mardi , 19 novembre 2019
Accueil / Afrique / Mbusa NYAMWISI : Le traitre qui a trahi Lamuka

Mbusa NYAMWISI : Le traitre qui a trahi Lamuka

Dernière mise à jour, le 22 juin 2019 à 05:09

La crise s’enlise au sein de la coalition « Lamuka ». Cette plateforme électorale se vide de sa substance avec les départs en cascades de ses tenors. Le dernier en date est celui dd Mbusa Nyamwisi qui souhaite aider le président de la République, Felix-Antoine Tshilombo Tshisekedi, dans la lutte contre l’épidémie à virus Ebola et l’insécurité sévissant à l’Est de la République démocratique du Congo (RDC). Il a obtenu les garanties sur son entrée au gouvernement Fatshi, selon une source crédible du FCC de Joseph Kabila.

Dans un communiqué rendu publique, ce mardi 18 juin, Mbusa Nyamwisi indique qu’il compte contribuer pour le dévelopemen de la République démocratique du Congo, eu égard à la situation sociopolitique de l’heure.

« Je préfère ainsi suspendre, à dater de ce jour, ma participation aux activités de Lamuka afin de consacrer mon entière disponibilité à la lutte contre les deux fléaux précités », note le communiqué.

Il s’agit d’un nouveau revirement de la situation dans la coalition née à Genève, en novembre dernier et qui a perdu deux de ses pères fondateurs (Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe).

Cependant, Adolphe Muzito et Martin Fayulu s’accrochent au fameux combat de la vérité des urnes, revendiquant la victoire à l’élection présidentielle du 30 décembre 2018.

Le deal Mbusa – Fatshi

En réalité, la position de Mbusa Nyamwisi était devenue intenable. Un pied dans l’opposition Lamuka, un autre chez Tshisekedi, le grand écart n’était pas tenable. L’opposant, ancien ministre des Affaires étrangères sous le gouvernement Gizenga, et de l’Aménagement du Territoire sous Muzito est rentré à la fin du mois de mai à Kinshasa. Un retour au pays après près de 7 années d’exil. Un retour rendu possible après de nombreuses tractations avec le clan Tshisekedi tant en Ouganda qu’au Kénya.

Si Antipas Mbusa Nyamwisi est rentré, c’est donc pour prendre des responsabilités dans le futur exécutif congolais et s’il annonce la suspension de sa participation à Lamuka, c’est qu’il doit avoir obtenu des garanties sur le rôle qu’il pourra jouer dans les prochains mois pour venir en aide à sa communauté. L’homme, roué aux méandres des négociations politiques, n’a pas pris le risque de rentrer sans certaines garanties et n’envoie certainement pas ce courrier s’il n’a pas d’autres garanties sur le rôle qui sera le sien à l’avenir.

Lors des pourparlers avec le clan Tshisekedi, selon un membre de l’équipe des négociateurs, l’opposant auquel un poste ministériel était proposé a clairement fait savoir ses préférences. Demandant soit la primature (impossible à accorder pour la plateforme Cach qui est obligé de subir les diktats de Kabila largement majoritaire au Parlement), soit la Défense ou l’Intérieur. Deux postes régaliens qui semblent jusqu’ici promis aux membres du FCC.

« Mbusa pourrait aussi accepter le portefeuille de la Santé », poursuit un proche du clan Kabila. « S’il veut venir en aide aux populations locales, c’est un poste qui est essentiel dans la lutte contre Ebola et qui lui donnerait une bonne visibilité ».

Le courrier de Mbusa Niamwisi semble en tout cas indiquer qu’il a obtenu les garanties sur son entrée au gouvernement et que l’annonce de la composition de cet exécutif, attendu depuis six mois, devrait être pour les tout prochains jours.

Katumbi prend acte

C’est en sa qualité de coordonateur de la plateforme politique LAMUKA que Moïse Katumbi a, dans une courte correspondance signée le 18 juin à Bruxelles, accusé réception de la décision de Mbusa Nyamwisi, l’un des membres du présidium, de suspendre sa participation aux activités dudit regroupement politique. « J’en prends bonne note », a-t-il écrit.

Dans une correspondance adressée à Moise Katumbi, Antipas Mbusa Nyamwisi avait motivé sa décision par les concertations qu’il a eues avec Félix Tshisekedi  » pour apporter sa contribution dans la lutte contre le virus Ebola et l’insécurité dans l’Est du pays notamment, à Beni, Butembo et dans l’Ituri ».

Il a également soutenu qu’il a « l’appréhension que certains aspects de l’approche arrêtée en accord avec les autorités de la République pour combattre efficacement ces deux phénomènes pourraient ne pas rencontrer l’adhésion de tous les membres du présidium » de LAMUKA.

Pour rappel, la réunion du présidium de LAMUKA devait avoir lieu avant la fin de ce mois. Le porte-parole rapporte Chérubin Okende a, à cet effet, souligné que l’agenda de Katumbi à Kinshasa ne prévoyait pas la tenue de la réunion mais plutôt à Lubumbashi.

« L’arrivée de Moïse Katumbi à Kinshasa ce n’était pas pour la réunion. Vous savez qu’il est le coordonnateur de LAMUKA jusqu’au mois de juillet à ce que j’ai appris je sais qu’il y aura réunion des leaders de Lamuka mais ça sera à Lubumbashi ».

Chérubin Okende d’ajouter à ACTUALITE.CD : « Nous sommes convenus que nous accueillons Jean-Pierre Bemba, nous participons à la commémoration du dixième anniversaire du décès de Jeannot Bemba. Après, nous allons fixer un autre calendrier. Le « safari » n’est pas annulé ». En attendant, l’arrivée à Kinshasa de Jean-Pierre Bemba est toujours maintenue pour ce dimanche 23 juin prochain.

« Lamuka repose sur le peuple et non sur les individus »

Devos Kitoko, secrétaire général (SG) du parti politique ECIDE, l’un des communicateurs de LAMUKA a réagi mercredi au renoncement par l’un des sept leaders de la plateforme, Antipas Mbusa Nyamwisi qui a annoncé son départ.

D’entrée de jeu, Kitoko fait savoir que cette défection de Nyamwisi Mbusa comme de toute autre personne n’a aucun impact négatif sur la plateforme LAMUKA. Car, celle-ci repose sur le peuple et non sur les individus. C’est le peuple qui est en train de mener le combat pour la vérité des urnes et non des personnes.

LAMUKA, assure le SG d’ECIDE tient bon en dépit de ces départs.

A lire aussi

RDC : Exigence d’une justice équitable au Nord-Kivu

« La plupart des jugements rendus dans l’exécution des procès à Goma ne respectent plus …

Laisser un commentaire