samedi , 25 mai 2019
Accueil / Afrique / Ebola : L’efficacité du vaccin rVSV-ZEBOV-GP estimée à 97%

Ebola : L’efficacité du vaccin rVSV-ZEBOV-GP estimée à 97%

Dernière mise à jour, le 30 avril 2019 à 12:42

L’efficacité du vaccin rVSV-ZEBOV-GP pour contrôler l’épidémie d’Ebola a fait l’objet d’une étude menée par l’Institut national de recherche biomédicale (INRB) et l’Organisation Mondiale de la santé (OMS). L’objectif de l’étude était de mieux comprendre si le vaccin était efficace et contribuait à prévenir le nombre des cas lorsqu’il est utilisé dans le cadre de la stratégie de vaccination en ceinture, rapporte le Ministère de la santé.

Les chercheurs ont analysé les données des personnes vaccinées entre le 1er mai 2018 et le 25 mars 2019. D’après les données collectées, l’efficacité du vaccin rVSV-ZEBOV-GP est estimée à 97,5%.

Ces premiers résultats confirment les observations précédentes sur la très grande efficacité de ce vaccin pour contrôler la propagation de l’épidémie. A en croire des sources concordantes, la stratégie de la vaccination en ceinture a démontré son efficacité en raison de la protection rapide des personnes vaccinées après une injection unique et le taux élevé de couverture atteint dans les différentes ceintures de vaccination (91%).

Sur un échantillon de plus de 90.000 personnes vaccinées contre Ebola, 71 ont développées la maladie. Sur ces 71 personnes, 15 personnes ont développé la maladie pendant plus de dix jours après la vaccination. Sept patientes parmi eux étaient des agents de santé. Dans ce premier groupe, aucune personne n’est décédée d’Ebola, souligne une source qualifiée. Les 56 autres personnes ont développé les premiers symptômes pendant moins de dix jours avant d’offrir une protection immunitaire maximale.

Dans ce second groupe, 9 personnes sont décédées. Ceci indique que le vaccin a permis de réduire le taux de mortalité global parmi les personnes vaccinées qui ont développé la maladie.

Par ailleurs, depuis le début de la vaccination le 08 aout 2018, 98.966 personnes ont été vaccinées dans les différentes zones de santé. Tandis que le cumul des cas depuis le début de l’épidémie est de 1.251 cas dont 803 décès. 

LE PAM AIDE À CONTENIR LE VIRUS

« Le Programme alimentaire mondial (PAM) aide à contenir le virus Ebola en fournissant de la nourriture, des services logistiques essentiels, des vols aux personnes susceptibles d’être porteuses du virus. Ces moyens de transport aérien permettent ainsi aux intervenants d’atteindre rapidement les zones nouvelles ou éloignées où des foyers se sont déclarés », a fait savoir, hier jeudi 25 avril, le Directeur du PAM en RDC, Claude Jibidar.

D’après ce responsable local du PAM en RDC, « l’épidémie d’Ebola est une crise qui se produit dans le cadre de la crise humanitaire plus large de la RDC où le PAM fournit une aide vitale à plus de 5 millions de personnes. Pour gérer ces deux opérations simultanément, nous avons un besoin urgent de ressources supplémentaires ».

« Alors que la RDC est aux prises avec la deuxième plus grande épidémie d’Ebola de son histoire, le PAM a averti que les ressources nécessaires pour soutenir son travail ne suivent pas le rythme de l’augmentation récente de la transmission et le risque potentiel de propagation du virus dans d’autres régions de la RDC et dans les pays voisins », a-t-il expliqué.

Pour le PAM, la sécurité s’est considérablement détériorée au cours des dernières semaines, dans les points chauds d’Ebola. « Ce qui a compliqué davantage la réponse et menacé la vie des patients ainsi que celle du personnel médical ». Cet organisme international rappel que la semaine dernière un épidémiologiste déployé par l’OMS, le Dr Richard Valery Mouzo koKiboung, a été tué dans une attaque contre l’hôpital universitaire de Butembo. Deux autres personnes ont été blessées dans la même attaque.

BESOIN FINANCIER DU PAM

Pour son opération Ebola, le PAM a besoin de 20,5 millions de dollars pour les trois prochains mois et a reçu un peu plus de 6 millions de dollars à ce jour. Dans le cadre de l’intervention menée par le Gouvernement congolais, le PAM a apporté une aide alimentaire et nutritionnelle à 264.000 personnes depuis août 2018. La nourriture est actuellement livrée dans 89 points de distribution dans les provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu.

« Les colis alimentaires hebdomadaires livrés par le PAM et ses partenaires signifient que les porteurs du virus n’ont pas besoin de quitter leur domicile pour acheter de la nourriture. Les personnes qui reçoivent de la nourriture sont plus disposées à coopérer pour l’enregistrement, la vaccination et le traitement », a indiqué Claude Jibidar. Alors que l’accent est mis sur la prévention de la propagation du virus dans d’autres régions de la RDC, le PAM dit avoir intensifié son soutien aux pays voisins – Ouganda, Rwanda, Soudan du Sud, Burundi et Tanzanie – afin qu’ils soient également prêts en cas de propagation.

SITUATION PREOCCUPANTE

La situation épidémiologique de la maladie à virus Ebola, comme l’a affirmé Dr Michel Yao, responsable des opérations d’urgence pour l’OMS/Afrique et coordonateur de la riposte contre Ebola pour l’OMS au Nord-Kivu et en Ituri, reste préoccupante au niveau de Butembo, Katwa et de certaines zones de santé environnantes comme Buhozi, Masereka et Lubero.

Dr Michel Yao constate, néanmoins, une note positive à Beni. « Au niveau de Beni, on était à zéro pendant plusieurs semaines, maintenant nous avons quelques cas. La bonne chose à Beni, nous avons une structure de réponse efficace mise en place. » Il apprécie aussi la collaboration au niveau des communautés locales qui permet de juguler les cas enregistrés sur place, avant de relever que la plupart de cas de Beni proviennent d’ailleurs comme à Katwa ou à Butembo. Il craint que cela favorise, dans les prochains jours, l’explosion des nouveaux cas dans la région. Il n’exclut pas l’éventualité des mesures que pourra prendre le Comité d’urgence pour le règlement sanitaire international.

(avec Mathy MUSAU, Rachidi MABANDU et ForumDesAs)

A lire aussi

Réflexion sur le projet de la construction du pont Kinshasa-Brazzaville

Comme si nous manquions d’ambitions, nous préférons vendre nos ressources naturelles plutôt que de les …

Laisser un commentaire