leurs hostilités politiciennes du passé, pour conjuguer leurs efforts en vue d’accélérer la navigation de la RDC vers l’Émergence.

Il est absolument regrettable de constater qu’après seulement six mois d’alternance et de leitmotiv de changement, la RDC a régressé à la phase des tensions et incertitudes sociopolitiques préélectorales. On assiste à la résurgence des cabales romaines : des alliés par pacte se poignardent mutuellement dans le dos. On concocte l’écroulement de la majorité parlementaire déjà existante pour en créer une autre, retardant ainsi la sortie du gouvernement en faveur des intérêts obscurantistes. Pire, le pays est plongé dans l’angoisse terrifiante d’une autre guerre civile qui pourrait découler des machinations démentielles orchestrant la dissolution du parlement ou la mise en accusation du nouveau président. On joue avec le feu : ces schémas plongeront le pays dans un chaos pire que celui de 1997-2003. Aucun groupe n’y sera gagnant.

Dans le contexte exécrable des milices sanguinaires ravageant l’Est, conjuguée aux morts vertigineuses découlant de la maladie à virus Ebola qui empire, dans la cacophonie totale des gouvernants, toute la nation est traumatisée. Les millions de Congolais, qui ne gagnent rien du tout des sordides manœuvres politiciennes auxquelles se livrent vos incurables caciques respectifs, ont droit à la sérénité pour vaquer à leurs modestes occupations qui les font vivre.

Chers frères président et président honoraire,

Il est urgent que vous deux, comme arche leaders nationaux, vous puissiez dialoguer, mettre en place des structures d’autorégulation et d’autocorrection de votre association politique, capables de vous aider à convertir la coalition FCC-CACH en une véritable force républicaine pour le développement fulgurant de la RDC. Ne laissez pas ce pays sombrer dans le gouffre à cause du donquichottisme des apparatchiks tradi-politiciens tirant les ficelles dans l’ombre. Aplanissez vos différends pour former le Gouvernement afin de permettre au pays de retrouver son l’élan de propulsion vers l’émergence dont les fondamentaux ont été du reste déjà réalisés de 2001 à 2018. Par ailleurs, quel que soit le résultat à l’élection du président du Senat, promouvez l’élégance politique digne des hommes d’Etat pour un bon fonctionnement de la chambre haute de notre Parlement.

Pour paraphraser le penseur Français Edgard Morin, au-delà des contradictions, la crise a une vertu cathartique permettant aux hommes d’élucider les déficiences et de faire jaillir leur génie insoupçonné. Nous avons managé le régime le plus complexe de l’Afrique contemporaine dans le gouvernement tentaculaire 1+4, composé d’anciens belligérants armés. C’est encore possible comme l’avait prophétisé notre poète de la musique chrétienne feu Alain Moloto. Nous pouvons, aujourd’hui, opérationnaliser la coalition FCC-CACH, pour doter le pays de toutes les institutions et surtout d’un gouvernement performant, capable de déployer une robuste intelligence développementale pour propulser l’émergence du Congo.

Permettez-moi de vous rappeler ce proverbe Luba du Kasaï : « Babela mwan’amuntu wamufwa wateleja.

Avec toute l’expression de nos positives considérations.

Kinshasa, le 22 Juillet 2019

(Hubert Kabasu Babu Katulondi (libre-penseur et écrivain))

A lire aussi

Pétrole : Il n’y aura pas rupture de stock à travers la RDC ?

Les membres du Groupe professionnel des distributeurs de produits pétroliers (GPDPP) tiennent au respect des …

Laisser un commentaire