samedi , 21 septembre 2019
Accueil / Afrique / Gouvernement : Fatshi invité à la vigilance

Gouvernement : Fatshi invité à la vigilance

Ça se bouscule dans les états-majors de ces deux plateformes, du fait que tout le monde veut avoir droit au chapitre. D’où, le président de la République doit rester ferme et rigide afin de porter son choix sur les bonnes figures. Il a exigé au CACH et au FCC de lui transmettre trois noms par portefeuille et leur transmis un critérium pour les ministrables. Même si le FCC occuperait bon nombre de ministères, il revient à Félix Tshisekedi de dire un dernier mot concernant la sélection des animateurs qui vont œuvrer selon sa vision. Aussi, le duo FCC-CACH doit-il être le catalyseur de l’accomplissement des promesses de campagne du chef de l’État. Raison pour laquelle tout doit se faire sur la base de critères définis.

Après la conclusion des négociations entre CACH et FCC sur la formation du gouvernement, le chef de l’État Félix Tshisekedi est invité à la vigilance pour jeter son dévolu sur les personnes qui feront partie de l’équipe d’Ilunkamba. Dans cet ordre d’idées, l’ACAJ appelle le président de la République à faire signer aux prochains ministres un acte d’engagement, car ce dernier l’aidera à faire le suivi de la conduite de chaque membre du gouvernement.

Déjà ça se bouscule dans les états-majors de ces deux plateformes, du fait que tout le monde veut avoir droit au chapitre. D’où, le président de la République doit rester ferme et rigide afin de porter son choix sur les bonnes figures. Il a exigé au CACH et au FCC de lui transmettre trois noms par portefeuille et leur transmis un critérium pour les ministrables. Même si le FCC occuperait bon nombre de ministères, il revient à Félix Tshisekedi de dire un dernier mot concernant la sélection des animateurs qui vont œuvrer selon sa vision.

Aussi, le duo FCC-CACH doit-il être le catalyseur de l’accomplissement des promesses de campagne du chef de l’État. Raison pour laquelle tout doit se faire sur la base de critères définis. Et, déjà, le Premier ministre Ilunga Ilunkamba espère transmettre ce samedi au président de la République la première mouture de son exécutif.

Un acte d’engagement…

Pour l’ACAJ, la prochaine équipe doit être celle des femmes et des hommes devant travailler selon la vision du président de la République, en luttant contre la corruption et toute forme d’enrichissement illicite. Ladite organisation appelle Félix à faire signer aux prochains ministres l’acte d’engagement. Et cela doit être connu de tous les Congolais. Le président de la République avait, rappelle-t-on, annoncé fin février qu’il va proposer à ses partenaires du FCC un code de bonne conduite dans la gouvernance du pays.

Face aux critères de sélection des « ministrables », la barre est placée très haut. Seuls les athlètes de haut niveau réussiront à la franchir. Quant à la Société civile, il s’agit d’une occasion pour que Félix Tshisekedi essaye de donner de l’espoir à ce pays en combattant les antivaleurs.

Dix critères

Les chefs des regroupements politiques sont avertis. Le Premier ministre n’entend pas retrouver sur la liste de trois nominés à lui envoyer, rien des noms de caciques et de leurs proches. Ce brillant professeur d’Economie veut que les choses se fassent dans le respect strict de la vision du chef de l’Etat qu’il veut matérialiser déjà à l’étape de la formation du gouvernement.

Lors des consultations qu’il mène, il a énoncé dix critères qui permettront aux regroupements politiques de la coalition gouvernementale d’arrêter des listes qui tiennent compte des éléments essentiels. En plus des critères objectifs comme un casier judiciaire vierge, il convient d’épingler des critères qui n’apparaissent pas si évidents comme celui d’accorder une place de choix aux nouvelles figures, à la femme ou à la personne vivant avec handicap.

Sur la short-list qui servira aux arbitrages avec le chef de l’Etat, il convient d’attirer l’attention sur le souhait du Premier ministre de ne pas s’encombrer de vieilles figures. Ce qu’il suggère par le dosage est une manière policée de recommander à ses partenaires au sein du gouvernement de marquer ce moment de rupture que tout le monde souhaite vivre. C’est ainsi qu’il invite les chefs des partis à lui proposer aussi d’autres têtes pour la relève. L’alchimie est simple pour ces chefs des partis. Cette fois, le tamisage sera strict et des aventures du genre « ministrable fictif », ou des propositions n’alignant que copines, fils ou filles de… ne seront pas tolérées. Les services seront mis à contribution, sans doute, pour démasquer ces pratiques d’un autre âge à la peau dure que le pays a vécu durant des années.

Des chefs des regroupements politiques doivent savoir qu’au sein de leurs partis respectifs, il y a des jeunes compétents, dynamiques et capables de faire bouger les lignes. De même, il existe aussi des femmes dignes, compétentes, pouvant changer l’évolution de la gestion de la chose publique. Toutes ces catégories ne peuvent pas se retrouver exclusivement dans leurs familles biologiques moléculaires ou élargies à des copines. Le népotisme dans le gouvernement Tshisekedi et Ilunga ne sera ni favorisé, ni encouragé sous n’importe quelle forme.

En schématisant et pour avoir un maximum de chance de retenir l’attention du couple Félix Tshisekedi et Ilunga ilunkamba, les regroupements politiques ont intérêt à aligner, un cacique et deux nouvelles figures (féminine et masculine). Procéder autrement reviendrait à sortir de la ligne tracée et, donc, se livrer à l’opprobre de la nation entière.

(avec lePotentiel(RDC))

A lire aussi

Gouvernement : Un programme ambitieux mais utopique en RDC

Dernière mise à jour, le 16 septembre 2019 à 04:05 Le gouvernement de la République …

Laisser un commentaire