dimanche , 8 décembre 2019
Accueil / International / Europe / Paris : Le feu à Notre-Dame pourrait être lié aux travaux de rénovation
Notre-Dame de Paris ravagée par un incendie, le 15 Avril 2019.
Notre-Dame de Paris ravagée par un incendie, le 15 Avril 2019.

Paris : Le feu à Notre-Dame pourrait être lié aux travaux de rénovation

Dernière mise à jour, le 19 avril 2019 à 09:53

L’incendie qui s’est déclaré lundi en fin de journée et a ravagé une partie de la cathédrale Notre-Dame de Paris est totalement « éteint », a annoncé mardi peu avant 10H00 le porte-parole des pompiers. « L’ensemble du feu est éteint. La phase est désormais à l’expertise et c’est pour cette raison qu’un ensemble d’experts examine l’ensemble des structures pour constituer les phases qui suivront, à savoir la consolidation », a déclaré Gabriel Plus, le porte-parole de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris lors d’un point presse devant Notre-Dame, précisant que le « violent feu » s’était « propagé très rapidement sur l’ensemble de la toiture » sur « 1.000 mètres carrés environ ». « Il s’agissait pour les pompiers de Paris jusqu’à ce matin de préserver les deux beffrois, Nord et Sud, pour être sûrs que les tours ne soient pas touchées. C’est le cas », s’est-il satisfait, se réjouissant de la « sauvegarde des deux beffrois, des deux tours et des œuvres ». Il s’agit à présent de surveiller les structures, leur mouvement et d' »éteindre les foyers résiduels », a-t-il encore expliqué. Il a par ailleurs indiqué qu' »une partie de la voûte [s’était] effondrée dans la nef centrale » et que 100 soldats du pompiers « sont encore engagés et le resteront toute la journée ». Le feu pourrait être lié aux travaux de rénovation qui étaient en cours sur une partie de l’édifice.

Ravagée lundi par un incendie, apparemment accidentel, Notre-Dame de Paris a été défigurée mais ne s’est pas totalement effondrée grâce à l’intervention des pompiers qui sont parvenus à maîtriser les flammes et sauver la structure de l’édifice, qu’Emmanuel Macron a promis de « rebâtir ».

« Le pire a été évité même si la bataille n’est pas encore totalement gagnée », a déclaré le chef de l’Etat sur le parvis de l’édifice sinistré. Mais « cette cathédrale, nous la rebâtirons », a-t-il promis.

Au milieu de la nuit, les pompiers ont annoncé que le feu, qui a pris peu avant 19H00, avait été « maîtrisé » mais qu’il restait des « foyers résiduels à éteindre ».

Il leur aura fallu plusieurs heures pour venir à bout des flammes qui leur ont fait craindre à un moment de « voir la structure s’effondrer », a expliqué le lieutenant-colonel Gabriel Plus, porte-parole des pompiers de Paris.

Malgré tout, le « bilan matériel est dramatique » ajoute-t-il avant de détailler: « l’ensemble de la toiture est sinistrée, l’ensemble de la charpente est détruite, une partie de la voute s’est effondrée, la flèche n’existe plus ».

La flèche qui surplombait ce joyau gothique, monument le plus visité d’Europe, n’existe plus, ni les vitraux centenaires.

Marc Bernard, qui habite rue d’Arcole, à quelques pas de Notre Dame, a dû quitter précipitamment son appartement quand le feu a éclaté.

De retour quelques heures plus tard, au milieu de la nuit, il est consterné devant les dégâts: « c’est la désolation totale, ça ne ressemblera plus jamais à avant ».

Tristesse « au-delà des mots »

Le président Emmanuel Macron, qui a annulé son allocution télévision post-grand débat, a dit dans un tweet, partager l' »émotion de toute une nation », le Premier ministre Edouard Philippe exprimant une tristesse qui va « au-delà des mots ».

A New York, depuis les marches de la cathédrale Saint-Patrick, le cardinal et archevêque Timothy Dolan a exprimé sa « désolation » pour Notre-Dame.

L’incendie, qui a pris dans les combles de la cathédrale vers 18H50, semble être parti au niveau d’échafaudages installés sur le toit.

Plusieurs responsables étrangers ont aussi fait part de leur émotion, Donald Trump évoquant des « images terribles à voir », Angela Merkel « un symbole de la France et de notre culture européenne » et le maire de Londres Sadiq Khan des « scènes déchirantes ». Le Vatican a, de son côté, exprimé « incrédulité » et « tristesse ».

Le parquet de Paris a ouvert une enquête du chef de « destruction involontaire par incendie », et c’est la piste d’un départ de feu accidentel depuis le chantier qui « retient l’attention des enquêteurs en l’état des investigations », a précisé une source proche du dossier.

Les ouvriers du chantier étaient entendus dans la nuit par les enquêteurs, selon le parquet de Paris.

Autour de l’île de la Cité en plein cœur de la capitale, de nombreux parisiens étaient venus pour chanter et prier jusqu’au milieu de la nuit.

« Il y a quelque minutes les cordons de sécurité ont été ouverts et on a pu s’avancer en procession de prières vers la cathédrale. Ce qui est bouleversant c’est d’imaginer que le cœur de la France bat ici et brûle », raconte Etienne Vermersch, 28 ans, qui a prié une grande partie de la nuit.

« Un haut-lieu de la foi catholique est en train de brûler », a déploré auprès de l’AFP le porte-parole des évêques de France. Reliques conservées au sein de l’édifice, la couronne d’épines et la tunique de saint Louis ont toutefois pu être sauvées, selon le recteur de la cathédrale, Patrick Chauvet.

12 millions de touristes

Très prisée des touristes, la cathédrale continue d’assurer ses fonctions d’édifice religieux: cinq offices y sont célébrés quotidiennement, et sept les dimanches. Avec les fêtes et célébrations exceptionnelles, ce sont plus de 2.000 offices qui résonnent chaque année sous ses voûtes.

Sa flèche, dressée sur les quatre piliers du transept, était un des symboles de la capitale française.

En 2017, 12 millions de touristes ont visité ce bijou de l’architecture gothique, qui faisait l’objet d’importants travaux depuis plusieurs mois.

L’intérieur de l’édifice n’a lui été qu’effleuré, a indiqué la députée LREM Sonia Krimi LREM, qui a pu rentrer. « L’autel, les murs tout est intact », a-t-elle dit.

L’Unesco, se tient aux « côtés de la France pour sauvegarder et réhabiliter ce patrimoine inestimable », inscrit à son patrimoine mondial, a tweeté sa directrice générale, l’ancienne ministre française de la Culture Audrey Azoulay.

Une souscription nationale va d’ailleurs être lancée, a confirmé Emmanuel Macron, pour aider à une reconstruction qui s’annonce longue et difficile. Dans la nuit, la famille Pinault a annoncé débloquer 100 millions d’euros pour Notre-Dame.

« On va être partis pour des années de travaux », a déclaré sur Twitter le président de la Conférence des évêques de France (CEF), Eric de Moulins-Beaufort.

Le bâtiment est mondialement connu pour son architecture mais aussi grâce au chef-d’œuvre de Victor Hugo, « Notre-Dame de Paris », roman maintes fois adapté au cinéma, notamment par les studios Disney, ou en comédie musicale.

Cet incendie intervient au premier jour des célébrations de la Semaine sainte qui mène à Pâques, principale fête chrétienne.

QUESTIONS SUR COMMENT LA STRUCTURE VA RÉSISTER

Le secrétaire d’Etat à l’Intérieur a affirmé mardi matin que le « péril du feu » était « écarté » à la cathédrale Notre-Dame de Paris, en proie à un gigantesque incendie depuis lundi soir, mais que la question était désormais de savoir « comment la structure allait résister ».

« Le péril du feu étant écarté, le sujet est bâtimentaire: savoir comment la structure va résister au très grave incendie de cette nuit », a déclaré Laurent Nuñez devant la presse peu avant 7H00 du matin.

« Il y aura donc à 8H00 une réunion avec des experts, des architectes du bâtiment de France pour essayer de déterminer si la structure est stable, et si les sapeurs-pompiers peuvent s’engager à l’intérieur pour continuer leur mission », a-t-il ajouté.

« Le feu n’est pas totalement éteint, il y a un long refroidissement encore en cours, avec encore quelques foyers doux », a encore dit Laurent Nuñez.

« Le sujet de la nuit c’était d’éviter que le feu ne reparte », a précisé le secrétaire d’Etat. Il y a eu « effectivement eu de nouveaux départs de feux dans les tours », a-t-il ajouté qu’une centaine de pompiers étaient encore déployés sur place « et huit lances encore en activité ».

« Un incendie de cette ampleur a un impact sur les structures, il faut pouvoir s’assurer qu’elles sont toujours stables, pour permettre à nos hommes, de pouvoir de nouveau pénétrer à l’intérieur. Ils l’ont fait cette nuit, avec beaucoup de courage, dans les tours pour pouvoir attaquer le sinistre de l’intérieur pour éviter justement qu’elle ne s’effondre », a-t-il expliqué.

« Sans cette action au péril de leur vie, sans doute se serait-elle effondrée », a salué Laurent Nuñez.

Quelque 400 pompiers ont lutté une bonne partie de la nuit contre les flammes, l’un d’entre eux a été légèrement blessé.

DES VEILLEURS AU COEUR DE LA NUIT

Juste de l’autre côté de la Seine, ils ont veillé Notre-Dame une grande partie de la nuit: alternant chants et prières pour exprimer « une grande tristesse », plusieurs centaines de personnes se sont recueillis lors d’une procession spontanée.

Dès 20H00, ils ont été des dizaines à affluer sur la place Saint-Michel, à quelques centaines de mètres de la cathédrale, pour réciter ensemble le chapelet.

« C’était bouleversant de voir une telle ferveur et une telle foule. On était en communion de prière avec des millions de chrétiens dans le monde », résume Etienne Vermersch, « catholique pratiquant », qui a prié « pendant des heures et des heures ».

« Il y a eu des scènes incroyables, deux femmes voilées sont venues et ont récité des +Je vous salue Marie+ avec nous… Des signes incroyables de fraternité « , poursuit Béatrice Reneaume, une infirmière de 23 ans venue avec deux amis, et qui raconte avoir « prié dans l’espoir d’arrêter les flammes ».

Tous ces fidèles ont ensuite convergé aux alentours de 1H00 vers le quai Notre-Dame, devant le pont qui relie la rive gauche à l’esplanade de la cathédrale, lorsque les autorités ont rétabli partiellement la circulation.

Parmi eux, Constance Ory, une enseignante en français et en latin de 28 ans: « J’ai subi les images sans pouvoir rien faire. A minuit, en rentrant chez moi, impossible de poursuivre mes activités comme si de rien n’était, donc je suis partie avec ma sœur et mon amoureux, depuis le Trocadéro. Ici, on a retrouvé des amis », explique celle qui dirige un groupe de chant dans une paroisse du XVIe arrondissement de Paris.

Comme elle, plusieurs petits groupes de prières se sont liés pour partager leur « grande tristesse ».

« J’ai envoyé un message aux fidèles: ceux qui veulent venir chanter, venez. On est quelques uns et c’est bien de chanter. En fait, on ne se connaît pas du tout. Il y a des groupes de trois, quatre personnes qui sont venus en amenant avec eux un ami, ou un parent », poursuit la jeune femme.

Du Cantique de Siméon à « Regarde l’étoile, invoque Marie », les chants sont variés, mais pas toujours connus de tous. « C’est vrai que parfois, on écoute la première phrase et on va chercher sur Google les paroles », sourit une jeune participante, devant les hochements de tête appuyés de plusieurs coreligionnaires.

Et, lorsqu’un véhicule de pompiers passe, les hymnes s’effacent quelques secondes le temps d’applaudissement nourris, « pour les remercier ». Malgré un feu maîtrisé vers 03H 30, des centaines de pompiers sont restés mobilisés toute la nuit pour éteindre les derniers foyers.

Premier baiser

Beaucoup affichent une foi fervente, comme Audoin de Rochebouët, un ingénieur tout juste diplômé qui est venu « pour être en communion de prière avec tous ceux pour qui Notre-Dame a un sens, dont tous les chrétiens, les catholiques ».

« Ce n’est qu’un édifice, évidemment, mais c’est un symbole de l’Eglise qui est quelque chose de bien plus grand. Une église millénaire qui, en quelques heures, s’effondre. Ça nous montre aussi qu’on est tout petits, même si on peut bâtir de grandes cathédrales », développe ce membre d’une chorale à la paroisse de Saint-Germain-des-Prés dont les chanteurs se sont « passés le mot sur WhatsApp pour se retrouver ».

« L’archevêque est venu, il nous a dit que notre Eglise sera d’autant plus belle que notre âme est belle. Donc oui, c’est une destruction, une coque, un écrin qui est détruit, mais le joyau, lui est toujours là », fait-il encore valoir.

D’autres sont venus avec un égal recueillement, bien qu’exempt de toute foi: « Nous ne sommes absolument pas religieux mais c’est un monument qui fait partie de notre vie: ma première copine, je l’ai embrassée devant le parvis », raconte Arthur.

A ses côtés, sa sœur Céline abonde: « Tous les soirs, je passe devant. Cette cathédrale fait partie de mon âme », explique-t-elle après avoir allumé des bougies sur le quai Montebello, en face de la façade sud de l’édifice, alors qu’il était encore en proie aux flammes.

« On est Parisiens. C’est un monument qui meurt, j’avais envie de lui dire au revoir. »

LES DONS AFFLUENT POUR SA RECONTRUCTION

Après une nuit entière à lutter contre les flammes, les pompiers sont parvenus à maitriser mardi l’incendie apparemment accidentel qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris, soulevant une vague d’émotion et provoquant un afflux de dons pour financer une reconstruction qui s’annonce titanesque.

« L’ensemble du feu est éteint. La phase est désormais à l’expertise », a annoncé Gabriel Plus, porte-parole des pompiers de Paris. Le feu pourrait être lié aux travaux de rénovation qui étaient en cours sur une partie de l’édifice.

Après une nuit entière à lutter contre les flammes, les pompiers sont parvenus à maitriser mardi l’incendie apparemment accidentel qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris, soulevant une vague d’émotion et provoquant un afflux de dons pour financer une reconstruction qui s’annonce titanesque.

Aux premières lueurs du jour, les portes ouvertes de Notre-Dame dévoilaient une scène de désolation : en s’effondrant, le toit, la charpente et la flèche ont jonché l’intérieur de la cathédrale de monceaux de débris calcinés. Les deux tours et la grande rosace en vitraux de la façade sud ont en revanche été épargnées par ce spectaculaire incendie qui s’est déclaré vers 19H00 lundi et a mobilisé 400 pompiers pendant une quinzaine d’heures.

« L’ensemble du feu est éteint. La phase est désormais à l’expertise », a annoncé Gabriel Plus, porte-parole des pompiers de Paris. Le feu pourrait être lié aux travaux de rénovation qui étaient en cours sur une partie de l’édifice.

Des experts et des architectes du bâtiment de France doivent à présent « déterminer si la structure est stable », a indiqué le secrétaire d’Etat à l’Intérieur Laurent Nuñez, alors que le drame n’a fait qu’un blessé léger, un sapeur-pompier.

En pleine nuit, le vicaire général du diocèse de Paris Philippe Marsset qui a pu entrer à l’intérieur de l’édifice, a évoqué une scène de « bombardement », « une vision incroyable », « les vitraux explosés » et la flèche qui, « en tombant a fait un trou au-dessus du choeur ».

« C’est pas Notre-Dame des catholiques, c’est Notre-Dame de France, c’est Notre-Dame du monde: l’église brûle et le monde entier se met à pleurer », a-t-il commenté.

Plusieurs oeuvres d’art abritées par la cathédrale ont pu être sauvées des flammes mais certaines n’ont pu être déplacées et restaient étroitement surveillées par les pompiers.

Les responsables étrangers continuaient mardi de faire part de leur émotion, le président russe Vladimir Poutine évoquant « un trésor inestimable de la culture européenne ». Son homologue américain Donald Trump avait dès la veille au soir évoqué des « images terribles à voir ». Le pape François s’est dit « proche de la France » et « prie pour les catholiques de France et pour la population parisienne ».

Les pompiers se sont activés toute la nuit autour de l’édifice, allant jusqu’à pomper de l’eau de la Seine, à quelques dizaines de mètres de là, sur de petites embarcations grâce à de très longs tuyaux.

Sauver les oeuvres

Lundi soir, le président Emmanuel Macron, qui a repoussé son allocution télévision post-grand débat, a promis de « rebâtir » cette cathédrale – vieille de près de 800 ans et monument historique le plus visité en Europe – en lançant une grande souscription nationale.

Une réunion de ministres, dirigée par Edouard Philippe, était prévue à partir de 11H00 à Matignon afin de préparer ce « plan de reconstruction ». Certains partis, LREM et le RN, ont annoncé la suspension de leur campagne pour les européennes.

« Cette Dame, elle était là depuis 840 ans. Comment va-t-on faire pour la reconstruire? Ceux qui l’ont bâtie ne sont plus là, connait-on tous les détails, les secrets ? », s’interrogeait Christelle, une étudiante congolaise de 27 ans, croisée à Paris.

Face à ce chantier qui s’annonce colossal, les contributions commençaient déjà à affluer.

La mairie de Paris a débloqué 50 millions d’euros et a déjà accueilli plusieurs oeuvres qui ont pu être sauvées des flammes. Anne Hidalgo a l’intention d’organiser « une grande conférence internationale des donateurs », avec « des mécènes du monde entier afin de lever les fonds nécessaires à la restauration ».

Dans la nuit, la famille Pinault a promis 100 millions d’euros, tandis que le groupe LVMH et la famille Arnault donnaient 200 millions de leur côté au fonds dédié à la reconstruction de Notre-Dame.

La présidente de la région Ile-de-France a alloué 10 millions d’euros d' »aide d’urgence pour aider l’archevêché à faire les premiers travaux ».

Pour déterminer les causes du sinistre, le parquet de Paris a ouvert dans la soirée une enquête pour « destruction involontaire par incendie ».

La piste d’un départ de feu accidentel depuis le chantier de rénovation en cours sur le toit « retient l’attention des enquêteurs en l’état des investigations », a précisé une source proche du dossier. Les ouvriers du chantier ont été entendus dans la nuit par les enquêteurs, selon le parquet de Paris.

Une responsable de l’extrême droite allemande a toutefois incriminé mardi les violences faites aux chrétiens après l’incendie de la cathédrale Notre-Dame.

Autour de l’île de la Cité en plein cœur de la capitale, de nombreux Parisiens sont venus pendant la nuit pour chanter et prier.

« Ce qui est bouleversant c’est d’imaginer que le cœur de la France bat ici et brûle », raconte Etienne Vermersch, 28 ans, qui a prié une grande partie de la nuit.

Le bâtiment est mondialement connu pour son architecture mais aussi grâce au chef-d’œuvre de Victor Hugo, « Notre-Dame de Paris », roman maintes fois adapté au cinéma, notamment par les studios Disney, ou en comédie musicale. Lez livre est mardi en tête des ventes sur Amazon.

« Ce qui est bouleversant c’est d’imaginer que le cœur de la France bat ici et brûle », raconte Etienne Vermersch, 28 ans, qui a prié une grande partie de la nuit.

En 2017, 12 millions de touristes ont visité ce bijou de l’architecture gothique, qui faisait l’objet d’importants travaux depuis plusieurs mois.

Malgré les visites, cinq offices religieux étaient célébrés quotidiennement dans la cathédrale, sept les dimanches.

Le bâtiment est mondialement connu pour son architecture mais aussi grâce au chef-d’œuvre de Victor Hugo, « Notre-Dame de Paris », roman maintes fois adapté au cinéma, notamment par les studios Disney, ou en comédie musicale. Lez livre est mardi en tête des ventes sur Amazon.

Cet incendie intervient au premier jour des célébrations de la Semaine sainte qui mène à Pâques, principale fête chrétienne.

(avec Afp)

A lire aussi

Liban : Impasse

Dernière mise à jour, le 25 novembre 2019 à 07:41 Le bras de fer entre …

Laisser un commentaire