jeudi , 14 novembre 2019
Accueil / Afrique / RDC : Revue de presse du Jeudi 25 Avril 2019
Jeanine Mabunda Lioko Mudiayi, presidente de l'Assemblee Nationale de la RDC.
Jeanine Mabunda Lioko Mudiayi, presidente de l'Assemblee Nationale de la RDC.

RDC : Revue de presse du Jeudi 25 Avril 2019

Dernière mise à jour, le 27 avril 2019 à 02:06

Au menu de l’actualité ce Jeudi 25 Avril 2019 en République démocratique du Congo (RDC) : L’élection des membres du bureau définitif de l’Assemblée nationale et la disqualification de l’équipe nationale de football de la RDC de la CAN U23 Égypte 2019 au profit de celle du Maroc.

L’ÉLECTION DU BUREAU DÉFINITIF DE L’ASSEMBLÉE NATIONALE

Agence congolaise de presse (ACP)

La République démocratique du Congo (RDC) a fait un pas de géant dans la promotion de la parité avec l’élection, mercredi, d’une femme au perchoir de l’Assemblée nationale, se félicite l’Agence congolaise de presse (ACP). Le média officiel fait remarquer que Mme Jeanine Mabunda Lioko Mudiayi devient ainsi la deuxième femme congolaise à occuper ce poste de responsabilité après sa compatriote Philomène Omatuku sous le régime de Mzee Laurent Désiré Kabila.

Actualité.cd

Actualité.cd parle de la satisfaction du Front commun pour le changement (FCC) qui a salué l’élection et l’installation du bureau définitif de l’Assemblée nationale, trois mois après l’investiture du président FélixTshisekedi.

Le média qui cite un membre du FCC, note que cette élection et l’installation des membres du bureau de la chambre basse du parlement « illustrent le dynamisme de notre démocratie et confirment la volonté du FCC et de son partenaire, le Cap pour le changement (CACH) de consolider » leur coalition.

Forum des As

« Elue présidente de l’Assemblee nationale, Jeannine Mabunda dévoile ses quatre priorités ». Tel est le titre que propose Forum des As pour annoncer l’élection des membres du bureau définitif de l’Assemblée nationale.

Sans surprise, annonce-t-il, la députée nationale PPRD, Jeannine Mabunda Lioko Mudiayi, a été élue hier mercredi 24 avril, Présidente de l’Assemblée nationale de la RD Congo. Candidate unique à son poste après l’invalidation de son adversaire, l’Allié du Palu Henri-Thomas Lokondo, Mabunda a obtenu 375 voix sur les 383 votants. Elle remplace Aubin Minaku. L’ancienne ministre du Portefeuille sera secondée par Jean-Marc Kabund-A-Kabund, en tant que premier vice-président. Le président intérimaire de l’UDPS a obtenu 350 voix. La paire Mabunda-Kabund représentait le ticket FCC-CACH.

Dans un autre article intitulé : « Contrôle parlementaire, lois collées à la réalité sociale, équilibre Majorité-Opposition… Les défis qui attendent le « nouveau Speaker » de la Chambre », il écrit : « Le 24 avril 2019. Voici une date qui fera désormais, référence dans les annales du Parlement congolais qui, pour la première fois de son histoire, vote une femme au perchoir de l’Assemblée nationale. Jeanine Mabunda, c’est cette dame élue hier mercredi par ses pairs. Tout donc, à l’honneur de la coalition FCC-CACH ! ».

Cependant, précise ce journal, après le vote de ceux qu’il a dûment mandaté le 30 décembre dernier, le souverain primaire a dorénavant son regard tourné vers cette dame qui enfile, depuis hier, l’étoffe de Président de l’Assemblée nationale.

Dans son analyse, Forum des As note en outre que Jeanine Mabunda prend les commandes de cette chambre parlementaire dans un contexte politique particulier. Celui où sa plateforme mère, le Front commun pour le Congo (FCC), est appelée à gérer le pays dans une coalition avec le cartel Cap pour le changement (CACH), proche de l’actuel chef de l’Etat Félix Tshisekedi.

Le tabloïd donne le tableau définitif de ce bureau qui se présente de la manière suivante:

  • Présidente: Jeanine Mabunda Lioko (PPRD)
  • Premier vice-président: Jean-Marc Kabund-A-Kabund (UDPS)
  • Deuxième vice-président: Boniface Balamage Nkolo (AAB)
  • Rapporteur: Célestin Musao Kalombo Mbuyu (AAa)
  • Questeur: Marie-Claire Alfani Machozi (AFDC-A)
  • Questeur adjoint: Innocent Unyon Vakpa Katumba Oruma (AABC).

Cas-info.ca

Cas-info.ca s’intéresse à l’élection de Jean-Marc RDC : Kabund-A-Kabund comme premier vice-président du bureau définitif de l’Assemblée nationale.

L’élu de l’UDPS parti politique de cap pour le changement, l’a emporté avec 350 voix pour, sur 384 votants, indique ce site d’information en ligne.

Capsud.net

Observant la manière dont cette élection s’est déroulée mercredi à l’assemblée Nationale, Capsud.net soulève la problématique d’une démocratie à voix unique avec la coalition FCC-CACH.

Mais il faut noter qu’en rapport avec cette élection du bureau, l’opposition parlementaire n’a pas participé à ce scrutin, fait remarquer Cas-info.ca. Elle a refusé le seul poste du rapporteur adjoint que la majorité lui a offert au sein du bureau permanent et déclare avoir saisi le Conseil d’Etat pour demander l’annulation de l’élection du bureau élu.

L’opposition accuse le bureau provisoire et la coalition FCC-CACH d’avoir violé les lois de la République, ajoute le média en ligne.

Le Potentiel

Le Potentiel titre pour sa part : « Assemblée nationale : un bureau définitif sans l’opposition ».

« La loi du plus fort est toujours la meilleure », a écrit Jean de La Fontaine, cite d’abord ce tabloïd avant d’ajouter : « A l’Assemblée nationale, la majorité parlementaire (FCC, UDPS et UNC) l’a démontré en s’imposant dans l’élection du bureau définitif de la Chambre basse du Parlement : six postes, contre un seul, laissé du reste vacant, pour le compte de l’opposition. Jeanine Mabunda (PPRD) prend les commandes, assistée de Jean-Marc Kabund (UDPS) et Balamage Nkolo (AAB) ».

Au regard du rififi qui a précédé ce scrutin, l’Assemblée nationale pourrait afficher un bureau sans l’opposition, souligne LE POTENTIEL qui annonce par ailleurs : « Une entorse qui ne manquera pas d’influer négativement sur la marche de la troisième législature de la troisième République ».

Dans son éditorial portant le titre : « Monocolore », Le Potentiel revient sur ces élections.

« Le Parlement congolais est constitué à près de 90% des élus de la coalition CACH-FCC ». A la Chambre basse de ce Parlement, la situation est particulièrement dramatique, considère ce journal car, indique-t-il, la répartition des sièges au bureau définitif a donné lieu à des épisodes rocambolesques. Sur les sept sièges à pourvoir au niveau du bureau, la coalition CACH-FCC s’est adjugée 6 postes pour ne laisser à l’opposition que le fauteuil de rapporteur adjoint. Partage en tout point de vue inégal, au nom de la répartition des quotas des députés à mandats préalablement validés avant la tenue de l’élection partielle dans les circonscriptions de Beni, Butembo et Yumbi.

Au nom de la justice distributive, les élus de l’opposition parlementaire ont réclamé en vain la validation des mandats de 15 autres députés issus de cette élection partielle. Selon le calcul, aux 103 députés estampillés opposition s’ajouteraient quelque 10 autres. Ce qui porterait le quota de l’opposition à 113 et donnerait lieu à deux postes au bureau de l’Assemblée nationale. Habituée à des raccourcis, la coalition CACH-FCC a fait un passage en force en dictant sa cadence, considère Le Potentiel.

Conséquence, note ce dernier, l’opposition a claqué la porte. Elle conditionne son retour dans l’hémicycle à la prise en compte de ses desiderata. En face, la coalition CACH-FCC, sûre de ses stratégies politiques, s’est cabrée sur sa position, confinant l’opposition dans les extrêmes.

Pour Le Potentiel, « avec la mise en place du bureau définitif devenue effective depuis cet après-midi, selon la volonté de la coalition au pouvoir, l’opposition parlementaire risque de ne plus siéger. Si cette menace est mise à exécution, il faut craindre qu’on débouche sur une assemblée nationale totalement monocolore. Ce qui laisse sous-entendre une assemblée transformée en une caisse de résonance, mieux un club d’applaudisseurs pour entériner les décisions de la coalition au pouvoir ».

Ce qui pousse notre confrère de relever encore : « La démocratie, c’est, bien sûr, la voix de la majorité mais elle suppose aussi la protection des minoritaires. Ivre de son pouvoir, la coalition CACH-FCC touche même aux principes sacro-saints d’une vraie démocratie. A force de ne regarder qu’à ses intérêts, la 3è législature de la 3ème République a accouché d’une assemblée nationale qui sera trop faible politiquement. Monocolore dans sa composition, cette assemblée offrira aux Congolais un débat très insipide et au rabais ».

L’Avenir

« L’Opposition saisit le Conseil d’Etat en annulation de l’élection ». Les députés nationaux de l’Opposition parlementaire n’ont pas particpé à l’élection des membres du bureau définitif de l’Assemblée nationale, explique L’Avenir qui affiche ce titre à sa Une. Dans leur déclaration faite à l’issue de la réunion tenue quelque peu avant cette élection, rapporte ce journal, les députés de l’Opposition font remarquer que cette élection du bureau qui s’est tenue sans l’Opposition, est organisée en violation flagrante des dispositions de la loi organique portant statut de l’Opposition en Rdc ainsi que du Réglèment intérieur de l’Assemblée nationale.

La Properite

La Properite, toujours en rapport avec ce sujet titre : « Mabunda KABUND. Le FCC salue la cohésion dans la nouvelle majorité parlementaire». Cette plate-forme politique chère à Joseph Kabila encourage, cependant, la présente chambre basse du parlement à jouer son rôle constitutionnel à travers un soutien actif aux réformes structurelles, précise ce journal.

DISQUALIFICATION DE L’ÉQUIPE NATIONALE DE FOOTBALL DE LA RDC DE LA CAN U23 ÉGYPTE 2019

« Éliminatoires CAN U23 Égypte 2019 : La RDC disqualifiée au profit du Maroc pour l’alignement d’Arsène Zola ».

Coup de tonnerre dans la tanière des fauves congolais. Les Léopards de moins de 23 ans de la RDC sont disqualifiés par la Confédération africaine de football (Caf) au profit de leurs homologues du Maroc. A la base de cette décision couperet, l’alignement du sociétaire du Tout-Puissant Mazembe de Lubumbashi, Arsène Zola, dont l’âge ne correspond plus avec cette catégorie. Cette annonce de la Fédération royale marocaine de football (FRMF), diffusée hier mercredi 24 avril, a été motivée par la correspondance de la Caf, après la requête introduite par Rabat à l’issue du 2ème tour de ces éliminatoires.

Eliminés sur terrain après leur défaite (2-0) au match aller et une victoire insuffisante (1-0) au retour, les Lionceaux de l’Atlas du Maroc ont contesté l’éligibilité du défenseur des Corbeaux de Lubumbashi et capitaine de la sélection nationale, Arsène Zola.

La génération dorée du coach Christian N’Sengi Biembi, composée de la pépite Jackson Muleka (meilleur buteur de la Vodacom Ligue I avec 17 buts), Chadrack Muzungu, Dieu Merci Mukoko Amale, Ernest Luzolo, Peter Mutumosi et autres, est donc sacrifiée.

A lire aussi

Mal entretenu : Vers la fermeture du stade des Martyrs de Kinshasa

L’inspecteur de la Confédération africaine de football (Caf), Emmanuel Kande, a annoncé pour le samedi …

Laisser un commentaire