samedi , 21 septembre 2019
Accueil / International / Amérique / Fusillade : Hommage aux personnes abattues Virginia Beach

Fusillade : Hommage aux personnes abattues Virginia Beach

« Des choses pareilles ne devraient pas arriver » : la ville américaine de Virginia Beach rendait hommage samedi aux 12 personnes abattues la veille par un employé municipal, dont les enquêteurs tentaient d’identifier le mobile. Un par un, les visages souriants des 12 victimes ont été projetés sur un écran, accompagnés de brefs éléments biographiques, lors d’une conférence de presse émouvante samedi matin. Sept hommes et cinq femmes qui, comme le tireur étaient tous – sauf un – employés municipaux de Virginia Beach, station balnéaire de 450.000 habitants au sud de Washington où se trouve également une importante base de la marine américaine.

Richard Nettleton travaillait depuis 28 ans comme technicien pour la ville. Michelle « Missy » Langer comptait elle 12 années de service public, Katherine Nixon 11…

« Ils laissent derrière eux un vide que nous ne serons jamais en mesure de combler », a déclaré le responsable administratif de Virginia Beach, Dave Hansen.

Trois personnes se trouvaient par ailleurs toujours dans un état grave, ont fait savoir les services hospitaliers, tandis que la condition d’un quatrième blessé n’inspirait plus d’inquiétude.

Donald Trump a adressé ses condoléances sur Twitter samedi au lendemain du drame : « Le gouvernement fédéral est là, et le sera, pour répondre à tous les besoins. Que Dieu bénisse les familles et tous les autres ! »

Le président américain a annoncé plus tard dans un communiqué que les drapeaux américains seraient mis en berne jusqu’à mardi à la Maison Blanche et sur l’ensemble des bâtiments publics et militaires du pays.

Prières et guitares

Une centaine de personnes, certaines en pleurs, se sont rassemblées sous les averses samedi matin sur le parking d’un cinéma afin de rendre hommage aux victimes.

« Des choses pareilles ne devraient pas arriver », a confié à l’AFP la pasteur Mary Sullivan Trent alors que des airs de guitare se mêlaient aux prières des habitants de tous âges. « Et nous devons oeuvrer, tous ensemble, à ce que cela ne se reproduise plus ».

« Nous n’aurions jamais pu imaginer que cela puisse arriver dans notre ville. Il est temps de se rassembler et de prier », a dit de son côté Anthony Moore au milieu du rassemblement, auquel participait notamment le gouverneur de Virginie Ralph Northam, le visage grave.

Les autorités locales ont identifié samedi le tireur, tué la police. Préférant honorer la mémoire des victimes, elles n’ont prononcé son nom qu’à une seule reprise: DeWayne Craddock, un homme d’une quarantaine d’années employé depuis environ 15 ans au service des travaux publics de la ville. Selon la presse locale, il s’agit d’un ancien engagé de l’armée américaine.

Il était environ 16H00 vendredi (20H00 GMT) lorsqu’il a fait irruption dans un bâtiment municipal avant de tirer « à l’aveugle », aux différents étages, sur toutes les personnes se trouvant sur son passage.

S’en est suivie une « fusillade longue et intense » avec les forces de l’ordre, arrivées sur les lieux en l’espace de quelques minutes, a indiqué le chef de la police de Virginia Beach, James Cervera.

Après avoir passé au peigne fin « une scène de crime horrible », les enquêteurs tentaient toujours samedi de découvrir ce qui avait pu motiver M. Craddock.

Deux pistolets

L’édifice municipal théâtre de la tuerie restait entièrement bouclé par la police. En plus des policiers locaux, des agents de la police fédérale (FBI) et des spécialistes en médecine légale entraient et sortaient de l’imposant bâtiment.

Les autorités ont refusé de dire si le tireur était sous le coup d’une mesure disciplinaire au travail ou s’il avait des antécédents judiciaires, indiquant seulement qu’il n’avait pas été licencié.

La police a précisé qu’il était armé de deux pistolets de calibre .45 achetés légalement en 2016 en 2018 et rechargés à plusieurs reprises au cours de la fusillade. Deux autres armes ont été retrouvées à son domicile.

Une voisine a confié à une chaîne locale du réseau CNN que M. Craddock semblait être un « solitaire ». « Je ne l’ai jamais vu descendre les poubelles ou monter des courses, ni jamais vu personne entrer ou sortir de chez lui », a dit Cassetty Howerin.

Selon le site Gun Violence Archive, cette fusillade est la 150e depuis le début de l’année aux Etats-Unis –en 151 jours– ayant touché quatre personnes ou plus.

« C’est une atroce réalité », a réagi sur Twitter Gabby Giffords, ancienne élue grièvement blessée par balle en 2011. « Et le fait que les dirigeants de notre nation ne parviennent pas à nous protéger devrait révolter tous les Américains ».

Chaque fusillade meurtrière de grande ampleur relance le débat sur la régulation des armes à feu, mais celui-ci tourne fréquemment à vide.

UN TIREUR FAIT 12 MORTS DANS UNE STATION BALNÉAIRE AMÉRICAINE

Un employé municipal d’une station balnéaire de la côte est américaine a ouvert le feu vendredi dans un bâtiment public de la ville, faisant 12 morts avant d’être lui-même abattu par la police.

Cette énième tragédie, dans un pays marqué par la violence des armes à feu, s’est produite à Virginia Beach, ville de 450.000 habitants à environ 300 kilomètres au sud de Washington.

« Nous avons maintenant 12 » victimes décédées, a déclaré à la presse le chef de la police de Virginia Beach, James Cervera. Un premier bilan de 11 morts s’est alourdi avec le décès d’un blessé durant son transport à l’hôpital.

Quatre autres personnes blessées sont soignées dans les hôpitaux de la région et d’autres auraient pu s’y rendre par leurs propres moyens, a-t-il précisé.

L’enquête est en cours et les autorités n’ont encore donné aucune indication sur le nom ou les motivations du tireur, indiquant simplement qu’il était un employé de longue date des services publics de la ville.

« Une zone de guerre »

Il était peu après 16H00 vendredi (20H00 GMT) quand le suspect, « un employé de longue date », est entré dans un bâtiment municipal et a commencé « immédiatement à tirer à l’aveugle sur toutes les victimes », a raconté M. Cervera.

Une victime a été tuée à l’extérieur près de son véhicule. Les autres ont été retrouvées dans les trois étages du bâtiment.

Repérant l’étage où se trouvait le tireur par le bruit des balles, des policiers sont intervenus. « C’était un long échange de coups de feu entre ces quatre policiers et le suspect. »

Selon M. Cervera, le tireur était armé d’un pistolet de calibre .45 équipé d’un silencieux et l’a rechargé à plusieurs reprises. L’arme et de nombreux chargeurs vidés ont été retrouvés sur place.

Touché, le tireur que les policiers ont tenté en vain de réanimer a succombé à ses blessures. M. Cervera a précisé qu’un policier avait été « sauvé » par son gilet pare-balles.

Selon M. Cervera, les policiers « ont empêché cet individu de commettre un carnage encore pire dans ce bâtiment » susceptible d’accueillir jusqu’à 400 personnes. Les lieux de la fusillade s’apparentent à une « zone de guerre ».

Le président Donald Trump a été informé de la tragédie, a fait savoir la Maison Blanche.

Megan Banton, une employée municipale âgée de 30 ans, était dans le bâtiment quand le tireur a ouvert le feu. « Cela m’a semblé une éternité », a-t-elle témoigné au journal local The Virginian-Pilot.

Arthur Felton est parvenu à évacuer l’immeuble après le début de la fusillade. « Je n’aurais jamais pensé que ça arrive dans mon bâtiment », a confié cet employé de la ville, cité également par le quotidien. « Les gens qui ont été touchés… je suis sûr que je connais la plupart d’entre eux ».

Prière de Pharell Williams

« C’est un jour atroce », a déclaré le gouverneur de l’Etat de Virginie, Ralph Northam, qui est arrivé sur place.

Bobby Dyer, le maire de cette station balnéaire qui abrite également une importante base de la marine militaire américaine, a parlé devant les journalistes « du jour le plus catastrophique de l’histoire de Virginia Beach ».

« Nous prions pour notre ville, pour les vies perdues, pour leurs familles et tous ceux affectés », a tweeté le chanteur Pharrell Williams, originaire de Virginia Beach.

Les Etats-Unis sont régulièrement endeuillés par des fusillades de ce type.

Le droit de détenir une arme est garanti dans le pays par le deuxième amendement à la Constitution.

Il y a eu 150 fusillades ayant fait plus de quatre victimes -blessées ou décédées- depuis le début de l’année 2019, selon Gun Violence Archive, une ONG spécialisée.

Siège de la NRA

La question des violences armées prend une dimension particulière en Virginie, car c’est dans cet Etat que siège la National Rifle Association (NRA), le premier lobby des armes aux Etats-Unis.

Cet Etat traditionnellement conservateur, mais qui se colore démocrate à mesure qu’il s’urbanise et se diversifie, a été le théâtre en 2007 d’une fusillade particulièrement meurtrière: un étudiant instable mentalement avait abattu 32 personnes sur le campus de l’université Virginia Tech.

Chaque fusillade meurtrière relance un débat sur la régulation des armes à feu, mais celui-ci tourne fréquemment à vide.

« C’est inacceptable que l’Amérique reste l’unique pays développé où ceci est habituel. Nous devons agir », a estimé, sur Twitter, le candidat à l’investiture démocrate pour la présidentielle 2020 Pete Buttigieg.

« Nos coeurs vont vers tous ceux touchés par cet acte de violence armée insensée », a écrit l’association « Moms demand action », qui milite pour des lois plus strictes encadrant les armes.

Malgré la répétition de ces fusillades et de nombreux appels au changement, la législation fédérale n’a pratiquement pas évolué ces dernières années.

(avec Afp)

A lire aussi

Boeing : Perte trimestrielle historique

Boeing n’a pas fini de souffrir des déboires de son 737 MAX : l’avionneur américain …

Laisser un commentaire