lundi , 21 octobre 2019
Accueil / Afrique / Jeannine MABUNDA : Présidente de l’Assemblée Nationale de la RDC
Jeannine MABUNDA, en train de voter au Parlement de la RDC.
Jeannine MABUNDA, en train de voter au Parlement de la RDC.

Jeannine MABUNDA : Présidente de l’Assemblée Nationale de la RDC

Dernière mise à jour, le 25 avril 2019 à 10:39

Le duel tant attendu entre Jeannine Mabunda et Henri Lokondo, pour la présidence du Bureau définitif de l’Assemblée Nationale, n’aura finalement plus lieu. La candidate de la coalition FCC-CACH au perchoir de l’Assemblée Nationale est restée seule dans la course. Son principal challenger, Henri Thomas Lokondo, a été éliminé hier lundi 22 avril 2019 par la plénière de la chambre basse du Parlement, à la suite de la motion incidentielle du député national Nzekuye. Selon de cet élu membre du PPRD, la candidature de Lokondo devait être rejetée pour n’avoir pas reçu la bénédiction de son regroupement politique, Palu et Alliés, membre du Front Commun pour le Congo (FCC). François Nzekuye était soutenu, dans sa démarche, par son collègue du PALU, Willy Makiashi, qui a fait remarquer qu’Henri Thomas Lokondo, élu sur la liste du Regroupement politique « PALU et Alliés », ne pouvait pas se présenter en indépendant.

Dans sa Réplique, Henri Thomas Lokondo a souligné que le regroupement politique, « PALU et Alliés », n’a, à sa connaissance, jamais signé l’acte constitutif ni adhéré au FCC. Selon lui, certains cadres du PALU ont signé l’acte constitutif du FCC à titre individuel, ce qui n’engage nullement la plate-forme « Palu et Alliés ».

Après un débat houleux, la motion de Nzekuye, bien que qualifiée par le bureau provisoire de « non réglementaire » mais « politique », a été finalement passée au vote et adoptée par la plénière de l’Assemblée nationale, ce qui a automatiquement consacré l’invalidation de Lokondo.

En réaction, l’élu de Mbandaka a refusé de s’avouer vaincu. Il a persisté et signé qu’il allait se présenter, ce mardi 23 avril à la plénière « élective », dans l’étoffe de candidat à la présidence de l’Assemblée nationale. Lokondo a fustigé le fait que le président du bureau provisoire de cette institution a subi des pressions pour le faire éliminer de la course, pour des raisons politiques.

FABRICE PUELA DE NOUVEAU RECALÉ

Déclaré non partant pour le poste de Rapporteur adjoint au bureau définitif de l’Assemblée nationale, lors de la plénière du samedi 20 avril, Fabrice Puela a tenté, en vain, de revenir dans la course lors de la plénière d’hier lundi.

Sa candidature a de nouveau été rejetée, séance tenante, par le bureau provisoire de l’Assemblée nationale, parce que n’ayant pas reçu le quitus de son regroupement politique, la Dynamique de l’Opposition.

Bien avant l’élimination de Lokondo, les 15 députés fraichement élus dans les territoires de Beni, Butembo et Yumbi ont été validés.

Aussitôt revêtu du statut de député national, Mohindo Nzangi a sollicité la réouverture du dépôt des candidatures au bureau définitif, afin de lui permettre de postuler au poste de 2me vice-président.

Hélas, la motion d’ordre de l’élu de Butembo a été rejetée après l’intervention de Geneviève Inagosi, qui a rappelé que dans le passé, l’Assemblée nationale avait procédé au vote des membres du bureau définitif sans les députés de Masisi et Befale.

Christophe Lutundula est aussitôt monté à la tribune pour faire remarquer que les députés de Masisi et de Befale étaient absents la plénière sus évoquée, car non encore élus, alors que ceux de Beni, Yumbi et Butembo sont présents dans la salle et siègent en qualité de députés nationaux.

Par ailleurs, face au refus de la majorité d’accorder à l’opposition un second poste au sein du Bureau définitif de l’Assemblée nationale, en plus de celui de Rapporteur adjoint, Christophe Lutundula a une fois de plus répété que cette famille politique n’allait prendre part au vote, pour ne pas cautionner la violation de la Constitution et du Règlement intérieur de la chambre basse du Parlement.

L’opposition, qui continue à revendiquer deux postes au bureau définitif, a claqué de nouveau la porte de l’hémicycle de Lingwala, laissant les députés du FCC et Cach boucler seuls la plénière. Celle-ci s’est terminée dans la confusion car après sa suspension par le président du Bureau provisoire, un membre de son protocole est monté à la tribune pour annoncer que la séance était suspendue pour une dizaine de minutes. Après une attente qui a duré une demi-heure, les lumières se sont brutalement éteintes, obligeant tout le monde de vider les lieux. Rendez-vous est pris pour ce mardi pour l’élection de futurs animateurs du Bureau définitif. Va-t-on assister à un nouveau coup de théâtre ? Attendons voir.

LE RÉSEAU DES JEUNES PARLEMENTAIRES APPELLE LES DÉPUTÉS À VOTER LE TICKET MABUNDA-KABUND

Pour son élection au perchoir de l’Assemblée nationale, le ticket Jeannine Mabunda-Jean-Marc Kabund, peut compter sur Eric Ngalula Ilunga, député élu de la circonscription de Lupatapata, dans la province du Kasaï oriental. Joint hier au téléphone par Forum des As, cet élu du peuple, membre du Réseau des jeunes parlementaires que préside le député Patrick Muyaya, appelle ses pairs à faire chorus autour des candidats de la coalition FCC-CACH. Campagne oblige !

Mardi 23 avril 2019. Voici donc un jour qui fera date dans les annales de la 3ème Législature de la 3ème République en RD Congo. A la coalition FCC-CACH, cette journée est attendue avec beaucoup de sérénité et de conviction. Légitime, quand on considère la configuration de l’actuelle Assemblée nationale du parlement. Dans une Assemblée nationale où l’on a plus besoin d’un informateur pour identifier la majorité parlementaire, le jeu semble d’avance bien joué !

Interrogé sur la pertinence de la candidature de Jeannine Mabunda au perchoir et de Jean-Marc Kabund au poste de 1er vice-Président du Bureau définitif de la Chambre basse, Eric Ngalula Ilunga y va de ses certitudes. « Mabunda-Kabund est un ticket gagnant. Car c’est une candidature FCC-CACH. En tant que député national élu sur la liste du parti politique UDPS/Tshisekedi dans la Circonscription électorale de Lupatapata au Kasaï Oriental, je considère que ce ticket est celui de la raison », déclare-t-il.

MABUNDA : CANDIDATE DU CONSENSUS

Quant aux raisons qui militent pour le choix de Jeannine Mabunda au poste susvisé, Eric Ngalula Ilunga y répond sans chercher de mots. « Tout le monde sait qu’il existe, à ce jour, une sorte de gentleman agreement entre le FCC et le CACH. Nous pouvons aussi appeler ça une coalition. Car nous souhaitons travailler ensemble dans la vision et la politique du Chef de l’état Félix Tshisekedi pour redresser le Congo. C’est dans ce cadre-là que je m’aligne donc dans cette logique. Et je soutiens cette candidature car en échangeant avec ma collègue Jeannine Mabunda, je pense qu’elle est la candidate du consensus du FCC-CACH comme elle a l’a elle-même tout récemment déclaré sur une radio privée de la place », explique-t-il.

Par ailleurs, l’élu de la circonscription électorale de Lupatapata déclare être personnellement séduit par la vision, la philosophie de gestion de Jeannine Mabunda. « La manière dont elle compte gérer notre Chambre m’a persuadé qu’elle est cet oiseau rare tant recherché, la personne qui peut redorer le blason terni et redonner plus de dignité à l’Assemblée nationale (…) », renchérit-il.

Selon Eric Ngalula, l’heure d’exercer véritablement la fonction parlementaire a réellement sonné. Avec Jeannine Mabunda, il est convaincu que l’actuelle Chambre basse du Parlement devra cesser d’être une simple caisse de résonance, pour jouer pleinement son rôle de législateur et de contrôleur de l’Exécutif national. Bref, dit-il, « l’idéal de légiférer au sens plein du terme ».

UN PARCOURS RASSURANT ET ELOGIEUX

L’optimisme du député Eric Ngalula est loin d’être béat. Bien au contraire. Il est fondé sur le parcours de Jeannine Mabunda. Un cheminement qu’il qualifie de rassurant. Et, par conséquent, permet à l’élue de Bumba, de relever le défi. « Avec mon candidat naturel et logique au poste de 1er Vice-Président, Jean-Marc Kabund A Kabund, je suis confiant que cette dame aux compétences éprouvées, fera la différence ».

Pour ce député de Lupatapata, le débat doit aller au-delà des querelles du sexe que soutiennent certains esprits moyens « En tant qu’intellectuel, je pense qu’on ne devrait pas perdre autant d’énergie et de temps pour systématiser un débat que je considère d’avance comme stérile et non avenant sur le genre. Que ce soit un homme ou une femme, le plus important pour moi est le passé, le profil, l’expérience et surtout la vision des personnes appelées à diriger notre chambre. Je ne vois pas les choses en termes d’équilibre mécanique homme-femme », ponctue Eric Ngalula Ilunga. Et de poursuivre : « Notre ticket nous a reçus la semaine dernière dans le cadre du Réseau des jeunes parlementaires de l’Assemblée nationale, toutes tendances politiques confondues. Au terme de cette réception, nous avons convenu de voter Jeannine Mabunda au poste de Président du Bureau définitif de la Chambre basse et Jean-Marc Kabund à celui de 1er Vice-Président. »

Tout bien considéré, le Réseau des jeunes parlementaires de l’Assemblée nationale, principalement ceux de la coalition FCC-CACH, demande aux élus du peuple de privilégier l’intérêt supérieur de la Chambre basse. Par-delà, celui du souverain primaire. « A mes collègues, je leur formule le vœu d’opérer un choix responsable. Ce, en âme et conscience pour améliorer l’image de notre démocratie et de l’Assemblée nationale de notre pays, en votant pour ce ticket. Je veux que mes amis de l’opposition puissent jouer le rôle qui est le leur au sein de notre chambre et au Bureau définitif », conclut-il.

(avec Eric Wemba, lePhare, Grevisse KABREL et ForumDesAs)

A lire aussi

Pétrole : Il n’y aura pas rupture de stock à travers la RDC ?

Les membres du Groupe professionnel des distributeurs de produits pétroliers (GPDPP) tiennent au respect des …

Laisser un commentaire