mercredi , 22 mai 2019
Accueil / Afrique / RDC : Les Unes des journaux du mardi 16 Avril 2019

RDC : Les Unes des journaux du mardi 16 Avril 2019

Dernière mise à jour, le 19 avril 2019 à 09:54

Les sujets qui font la une des journaux parus ce mardi 16 Avril 2019 en République démocratique du Congo (RDC) : bagarre manquée entre députés nationaux au Palais du Peuple [les députés ont failli en venir aux mains], le séjour du chef de l’Etat, Félix-Antoine Tshilombo Tshisekedi dit Fatshi, à l’Est du pays et le report de l’élection du gouverneur du Sankuru.

Bagarre manquée entre députés nationaux au Palais du Peuple

Selon Le Phare, le maigre public qui était lundi au palais du peuple a vécu un spectacle désolant, à l’occasion de la plénière de l’Assemblée nationale. Il y a eu de la pagaille avec des micros arrachés, des menaces, des injures et une bagarre qui a manqué de justesse entre députés nationaux.

A la base, l’intervention du député François Nzekuye du PPRD qui voulait donner une motion, alors que le bureau provisoire de l’assemblée nationale communiquait sur la validation des mandats des 15 députés dernièrement élus à Yumbi, Beni et Butembo, note de son côté Actualité.cd. Le média en ligne renseigne que le président du bureau a annoncé qu’une commission doit d’abord terminer l’examen des dossiers des députés de Beni, Butembo et Yumbi pour qu’ils soient validés et qu’ils participent à l’élection des membres du bureau définitif, en réponse à la lettre de l’opposition.

De son côté La Prospérité indique que le désordre qui s’en est suivi dans la salle du congrès fait suite à l’échec des négociations entre la majorité et l’opposition, concernant la répartition des postes au bureau définitif. La coalition FCC-CACH veut six des sept postes, laissant à l’opposition le poste de rapporteur adjoint, au regard du poids politique de chaque famille politique, précise le tabloïd, qui constate que la plénière s’est clôturé en queue de poisson. « Les jours commencent à e rassembler à la Chambre basse du parlement. Deux mois après son aménagement, le bureau provisoire de l’Assemblée nationale n’a toujours pas organisé les élections devant accélérer l’installation des membres du bureau définitif. Encore moins, déplore-t-il, aucun calendrier électoral n’a été communiqué à l’endroit des élus du peuple. Pour La Prospérité, « à l’allure où vont les choses, l’atterrissage des travaux au cours de cette session extraordinaire risquerait de compromettre la fonctionnalité de cette grande institution du pays ».

« Assemblée nationale : La plénière suspendue dans la confusion ». C’était de la désolation hier lundi à la séance plénière de l’Assemblée nationale.Les députés nationaux ont semé un grand désordre qui a failli se transformer à une bagarre généralisée au sein de l’hémicycle du Palais du peuple. A telle enseigne que le président du bureau provisoire de l’Assemblée nationale débordé a eu du mal à gérer cette tension très vive entre les députés, et, il a fini par suspendre la séance, rapporte L’Avenir qui propose ce titre. Notre confrère qui s’interroge par ailleurs : « Que cache ce désordre ? », indique : « Des réactions des deux camps politiques indiquent que la Majorité parlementaire veut empêcher la validation des mandats de nouveaux députés nationaux élus dernièrement au Nord-Kivu et à Mai Ndombe. Pour cette Majorité, il faut passer directement à l’élection du bureau définitf qui procédera à lka validation de leurs mandats ».

Le séjour de Fatshi à l’Est du pays

Concernant cette visite, Cas-info.ca rapporte que Félix Tshisekedi promet d’apporter des moyens matériels et financiers aux Forces armées de la RDC (FARDC) pour éradiquer les groupes armés qui sévissent dans cette région.

Voilà qui fait dire au député Julien Paluku reçu avec ses paires que « le chef de l’État a indiqué qu’il ne se sentira président de la République que lorsqu’il y aura la paix dans l’est du pays », rapporte Actualité.cd.

Citant le même député Julien Paluku, qui est l’ancien gouverneur du Nord-Kivu, Cas-info.ca ajoute que, le président de la République a prévenu ses interlocuteurs, qu’il n’y aura pas d’immunités pour tout député qui se permettra de collaborer avec les groupes rebelles pour semer ou maintenir l’insécurité dans la région.

Le choix porté sur les provinces du Haut-Katanga et du Nord-Kivu contient une charge émotionnelle et une portée sociopolitique considérable à cause de l’insécurité dans ces deux provinces, croit savoir Le Phare.

Au sujet du séjour du chef de l’Etat à l’Est du pays, « Mettre fin à l’insécurité : Tshisekedi donne des instructions claires », titre L’Avenir. En séjour à Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu, le chef de l’Etat y a présidé hier une réunion sécuritaire dans laquelle il a donné des instructions claires afin de mettre un terme à l’insécurité de plus en plus grandissante à Goma et à Beni. Une mise en garde a été lancée à l’endroit des acteurs politiques qui entretiennent les groupes armés, indique ce journal.

Toujours à ce propos, La Prospérité titre : « Le président Félix Tshisekedi confère avec les députés du Nord-Kivu à Goma ». Notre confrère qui relaie L’AGENCE CONGOLAISE DE PRESSE, rapporte que «Le président de la République a ainsi prévenu les élus qu’il n’y aura pas d’immunité contre quiconque sera cité dans la collaboration avec les groupes armés surtout que l’impunité a souvent gangréné la partie Est de la Rdc.

« Félix Tshisekedi déterminé à mettre fin à l’insécurité à Beni et à Butembo », titre Forum Des As qui soutient que « Cette réunion sécuritaire s’inscrivait dans le cadre du prolongement de la réunion du Conseil Supérieur de la Défense, tenue quelques jours plus tôt à Lubumbashi », rappelant en outre que « Lors de sa campagne électorale, Félix Tshisekedi avait fait du retour de la paix à l’Est de la République Démocratique du Congo une de ses priorités. Un vœu qu’il a réitéré lors de la cérémonie de présentation du programme d’urgence de ses 100 premiers jours à la tête du pays ».

Dans un autre article relatif à ce séjour du chef de l’Etat à l’Est intitulé : « La visite du chef de l’État à Beni confirmée aujourd’hui », Forum Des As renseigne La visite du Président Félix-Antoine Tshisekedi, à Beni, dans la province du Nord-Kivu, est confirmée pour ce mardi 16 avril, alors qu’elle était initialement prévue hier lundi 15 avril. A Goma, écrit ce journal, le chef de l’Etat s’est entretenu hier avec le Représentant spécial adjoint du Secrétaire général des Nations-Unies en charge des opérations, David Gressley. Ce dernier a fait savoir, à l’issue de sa rencontre avec le président que le gouvernement congolais et la Monusco souhaitent trouver « définitivement » une solution à la menace des Forces Démocratiques Alliées (ADF).

Report de l’élection du gouverneur du Sankuru

En ce qui concerne la décision du report de l’Election du gouverneur de Sankuru, « La cacophonie », selon Le Potentiel. Il signale dans l’article qui porte ce titre que « la province de Sankuru est en ébullition ». L’élection du gouverneur et vice-gouverneur de province s’est transformée en une saga politico-juridique où la Céni tente d’imposer sa loi contre la volonté autant du Conseil d’Etat que des députés provinciaux. En séjour à Goma, poursuit Le Potentiel,le chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, a demandé à la Céni de reporter cette élection. Mais, sans compter avec Lambert Mende Omalanga, seul candidat à l’élection du gouverneur et le président de la Céni qui ont juré d’aller jusqu’au bout de leur logique, en faisant fi de toutes les restrictions du droit. C’est la cacophonie.

« Election au Sankuru : Fatshi « tranche » ». Tel est le titre que propose en ce qui le concerne Forum Des As pour évoquer la tension suite en marge de l’élection du Gouverneur dans le Sankuru.


Après la tension qui a prévalu à Lusambo, et plus généralement dans le Sankuru tout au long de la séquence élection des gouverneurs de province, les échanges peu amènes entre le Conseil d’Etat et le Conseil supérieur de la Magistrature, la position intraitable de la CENI quant à l’élection du Gouverneur et vice-gouverneur, le chef de l’Etat vient de trancher, précise ce journal.

En sa qualité de garant de la bonne marche des institutions, le président Fatshi vient de décider du report sine die de ce scrutin initialement prévu hier lundi15 avril, pour des raisons de sécurité, selon Forum Des As qui ajoute, citant le vice-Premier ministre ad interim chargé de l’Intérieur et de la Sécurité que « le magistrat suprême, qui séjournait à Goma, au Nord-Kivu, juge la situation « extrêmement grave » dans cette province ».

A lire aussi

RDC : Ilunga ILUNKAMBA a les mains sales !

Le nouveau premier ministre de la République démocratique du Congo (RDC) est une personne moins …

Laisser un commentaire