dimanche , 25 août 2019
Accueil / Afrique / Rejet de la candidature de Lokondo : « Joseph KABILA » à la manœuvre ?

Rejet de la candidature de Lokondo : « Joseph KABILA » à la manœuvre ?

Dernière mise à jour, le 1 mai 2019 à 09:03

Selon Nzekuye, Henri-Thomas Lokondo élu député sur la liste du regroupement politique Palu et Alliés, ne pouvait plus se présenter comme indépendant, d’autant plus que son regroupement politique est signataire de la Charte du FCC qui présente Jeanine Mabunda comme sa candidate unique au poste de président du Bureau définitif. Selon Nzekuye, se pose-là, un problème de conflit d’intérêt au sein d’une même plateforme politique. A condition, dit-il, qu’Henri-Thomas Lokondo prouve qu’il a été officiellement exclu de son regroupement Palu et Alliés et qu’il peut désormais évoluer en Indépendant. Dans sa réplique le président du Bureau provisoire, Pierre Makola, a déclaré que l’approche de François Nzekuye était politique et non règlementaire et ne pouvait, par conséquent, être soumise au vote. Mais malgré cela, il soumet tout de même la motion au vote. Ce qui a suscité une réaction bruyante et spontanée de l’assistance qui a crié à un vice de procédure. A la suite de ce brouhaha très audible même partir de la fontaine du Palais du peuple, la séance a été momentanément suspendue, pour reprendre quelques minutes après. A la reprise, rien ne change. Pierre Makola ne fait pas amende honorable. Bien au contraire. Il demande à la plénière de se prononcer sur la même motion de François Nzekuye. Des doigts sont soulevés en guise d’un vote positif. Ce qui a donné à croire que la candidature d’Henri-Thomas Lokondo a été rejetée ! Mais l’intéressé ne l’entend pas de cette oreille, sollicitant ainsi l’arbitrage de la Cour constitutionnelle, seule juridiction habilitée à se prononcer sur cette matière. Brandissant le Règlement intérieur de l’Assemblée nationale, Henri-Thomas Lokondo ne s’avoue pas encore vaincu. Ce texte approuvé au début du mois d’avril en cours par la Haute Cour, reconnait à un député national, candidat à un poste électif, le droit de se présenter soit sous la casquette Indépendant, soit sous le label d’un regroupement ou parti politique.

C’est en principe aujourd’hui mardi 23 avril que les députés nationaux doivent élire les sept membres du Bureau définitif de la Chambre basse du Parlement rd congolais. Cependant, l’ambiance qui a caractérisé la plénière de l’Assemblée nationale d’hier lundi,incite nombre d’observateurs à douter de la tenue effective de ce vote. En tout cas, jusque tard hier, il n’y avait encore aucun communiqué officiel confirmant la plénière consacrée à l’élection.

Quand bien même qu’il y aurait plénière aujourd’hui, d’aucuns pensent que matériellement, il serait hasardeux pour le bureau provisoire, d’organiser toutes les opérations de vote, jusqu’à la publication des résultats. Comme pour dire, la plénière de ce mardi, au cas où elle serait effective, pourrait se limiter à l’audition des programmes des candidats aux divers postes. Zoom sur la plénière d’hier.

En tout cas, quiconque s’est retrouvé dans le hall du Palais du peuple hier Aux environs de 17 heures, aura donc contemplé une ambiance inhabituelle. Déjà dès l’entrée principale de l’hémicycle, on pouvait facilement entendre le ton de colère au micro, des réactions des députés en signe de désapprobation de la procédure de la séance, par le président du Bureau provisoire. Une scène qui a tout de suite rappelé aux nostalgiques, la séquence Conférence nationale souveraine (CNS), avec le sacré Isaac Kalonji Mutambayi. La comparaison devrait s’arrêter là.

Henri Thomas Lokondo candidat au perchoir ? Dieu seul sait. Toutefois, la plénière de ce mardi aura coupé le suspense. D’ores et déjà, le cas Lokondo s’est transformé en une énigme, au cours de la plénière de l’Assemblée nationale d’hier lundi. Alors que le nom de l’élu de la ville de Mbandaka a été cité à l’ouverture de la plénière par le bureau, parmi les candidats au perchoir, une motion du député FCC François Nzekuye, est venu tout chambouler par la suite.

Dans sa requête, l’auteur de la motion est revenu sur le sempiternel problème de la casquette d’Henri Thomas Lokondo, qui postule comme Indépendant à la tête du bureau définitif de l’Assemblée nationale. Selon Nzekuye, Henri-Thomas Lokondo élu député sur la liste du regroupement politique Palu et Alliés, ne pouvait plus se présenter comme indépendant, d’autant plus que son regroupement politique est signataire de la Charte du FCC qui présente Jeanine Mabunda comme sa candidate unique au poste de président du Bureau définitif.

Selon Nzekuye, se pose-là, un problème de conflit d’intérêt au sein d’une même plateforme politique. A condition, dit-il, qu’Henri-Thomas Lokondo prouve qu’il a été officiellement exclu de son regroupement Palu et Alliés et qu’il peut désormais évoluer en Indépendant.

Dans sa réplique le président du Bureau provisoire, Pierre Makola, a déclaré que l’approche de François Nzekuye était politique et non règlementaire et ne pouvait, par conséquent, être soumise au vote. Mais malgré cela, il soumet tout de même la motion au vote. Ce qui a suscité une réaction bruyante et spontanée de l’assistance qui a crié à un vice de procédure. A la suite de ce brouhaha très audible même partir de la fontaine du Palais du peuple, la séance a été momentanément suspendue, pour reprendre quelques minutes après.

A la reprise, rien ne change. Pierre Makola ne fait pas amende honorable. Bien au contraire. Il demande à la plénière de se prononcer sur la même motion de François Nzekuye. Des doigts sont soulevés en guise d’un vote positif. Ce qui a donné à croire que la candidature d’Henri-Thomas Lokondo a été rejetée ! Mais l’intéressé ne l’entend pas de cette oreille, sollicitant ainsi l’arbitrage de la Cour constitutionnelle, seule juridiction habilitée à se prononcer sur cette matière.

Brandissant le Règlement intérieur de l’Assemblée nationale, Henri-Thomas Lokondo ne s’avoue pas encore vaincu. Ce texte approuvé au début du mois d’avril en cours par la Haute Cour, reconnait à un député national, candidat à un poste électif, le droit de se présenter soit sous la casquette Indépendant, soit sous le label d’un regroupement ou parti politique.

« Je suis le plus heureux parce que l’opinion est en train de suivre tout ce qui se passe ici. Je suis candidat au poste de Président du Bureau définitif de notre chambre. Ceux qui vont me voter, m’accorderont leurs suffrages. Ceux qui ne voteront pas pour moi, c’est leur choix », déclare Henri Thomas Lokondo, soulignant que ce qui se passe à l’hémicycle était gravissime. Si in fine, la candidature du député élu de Mbandaka est rejetée, alors Jeanine Mabunda reste la seule candidate au perchoir du Bureau définitif de l’Assemblée nationale !

ALBERT FABRICE PUELA, UNE AUTRE HYPOTHEQUE

Un autre cas qui a fait l’objet de joutes oratoires au cours de la plénière de l’Assemblée nationale d’hier lundi, est celui d’Albert Fabrice Puela, élu député dans la circonscription de Matadi, sur la liste de la coalition Lamuka. Ce député a postulé au seul poste de rapporteur adjoint du futur Bureau définitif de la chambre basse, réservé à l’opposition.

Cependant, ses pairs de la Dynamique de l’opposition qui avaient déjà levé l’option de ne pas participer au Bureau définitif, ont écrit à l’actuel bureau provisoire, demandant le rejet pur et simple de la candidature d’Albert Fabrice Puela. Mais le concerné déclare non avenue, la correspondance de la Dynamique de l’Opposition que lui considère avoir été déposée le vendredi, alors que la clôture de dépôt de candidature avait eu lieu un jour auparavant. Soit le jeudi 18 avril. Sur ce cas, aucun compromis n’a été trouvé au cours de la plénière d’hier. 

(avec Grevisse KABREL)

A lire aussi

Joaquin GUZMAN : Le narcotrafiquant le plus puissant au monde

Le narcotrafiquant mexicain Joaquin Guzman, alias « El Chapo », a été condamné mercredi par un juge …

Laisser un commentaire