dimanche , 15 septembre 2019
Accueil / Afrique / RDC : Hommages exceptionnels à Lutumba

RDC : Hommages exceptionnels à Lutumba

Décédé le 30 mars 2019 à Paris à l’âge de 81 ans, Lutumba a eu droit à des hommages dignes de son rang. Le Palais du Peuple retenu comme lieu des obsèques de cette icône de la musique congolaise a accueilli beaucoup de monde ce week end. Comme lors de la disparition d’autres stars congolaises de la musique, chansons et portraits de Lutumba, banderoles en mémoire du défunt visibles çà et là, ont contribué d’entretenir une ambiance de deuil.  Hommes, femmes, jeunes et officiels de passage au Palais du Peuple le week end passé ont privilégié des tenues sombres. Et des artistes et groupes musicaux retenus pour se produire du 3 au 5 mai au lieu des obsèques ont pour la plupart répondu présent à l’appel.  Dans le lot, on peut citer Didier Lacoste, Reddy Amisi, Barbara Kanam, OK Jazz, Werrason…. 

Ayant eu vent de la venue du Chef de l’Etat au Palais du Peuple à la fin du week end passé, des milliers des personnes s’y sont ruées hier dimanche 5 mai 2019 pour rendre un dernier hommage à l’illustre disparu. Il n’était pas facile d’accéder à l’espace où était exposée la dépouille du compositeur de « Diarrhée verbale ».            

Ayant précédé Félix Antoine Tshisekedi à Lingwala, Clément Bafiba, She Okitundu, Antoine Gonda, Lisanga Bonganga, Heva Mwakasa, Bahati…. étaient  bien visibles aux premières loges. La présidente de l’Assemblée Nationale Jeanine Mabunda était là aussi.

Autre présence remarquable  hier dans le hall, c’est celle du vice-président de l’Assemblée Nationale du Congo Brazza.

Wazekwa, Esobe, Montana, Ngoy Musoko…, les visages ravagés par la douleur, étaient  assis non loin des officiels.  Eplorée, la famille biologique du défunt avec à sa tête la veuve Nkelani se tenait non loin du cercueil où reposait leur être cher.

 Naturellement, le Chef de l’Etat a été le premier officiel à déposer sa gerbe de fleurs.

En sa qualité de Premier ministre sortant, Bruno Tshibala a pris la parole pour faire une courte biographie de Simaro et expliquer l’apport du disparu dans la société congolaise.

Si l’atmosphère était pesante, les artistes, toutes disciplines confondues, ont tenu à honorer à leur manière, leur illustre collègue.

Connu pour le caractère caustique de ses  prestations scéniques,  le comédien Mafinga  Sai Sai a improvisé des numéros dans lesquels il a fustigé la propension qu’ont certains compatriotes  à se positionner  sociologiquement vers une aire géographique donnée chaque fois qu’il y a un nouveau Président à la tête du pays. Cet intermède comique a fait sourire l’assistance et les officiels.

Ne pouvant être en reste, les guitaristes  Vangu Guvano,  Manuaku, Souzy Kaseya et Maika Munam ont joué des partitions rythmiques extraites  des chansons du poète Lutumba.

Cette musique instrumentale exécutée à merveille a fait dire à l’assistance que ces artistes sont des as de la guitare.

Manda Chante, désigné comme dauphin de Lutumba, est entré dans la danse en interprétant la chanson « Cedou » en compagnie de Michel Boybanda, un artiste musicien brazzavillois qui est l’un des premiers chanteurs à avoir interprété les premières œuvres du disparu.

Le chanteur Malage a chanté « Bowule », se faisant accompagner par les guitaristes évoqués ci-haut.

Peu après le départ du Chef de l’Etat, la foule restée dehors a afflué vers le hall où était exposée la dépouille de Simaro, obligeant les policiers à se montrer autoritaires pour rétablir l’ordre dans cet espace.

La cérémonie des absoutes présidée par l’abbé Coco a été précédée par les témoignages éloquents faits par l’abbé Jean-Marie Khonde, qui s’est signalé déjà  le mardi 30 avril 2019 à l’aéroport de Ndjili en récitant une courte prière en mémoire du défunt.

Visiblement ému, Khonde a décortiqué  les différents thèmes développés par l’illustre disparu dans ses œuvres. Et c’est la raison pour laquelle le pays lui rend ces hommages, a-t-il souligné. Dans la foulée, il a chanté des extraits de «Verre cassé», «Maya»…, mettant en évidence le souci de l’ancien numéro un de Bana OK de décrire les réalités quotidiennes.

Et cet abbé d’ajouter que le disparu qui a hérité du créateur le talent d’un parolier hors pair, s’en est servi pour nous gratifier des œuvres musicales de bonne facture.

Comptée parmi les petits-fils de Lutumba, une fille a pris la parole à son tour pour faire remarquer en guise de témoignage que son grand-père recourait souvent aux proverbes pour leur donner des conseils et ainsi faire mieux passer ses messages.

C’est à 12 h30 que les funérailles ont pris fin au Palais du Peuple.

Sur ordre de la modératrice du jour, des vigiles d’une société de gardiennage ont transporté le cercueil  dehors pour le placer dans le corbillard, précédant  la famille et d’autres personnes  présentes dans la salle.

Assise sur une chaise roulante, en larmes, la veuve Nkelani suivie de ses enfants eux aussi inconsolables et se tenant par les mains, ont quitté le hall.  Et cap pour la Nécropole où dort pour l’éternité le poète Lutumba. 

(avec Jean-Pierre Nkutu)

A lire aussi

RDC : Le vent de l’opposition républicaine souffle au sein de Lamuka

LAMUKA entend mettre la main à la pâte des réformes institutionnelles annoncées du pays. Dans …

Laisser un commentaire