mercredi , 21 août 2019
Accueil / Afrique / Jean-Pierre BEMBA : Tribaliste ou régionaliste ?
Martin Fayulu MADIDI accueil Jean-Pierre BEMBA, le 23 juin 2019 à son arrivée à Kinshasa.
Martin Fayulu MADIDI accueil Jean-Pierre BEMBA, le 23 juin 2019 à son arrivée à Kinshasa.

Jean-Pierre BEMBA : Tribaliste ou régionaliste ?

Dernière mise à jour, le 11 août 2019 à 03:03

D’aucuns privilégieraient la thèse de la vengeance. Car, l’histoire sociopolitique de la RDC retiendra que Martin Fayulu Madidi trimbalera ad vitam aeternam le visage de celui-là même qui avait préféré accorder sa voix au candidat André Kimbuta, originaire de la même province que lui, lors de l’élection du gouverneur de la Ville-Province de Kinshasa en Juillet 2007 au détriment du candidat présenté par le Mouvement de Libération du Congo alors présidé par Jean-Pierre Bemba Gombo, à savoir Adam Bombole Nshole. Cet antécédent a été l’une des causes que les électeurs de la province de l’Equateur avaient brandies pour lui refuser leurs voix lors de l’élection présidentielle du 30 décembre 2018.

Aujourd’hui rien ne dit pas que les amis du leader du MLC se frottent les mains en relisant les éléments de cette interview publiée le lundi dernier. A la question de savoir sa position face à la plate-forme électorale « Lamuka », Jean-Pierre Bemba Gombo a répondu que cette association momentanée est appelée à perdurer comme cercle de réflexion pour le peuple congolais. Quant à savoir s’il va se présenter à l’élection présidentielle en 2023 au rythme du slogan de la «Vérité des urnes». Le leader du MLC s’est déclaré réaliste et pragmatique. D’ici 2023, a-t-il soutenu, il est trop tôt et maladroit pour prendre position à ce sujet, car beaucoup des choses peuvent survenir sur la scène sociopolitique congolaise. Quant aux autres membres de la coalition « Lamuka », entendez particulièrement Moïse Katumbi, le leader de la coalition « Ensemble », Jean-Pierre Bemba a réagi avec la dernière énergie : « je parle avec lui tous les jours  et hier encore ».

En se replaçant en 2023 pour l’élection présidentielle, Jean-Pierre Bemba reconnait Tshisekedi comme Chef de l’Etat, position qui avait été à la base de la sortie précipitée de Fatshi et Vital Kamerhe de la salle de l’hôtel de Genève. Où se tenait cette réunion des leaders congolais pour convenir sur une candidature unique conformément à l’une des résolutions prises à Johannesburg au mois de juin de la même année. Le candidat de l’Udps, Félix-Antoine Tshisekedi et Vital Kamerhe de l’UNC vont se retrouver quelque part toujours à Genève, ensuite à Bruxelles avant de réapparaitre une semaine après à Nairobi, au Kenya pour mettre en place leur coalition électorale du nom de Fatshi-Vit. Malheureusement pour Jean-Pierre Bemba Gombo, la Cour Constitutionnelle va le déclarer inéligible à la suite de l’arrêt de la Cour Pénale Internationale l’ayant condamné à la peine de prison de 12 mois pour subornation des témoins.

On croyait clos cet épisode de cette peine privative de liberté avec sursis, mais voilà que les partisans du MLC se sont rabattus sur la thèse de la vengeance comme un plat qui se mange froid. Dans son for intérieur et maudissant probablement ses ancêtres, Martin Fayulu, qui se présentait jusqu’hier comme le président de la République élu, devrait comprendre que la politique est une affaire des rapports d’intérêt et des forces et non des sentiments. Tous les leaders de cette plate-forme, à l’instar de ceux de l’Ensemble, Alternance pour la Démocratie et autres se sont déjà rangés pour participer aux institutions de la République. Tels Délly Sessanga, Claudel Lubaya, Bertrand Ewanga, Christian Mwando Nsimba, Pierre Lumbi, Modeste Mutinga, etc.  A bon entendeur salut ! Que deviendra-t-il sur la scène politique congolaise dès lors qu’il a cédé son siège de député national, à son premier suppléant. C’est dommage pour cet homme qui, par son combat téméraire aux côtés d’autres leaders de l’opposition démocratique, ne passait pas inaperçu et ne laissait personne indifférent. 

(avec lePhare)

A lire aussi

USA : Des centres de détention de migrants clandestins au Texas

La police américaine aux frontières était mardi sous un feu nourri de critiques après la …

Laisser un commentaire