samedi , 21 septembre 2019
Accueil / Afrique / RDC : Investiture du Gouvernement Ilunkamba

RDC : Investiture du Gouvernement Ilunkamba

Selon des sources qualifiées, l’option d’une session extraordinaire a été levée pour la Chambre basse du Parlement. Une date a même été annoncée : le jeudi 15 août courant. A ce sujet, les mêmes sources affirment que des instructions formelles ont été données au Gouvernement sortant, en vue de débloquer les moyens nécessaires à la tenue de cette session spéciale qui ne devra durer que quelques jours.

Au cas où la date du 15 août annoncée pour la session extraordinaire de l’Assemblée nationale serait maintenue, alors cette réunion interviendrait à moins d’un mois de la rentrée parlementaire prévue pour le 15 septembre, date d’ouverture de la deuxième session ordinaire essentiellement budgétaire. De ce point de vue, le Gouvernement Ilunkamba a fortement besoin de temps nécessaire pour, justement, apprêter son projet de loi des Finances de l’Etat pour l’exercice qui pointe à l’horizon. C’est ce projet de Budget qui devra constituer la principale matière à l’ordre du jour de la session de septembre prochain.

LE PROGRAMME AVANT LE PROJET DE LOI BUDGETAIRE

Avant de penser à l’élaboration du projet de loi budgétaire, le Premier ministre Sylvestre Ilunga devra d’abord présenter le Programme de gestion de son équipe. C’est à l’issue de ce verbatim du Chef du Gouvernement, que son cabinet sera soit investi, soit ajourné, selon que les députés nationaux approuvent ou rejettent ledit Programme. Partant, comme pour la confection du projet de Loi des Finances de l’Etat pour l’exercice 2019, Sylvestre Ilunga a également besoin d’un peu plus de temps pour concevoir un Programme qui soit du goût de son comptable. A savoir, l’Assemblée nationale.

Evidemment, dans un environnement politique particulier où deux principales forces politiques ont convenu de former une nouvelle majorité parlementaire, on ne voit pas comment le Premier ministre pourrait trébucher, lui qui est l’émanation de la coalition FCC-CACH. Fort de cette évidence, d’aucuns minimisent le danger de voir rejeté par les députés nationaux, le Programme d’investiture du Premier ministre. Pour nombre d’observateurs, l’exercice procède plus d’un simple formalisme, mieux de conformisme au rituel parlementaire.

Mais en dépit de cette réalité politique plus qu’évidente, les députés nationaux au cours de leur session extraordinaire sont exhortés à faire preuve de minimum de rigueur. Car, de plus en plus, des observateurs pensent que l’ambiance qui caractérisera la cérémonie d’investiture du Premier ministre, sera le reflet du contrôle parlementaire.

A propos de la formation du Gouvernement, l’opinion constate qu’après signature, lundi 28 juillet dernier, de l’Accord FCC-CACH au Kempinski Fleuve Congo Hôtel, les choses semblent aller vite. Les consultations entamées par le Premier ministre depuis le mercredi dernier confortent cette thèse.

Après la rencontre mercredi dernier à l’Hôtel du Gouvernement, avec les chefs des délégations des composantes FCC – CACH, le Chef de l’Exécutif estampillé de coalition, a reçu hier jeudi, les représentants des deux camps. Aujourd’hui vendredi 9 août, Sylvestre Ilunga consultera les émissaires des forces vives, des délégués des confessions religieuses, des entreprises publiques, du patronat congolais, des mandatés des jeunes et des femmes.

LE CRITÉRIUM

Les Congolais retiennent leur souffle. Plus que quelques jours et le premier gouvernement de l’ère FATSHI sera officiellement connu après près de 7 mois d’attente. Les consultations pour la confection de ladite équipe ont démarré mercredi 7 août à l’immeuble du Gouvernement où le Premier ministre a rencontré les coordonnateurs des deux principales plateformes, Néhémie Mwilanya (FCC) et Jean-Marc Kabund (CACH), avec lesquels il a évoqué l’ensemble des critères d’éligibilité pour les candidats au futur gouvernement.

Selon ce critérium élaboré par le nouveau Premier ministre, les candidats au futur Gouvernement ne devraient pas faire l’objet des condamnations judiciaires fermes en RDC ou à l’étranger. Tous les membres doivent  » adhérer au code de conduite du Gouvernement de la République « .

Sylvestre Ilunga Ilunkamba met le curseur particulièrement sur la compétence, l’intégrité et la capacité de travailler en équipe. La prochaine équipe comptera anciennes et nouvelles figures et générations montantes. Ce n’est pas tout. Le Premier ministre veille également sur la représentativité significative du genre et l’équilibre géopolitique.

Les candidats au premier gouvernement de l’ère Félix Tshisekedi devront aussi être capables de travailler sous l’autorité du Premier ministre qui leur fera signer un contrat de performance.

Chaque composante devra proposer au moins trois candidats par poste ministériel par ordre de préférence avec CV.

Ilunga Ilunkamba a souligné que son Gouvernement sera celui des personnes soucieuses de servir le peuple. « L’objectif est de doter le pays d’un gouvernement constitué des femmes et hommes intègres et pleines de bonne volonté pour nous permettre de contribuer à l’amélioration des conditions de vie du peuple congolais », a-t-il fait savoir.
Le Premier ministre a remercié le chef de l’État pour la confiance placée en sa personne avant de convier le FCC et le CACH à travailler avec diligence afin que les listes des futurs ministres lui soient transmises au plus tard dimanche.

Pour rappel, ces consultations officielles débutées hier mercredi se clôtureront samedi. Selon le chronogramme des rencontres, le Premier ministre reçoit ce jeudi 8 août les délégations de FCC et CACH, séparément. Vendredi, ce sera au tour des forces vives, confessions religieuses, entreprises publiques (Aneap), patronat (FEC), délégations des jeunes, des femmes d’être reçues à l’Hôtel du Gouvernement… Les plateformes doivent présenter trois candidatures avec un CV à l’appui pour chaque poste ministériel, dès le dimanche 11 août 2019. Le Premier ministre entend déposer au président de la République la monture du gouvernement le mardi 13 août 2019.

LUTTE CONTRE LA CORRUPTION

Sylvestre Ilunga Ilunkamba entend bien poser ses pas dans ceux du Chef de l’Etat Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo. Depuis le 25 juillet, soit près de deux semaines après la cérémonie commémorative de la 1ère Journée africaine de lutte contre la corruption que FATSHI avait présidée à Kempinsky, le Premier ministre s’est résolu à faire la ronde de tous les services publics sur lesquels il compte s’appuyer pour lutter contre ce fléau et faire asseoir la bonne gouvernance.

C’est dans ce cadre qu’il a visité hier lundi 5 août, le siège de la Direction générale du contrôle des marchés publics (DGCMP), indique un communiqué de presse de la Primature dont une copie a atterri, par bon vent, à Forum des As. Ce service public relevant du ministère du Budget,précise le document, a pour mission essentielle le contrôle de conformité dans l’attribution des marchés publics.

C’est la quatrième sortie en 12 jours, depuis le 25 juillet, du Premier ministre. Outre la DGCMP, Il a déjà tour à tour visité l’Observatoire de Surveillance et lutte contre la Corruption et d’Ethique Professionnelle (OSCEP), la Cour des Comptes et l’Inspection Générale des Finances.

A l’instar de ses précédentes inspections, le Premier ministre tient à évaluer les conditions de travail de la DGCMP,  » un maillon essentiel de l’architecture qu’il entend mettre en place dans l’amélioration de la gouvernance dans le secteur des finances publiques et la lutte contre la corruption « . Le personnel de la DGCMP a profité de la présence du Premier ministre dans ses murs pour dénoncer les pressions qu’il subit tout au long des procédures d’attribution des marchés publics. Et ce, parfois de la part même des autorités publiques sensées veiller à l’application de la règlementation. En réponse aux doléances des agents et cadres de ce service de l’Etat, le chef du Gouvernement leur a promis son soutien tout en leur demandant de « résister aux pressions d’où qu’elles viennent « .

A noter donc que les visites d’inspection des services publics que le Premier ministre effectue depuis près de deux semaines sont un message fort de ce qu’il entend faire par la suite. Renflouer les caisses de l’Etat. Et pour cela, il n’y aura pas de place pour  » des détourneurs intouchables « . Il ne pouvait en être autrement pour le chef du Gouvernement, celui-là même qui est chargé de porter la vision de FATSHI, la lutte contre les antivaleurs.

Le chef de l’Etat avait lui-même annoncé les couleurs le 12 juillet dernier lors de la cérémonie commémorative de la 1ère Journée africaine de lutte contre la corruption qu’il avait présidée le 12 juillet dernier à Kempinsky Fleuve Congo Hôtel de Kinshasa. FATSHI avait annoncé une série de mesures qu’il comptait prendre dans un proche avenir pour lutter efficacement contre la corruption sous ses différentes formes en RDC. Il avait également promis de signer et déposer les instruments de ratification de la convention de l’Union Africaine sur la prévention et la lutte contre la corruption. Sur le plan institutionnel, le président de la République avait annoncé la création sous peu, au sein de son cabinet, d’un service spécialisé dénommé  » Coordination pour le changement de mentalité « , (CCM), qui aura entre autres missions, d’assurer la prévention, la sensibilisation et la lutte contre toutes sortes d’antivaleurs.Le tout devant concourir à booster la bonne gouvernance.

(avec Grevisse KABREL, Didier KEBONGO, ForumDesAs(RDC))

A lire aussi

Gouvernement : Un programme ambitieux mais utopique en RDC

Dernière mise à jour, le 16 septembre 2019 à 04:05 Le gouvernement de la République …

Laisser un commentaire