vendredi , 20 septembre 2019
Accueil / Afrique / Mazembe vs Espérance : Trésor MPUTU, l’ombre de lui-même

Mazembe vs Espérance : Trésor MPUTU, l’ombre de lui-même

Les Corbeaux du Tout-Puissant Mazembe de Lubumbashi ont vu leurs espoirs de s’envoler en finale de la plus prestigieuse et lucrative compétition interclubs de la Caf stoppés nets. A la base, les Rouge et Or de l’Espérance de Tunis, tenants du titre qui ont imposé un nul blanc à leurs adversaires. L’homme orchestre, Trésor Mputu, a été l’ombre de lui-même lors de cette rencontre cruciale. Preuve, il a été remplacé dès la 52ème minute, par Ben Malango. Cinq minutes après son entrée, Ben Malango aurait dû ouvrir le score mais la main ferme de l’excellent portier, Ben Cherifa repousse le ballon. Le maestro Rainford Kalaba s’est illustré tant soit peu par quelques centres. Mais au finish pas de preneur. L’international zambien et la pépite Jackson Muleka n’étant pas dans leur grand jour seront obligés de quitter le terrain. Les deux joueurs ont fait l’objet d’une prestation en deçade la moyenne. Le rajeunissement de TP mazembe s’impose.

Les Corbeaux du Tout-Puissant Mazembe de Lubumbashi ont vu leurs espoirs de s’envoler en finale de la plus prestigieuse et lucrative compétition interclubs de la Caf stoppés nets. A la base, les Rouge et Or de l’Espérance de Tunis, tenants du tire qui ont imposé un nul blanc à leurs adversaires. Ce classique joué le samedi 04 mai s’inscrivait pour le compte des demi-finales retour de la 23ème Ligue des Champions africaine.

C’est dans un stade Mazembe rempli comme un œuf que l’ultime ambassadeur congolais, a quitté la compétition.

Les Tunisiens ont su préserver leur avance acquise au match aller (1-0), il y a une semaine.

Les poulains du coach Pamphile Mihayo ont eu du mal à retrouver leurs marques. Ils ont timidement entamé la première période. Pas assez d’occasions créées pour faire douter ceux de Mouine Chaabani.

Le club du Maghreb, à l’instar de tout autre de la région de l’Afrique du Nord, a imprimé à son challenger un faux rythme et les minutes se sont vite égrainées. L’arbitre central sud africain, Victor Miguel de Freitas, a renvoyé les deux formations sur le score de zéro but partout.

Après les citrons, Mazembe a tenté le tout pour tout en vue d’ouvrir le score mais sans trouver la faille à l’image des frappes du tonitruant ailier, Meschak Elia qui n’ont pas fini leurs courses au fond de filet.

MPUTU, MULEKA, KALABA, UNE PRESTATION EN DEÇA DE LA MOYENNE

L’homme orchestre, Trésor Mputu, a été l’ombre de lui-même lors de cette rencontre cruciale. Preuve, il a été remplacé dès la 52ème minute, par Ben Malango.

Cinq minutes après son entrée, Ben Malango aurait dû ouvrir le score mais la main ferme de l’excellent portier, Ben Cherifa repousse le ballon.

Le maestro Rainford Kalaba s’est illustré tant soit peu par quelques centres. Mais au finish pas de preneur.

L’international zambien et la pépite Jackson Muleka n’étant pas dans leur grand jour seront obligés de quitter le terrain. Les deux joueurs ont fait l’objet d’une prestation en deçade la moyenne.

Glody Likonza (81ème minute) a pris la place de l’international zambien. Chico Ushindu (85ème minute) est monté en lieu et place du meilleur buteur de la Ligue nationale de football avec pour le moment 19 buts.

A la 92ème, un centre a fini sa course sur la barre transversale. Avec 26 tirs dont 8 cadrés, les cages du portier exceptionnel Ben Chérifa sont restées inviolées.

La tristesse était bel et bien visible sur des joueurs du club hôte et des supporters des Noir et Blanc de la capitale cuprifère.

2012 ET 2019: BLANC BONNET, BONNET BLANC

Comme en 2012, l’Espérance de Tunis a éliminé Mazembe dans la même compétition, la même étape voire le même score. Sauf que le scénario d’il y a 7 ans était inversé. Le match aller s’est disputé à Lubumbashi (0-0) et celui du retour au stade du 07 novembre de Radès (1-0).

Depuis 2015 soit quatre ans, les protégés du président, Moïse Katumbi Chapwe n’arrivent plus à accéder en finale de la C1.

Néanmoins, ils ont réussi à sauver leur saison en gagnant à deux reprises la Coupe de la Confédération respectivement en 2016 et 2017. Pourtant en 2010, Mazembe en mode «tout-puissant» et ses joueurs d’ontologie comme Mputu, Kabangu, Mihayo, Kasongo, Mbenza, Kidiaba pour ne citer que ceux-là, avaient donné une leçon de football à l’ EST. 5-0 à Lubumbashi et 1-1 en terre tunisienne.

C’est la 2ème finale d’affilée pour les Espérantistes. L’année dernière, ils avaient raflé leur 3ème titre de la C1 face au octuple vainqueur de l’épreuve, le National Al Ahly.

Lors de l’acte 1, c’était 3-1, au Caire avec au passage un arbitrage très controversé teinté de l’Assistance Vidéo à l’arbitrage ( VAR).

En revanche, le club du pays des Aigles de Carthage avait renversé la vapeur en s’imposant trois buts à brosse sans la VAR.

L’autre demi-finale s’est jouée également l’après-midi du samedi. Elle a vu les Marocains du Wydad Atletic de Casablanca tenir en échec les Sud-africains de Mamelodi Sundowns.

0-0, tel était le score à l’issue du match au pays de Mandela.

A l’aller, la formation du royaume chérifien l’avait emporté, 2-1.

La finale de cette édition 2019 confirme la suprématie des clubs nordistes et mettra donc aux prises deux clubs du Maghreb, à savoir: l’Espérance de Tunis au Wac, un remake de la Ligue des Champions 2011 ponctué du sacre des tunisiens.

Les quatre clubs qui ont accédé en demi-finale cette saison sont les quatre derniers champions de la Ligue des Champions. Mazembe en 2015, Mamelodi Sundowns en 2016, Wac en 2017 et l’Espérance de Tunis en 2018. Ces quatre équipes réunies comptent 11 titres en Ligue des Champions.

LE PALMARÈS DES QUATRE DEMI-FINALISTES

  • Tout-Puissant Mazembe: 1967, 1968, 2009, 2010 et 2015
  • Espérance de Tunis: 1994, 2011 et 2018
  • Wydad Atletic de Casablanca : 1992 et 2017
  • Mamelodi Sundowns : 2016.

RAJEUNISSEMENT DE MAZEMBE S’IMPOSE

Pour le manager général du club, Frédéric Kitengie Kikumba, l’heure est au rajeunissement de l’effectif et point besoin d’être de plus en plus nostalgique. C’est ce qu’il a indiqué à nos confrères de la chaîne nationale.

Au sein du club, les dirigeants envisagent le rajeunissement dans le chef des joueurs pour la prochaine saison sportive. « Mazembe doit cesser d’être nostalgique et le rajeunissement de l’équipe s’impose dans ce cas », a martelé le manager général de l’équipe du Haut-Katanga.

Le club souffle ses 80 bougies cette année.

(avec Gloire BATOMENE)

A lire aussi

Gouvernement : Un programme ambitieux mais utopique en RDC

Dernière mise à jour, le 16 septembre 2019 à 04:05 Le gouvernement de la République …

Laisser un commentaire