samedi , 21 septembre 2019
Accueil / Afrique / Conflit avec Kabila : Bahati porte plainte

Conflit avec Kabila : Bahati porte plainte

Dernière mise à jour, le 8 août 2019 à 07:43

« Nous, Collectif d’avocats de l’AFDC-A, nous sommes venus déposer la plainte du président statutaire, le sénateur Modeste Bahati Lukwebo. Cette plainte est dirigée contre certains membres du regroupement qui tentent vainement d’obtenir un dédoublement dans le fonctionnement de notre regroupement AFDC-A et Alliés. Ils ont déjà posé des actes. C’est pourquoi vous allez constater qu’il y aura des conséquences juridiques graves. Juridiquement par rapport aux actes qu’ils posent. L’opinion sera tenue au courant, étant donné que l’instruction préjuridictionnelle est sécrète. La plainte est claire est, le moment venu, vous allez en connaitre les tenants et les aboutissants ».

La crise au sein de l’Alliance des Forces Démocratiques du Congo et Alliés (AFDC-A) prend des tournures judiciaires. Loin de se contenter des menaces, Modeste Bahati traine désormais ses adversaires du Front Commun pour le Congo (FCC) en justice. La plainte a été déposée hier jeudi 18 juillet au Parquet général près la Cour de cassation.

Se confiant à la presse, l’autorité morale de l’AFDC-A charge ses pourfendeurs qu’il accuse d' »usurpation de pouvoir, d’abus de pouvoir, de débauchage, faux en écriture, de menaces, d’insultes, de trouble de quiétude et imputations dommageables ».

Prié de citer nommément les noms contenus dans sa plainte, Modeste Bahati épingle Me Néhémie Mwilanya Wilondja (le Coordonnateur du FCC), Mme Nene Ilunga Nkulu (désignée présidente et autorité morale de cette plateforme dans le camp des cadres du regroupement de Bahati, restés fidèles au FCC), Steve Mbikayi Mabuluki, Jean-Pierre Tshimanga Buana, Patrick Djanga Katakala…

GRIEFS ARTICULES PAR MODESTE BAHATI

Le leader de l’AFDC-A dénonce, de prime abord, l’usurpation du pouvoir. A ses yeux, par leur déclaration du 16 juillet 2019, les personnes incriminées se sont arrogé le pouvoir de la Conférence des présidents de l’AFDC-A et de l’Autorité morale et Président dudit Regroupement. Ce, en s’auto érigeant en organes décisionnels du Regroupement pour engager l’AFDC-A auprès du FCC et des tiers, et en convoquant des réunions sans qualité ni mandat, fait remarquer Bahati Lukwebo.

Dans la ligne de mire du président de l’AFDC, Mme Ilunga Nkulu Nene, accusée de s’être autoproclamée présidente de la Conférence des chefs des partis du regroupement AFDC-A. Pourtant, elle n’est chef d’aucun parti politique, tempête Modeste Bahati. Last but not least, elle a conduit, en cette qualité, une délégation auprès de l’honorable Jeanine Mabunda Lioko Mudiay, Présidente de l’Assemblée nationale. 

MESSAGES MENAÇANTS

Autres griefs relevés par l’autorité morale, c’est le fait que les personnalités mises en causes aient formulé des messages menaçants à l’endroit des élus, gouverneurs et vice-gouverneurs, ministres provinciaux, mandataires, et aux cadres de l’AFDC-A. Modeste Bahati épingle plus singulièrement le Coordonnateur du FCC, M. Mwilanya Wilondja Néhémie. Selon le plaignant, ce dernier n’a pas qualité à demander à l’AFDC-A de virer son président.

Il n’a pas non plus le pouvoir de faire une mise en demeure aux élus AFDC-A. Est aussi visée par l’accusation relative à l’ultimatum de 72 heures , Mme Nene Ilunga Nkulu, coupable à ses yeux d’avoir agi de la sorte sans en avoir la qualité.

Pour étayer son accusation, Modeste Bahati brandit, d’une part, le caractère privé du FCC et, de l’autre, l’article 4 de la Charte de cette méga plateforme qui consacre l’autonomie de chaque membre.

VIOLATION FLAGRANTE

Le n°1 de l’AFDC-A voit aussi l’usurpation du pouvoir dans son exclusion, en date du 16 juillet 2019, de la direction de son regroupement et la désignation d’Ilunga Nkulu Nene comme présidente de la Conférence des présidents. Pour Bahati, cette manœuvre sent la violation flagrante du Protocole d’accord portant création dudit Regroupement.

Chargeant à nouveau le Coordonnateur du FCC, le porte-étendard de l’AFDC-A parle du débauchage sur fond d’intimidations et de promesses. Il fustige, en outre, le fait de publier de fausses signatures et de faire signer leurs déclarations par des personnes non membres d’aucun parti membre du regroupement AFDC-A. 

(avec FDA)

A lire aussi

Gouvernement : Un programme ambitieux mais utopique en RDC

Dernière mise à jour, le 16 septembre 2019 à 04:05 Le gouvernement de la République …

Laisser un commentaire