lundi , 16 décembre 2019
Accueil / Afrique / RDC : Réveil de Lupopo

RDC : Réveil de Lupopo

La province ainsi que le pays doit se mobiliser comme un seul homme pour rendre concrète l’actuel réveil de Lupopo. Un sponsor déterminé est en pleine manœuvre de résurrection de la moitié du Grand Katanga, de son histoire et de son peuple. Une mobilisation générale est attendue à tous les niveaux du pays et de la province pour que cette fois, l’oracle ne mente pas concernant Saint Eloi Lupopo. La mobilisation doit s’inspirer de celle qui, il y a des années, a mis la France ensemble derrière le destin de l’Olympique de Marseille. La nation française entière, des dirigeants au petit peuple, avait compris qu’il fallait dissocier l’affaire Tapis, strictement privée, de la survie d’un des clubs historiques du pays. Tout fut ainsi fait pour sauver l’OM de la déchéance consécutive aux déboires de son sponsor. A la famille lumpa, il est demandé de comprendre et surtout de saisir la main tendue du destin. Léon Kengo Wa Dondo, immense homme politique congolais, a dit que le vrai problème dans la vie est de savoir faire la différence entre l’opportunité et l’occasion. Il poursuit en révélant que l’occasion se présente régulièrement, mais l’opportunité ne vient qu’une seule fois. Lupopo a déjà connu plusieurs occasions de réveil, mais aujourd’hui, il s’agit d’une opportunité. Exactement comme celle qui permit au même Kengo de rafler la présidence du Sénat à l’ex AMP, sous l’œil et la barbe de sa toute – puissante Autorité morale. Battant ainsi le sénateur Léonard She Okitundu à la surprise générale.

Cela fait plus d’une décennie que le Grand Katanga sportif vit au rythme d’une rupture criminelle des équilibres fondamentaux et stratégiques formant pourtant le ciment de sa société.

Depuis 1939, le cœur de l’ex province cuprifère bat autour de Lupopo et Mazembe. Les deux clubs mythiques de la province, même au – delà du découpage récemment intervenu au pays.

Face à ces deux géants qui se partagent le public katangais, les autres clubs, quelque soit l’éclat du moment, apparaissent comme des appendices du sport roi dans la province de Tchombe Kapend.

Comme partout à travers le monde et particulièrement dans la capitale congolaise, les deux clubs constituent la double face d’une médaille. Tenter de faire disparaitre l’un, comme certains acteurs malveillants se sont attelés à le faire, c’est en réalité tuer le Katanga. Son sport et son équilibre fondamental.

Que vaut Kinshasa avec V.Club seul sans le DCMP pour faire le contrepoids ou le Réal de Madrid dans une Espagne privée du Barça ? Ce seraient juste des déserts du point de vue sportif et un échec de construction de la société dans ces deux coins de la planète.

LA PUISSANCE D’UN SPORT

Il ne faut pas oublier que dans le sillage du domaine politique, le football participe à la construction des fondamentaux d’une nation ou d’une province. Ne pas intérioriser cette évidence et tenter de ramer à contre sens, revient à jouer avec le feu.

Ce feu qui couve au Katanga voici de longues années, précisément lorsque d’odieux manipulateurs ont choisi la stratégie de faire disparaitre Lupopo du tableau de chasse du foot katangais.

Toute une moitié de la province a vécu dans l’humiliation, ruminant sa rage durant tout ce temps d’éclipse téléguidée, de déstructuration calculée et de malveillance éhontée.

Tout s’est passé comme si les auteurs de la croisade criminelle contre le second poumon du foot katangais avaient délibérément oublié que nous vivions dans un Congo où justement, réuni dans un cocktail inattendu avec la politique, le football a servi de détonateur principal à notre accession à l’indépendance.

HEUREUSEMENT

Dieu merci, voici Lupopo qui se promet, contre vents et marées, à un réveil de tous les rêves. Un de ces réveils qui va rappeler à tous les snipers qui l’ont raté, qu’il était impossible d’en finir avec ce grand club.

En effet, la disparition des cheminots aurait avant tout impliqué celle de l’autre moitié de la société katangaise qui a juré de naître, vivre et mourir sous les couleurs chatoyantes, jaune et bleu, de l’ex Saint Eloi.

Qui a jamais été assez puissant au monde pour réussir à effacer, à coups de boutoirs, une partie d’un peuple et son histoire ? Les ennemis de Lupopo n’ont sans doute pu réaliser que derrière ce club il n’y a pas que la routinière histoire du simple cuir derrière lequel court onze acteurs.

Non, Lupopo, c’est une partie de l’âme katangaise. Et comme cette dernière, ce club est immortel.

RECIDIVISTES

Malheureusement, comme dans cette partie du cinéma français où le mécréant Fantomas n’en finit pas de créer et d’inventer des ennuis au gentil et bienfaisant Louis de Funès, les ennemis de Lupopo, sans doute sonnés par l’annonce du rigoureux et irréversible réveil, se sont de nouveau ligués pour tenter de faire avorter la renaissance promise des cheminots.

Ils n’ont pas trouvé autre chose que se réfugier derrière un malicieux contentieux d’affaires. Mais toute considération prise, l’on doit savoir faire la part des choses entre la survie d’un club et un dossier strictement privé qui est sur le point d’être utilisé comme une arme contre le droit d’existence de l’autre moitié du Katanga.

Comme partout sur la planète, le Grand Katanga a le droit de vivre un bonheur partagé sur le plan sportif. Autant Mazembe construit son histoire de gloire, pour le bien de ses supporters et de l’autre moitié du Katanga, autant la même chance doit être accordée à Lupopo et à la moitié de la province qu’il représente.

MOBILISATION

La province ainsi que le pays doit se mobiliser comme un seul homme pour rendre concrète l’actuel réveil de Lupopo. Un sponsor déterminé est en pleine manœuvre de résurrection de la moitié du Grand Katanga, de son histoire et de son peuple.

Une mobilisation générale est attendue à tous les niveaux du pays et de la province pour que cette fois, l’oracle ne mente pas concernant Saint Eloi Lupopo. La mobilisation doit s’inspirer de celle qui, il y a des années, a mis la France ensemble derrière le destin de l’Olympique de Marseille.

La nation française entière, des dirigeants au petit peuple, avait compris qu’il fallait dissocier l’affaire Tapis, strictement privée, de la survie d’un des clubs historiques du pays. Tout fut ainsi fait pour sauver l’OM de la déchéance consécutive aux déboires de son sponsor.

A la famille lumpa, il est demandé de comprendre et surtout de saisir la main tendue du destin.

Léon Kengo Wa Dondo, immense homme politique congolais, a dit que le vrai problème dans la vie est de savoir faire la différence entre l’opportunité et l’occasion. Il poursuit en révélant que l’occasion se présente régulièrement, mais l’opportunité ne vient qu’une seule fois.

Lupopo a déjà connu plusieurs occasions de réveil, mais aujourd’hui, il s’agit d’une opportunité. Exactement comme celle qui permit au même Kengo de rafler la présidence du Sénat à l’ex AMP, sous l’œil et la barbe de sa toute – puissante Autorité morale. Battant ainsi le sénateur Léonard She Okitundu à la surprise générale

Une famille sportive avertie… 

(Magg MIKOMBE Tiré de Le Vrai Modérateur du 15/05/2019)

A lire aussi

Avec la MPP : Fatshi se prépare pour la présidentielle 2023

Dernière mise à jour, le 8 décembre 2019 à 09:23 Il trône au sommet de …

Laisser un commentaire