mardi , 17 septembre 2019
Accueil / Afrique / RDC : Fatshi dans la continuité du système corrupteur
Fatshi [chemise blanche], président de la RDC, lors meeting au Stade des Martyrs de Kinshasa.
Fatshi [chemise blanche], président de la RDC, lors meeting au Stade des Martyrs de Kinshasa.

RDC : Fatshi dans la continuité du système corrupteur

Dernière mise à jour, le 14 juillet 2019 à 10:54

La Rdc reste toujours confrontée aux grands défis de bonne gouvernance et de la lutte contre la pauvreté dans la mesure où le pays occupe le 176ème rang sur 189 pays concernant l’indice du développement humain. Quel que soit le changement à la tête de l’Etat, les espoirs ne sont pas permis dans l’amélioration du climat d’affaires et dans la passation des marchés publics au regard de la supposée correspondance signée en date du 13 juin par le directeur-adjoint de cabinet de Felix Tshisekedi concernant la construction d’un palais présidentiel pour le montant de 180 millions d’euros. Même si la présidence congolaise veut se dédouaner arguant que ce sont des faux documents, il y a le proverbe qui dit : « quand le vin est tiré, il faut le boire ». Il faut que Tshisekedi assume ses choix de sortir du placard de vieux projets dont leurs montages financiers sont douteux. Pourquoi cette volonté pernicieuse de s’inscrire dans la spirale des oligarques congolais qui ont criminalisé l’économie congolaise ? Nous estimons qu’il y a des règles à respecter dans la passation des marchés et que les congolais n’ont plus envie de voir les dirigeants adeptes de détournements de deniers publics à travers des filières corruptives comme celle de l’entreprise improvisée par la présidence actuelle en Rdc: » Democratic Congo High tech construction company ».

Les congolais sont révoltés par tous ces excès qui prouvent que le nouveau président continue dans les pratiques du régime précédent fait des scandales. Nul n’ignore que monsieur Désiré Cashmir Kolongele Eberande ne pouvait signer la fameuse correspondance sans l’assentiment de son Chef le président de la Rdc. Cette correspondance doit soulever de vives réprobations quand on sait à priori que ce sont des voleurs de la république qui demeurent les plus grands responsables de la misère noire que vivent les congolais.

Néanmoins, nul n’ignore quelles sont les règles régissant les passations des marchés publics dans l’objectif d’éviter les scandales de corruption ou les collusions entre décideurs et entrepreneurs. Cette grave affaire qui implique in fine Felix Tshisekedi porte atteinte à l’intégrité publique définie selon l’Organisation de coopération et de développement économique( OCDE, 2017) comme  »la conformité et l’adhésion sans faille à une communauté de valeurs, de principes et de normes éthiques aux fins de protéger l’intérêt général comme les intérêts privés et de lui accorder la priorité sur ces derniers au sein du secteur public ».

Pourquoi parle-t-on de la bonne gouvernance en démocratie comme levier du développement ? Une bonne gestion des marchés publics permet de réaliser des économies sur les dépenses de l’Etat, de contribuer à la lutte contre la pauvreté et à réaliser des objectifs du Millénaire pour le développement(OMD). La procédure entamée par le directeur-adjoint du président de la Rdc doit être perçue comme une tentative de corruption, de non-reddition de comptes de mauvaise gouvernance. Quand un décideur de par sa fonction facilite par un acte, une opération de passation des marchés sans appel d’offre ouvert érigé comme règle de base, il s’agit bien de la corruption.

L’équipe de F. Tshisekedi s’inscrit dans la logique des oligarques véreux qui surfacturent les marchés pour détourner des devises.Nous sommes très loin des voeux formulés par Felix Tshisekedi lors de son discours programme d’urgence appelant au changement de mentalité et à l’assainissement du climat d’affaires. Toutes ces pratiques surannées d’opacité des marchés sans appel d’offre ou de détournements de deniers publics au profit des entreprises montées de toutes pièces qui étaient la marque de Kabila viennent raviver le règne de Tshisekedi .

Même si le directeur-adjoint de cabinet du président congolais veut se justifier en parlant  »d’un torchon fait par des gens qui souhaitent les salir », c’est que vous avez déjà des mains sales parce que vous paraissez les artisans des projets mafieux.Qui peut vous faire confiance? Votre présidence donne déjà l’impression d’un règne qui sera fait de beaucoup de fraudes et postures machiavéliques quand vous avez autour de vous le  »Kamerhéon » qui demeure un mélange de genres, un homme d’obsession, une girouette.

(Professeur Florent Kaniki)

A lire aussi

Gouvernement : Un programme ambitieux mais utopique en RDC

Dernière mise à jour, le 16 septembre 2019 à 04:05 Le gouvernement de la République …

Laisser un commentaire