lundi , 21 octobre 2019
Accueil / Afrique / RDC : Les Unes de l’actualité du 15 Avril 2019
Entretien entre Fatshi, président de RDC et les investisseurs au Nord-Kivu.
Entretien entre Fatshi, président de RDC et les investisseurs au Nord-Kivu.

RDC : Les Unes de l’actualité du 15 Avril 2019

Dernière mise à jour, le 20 avril 2019 à 11:48

A la une de la presse de la République démocratique du Congo (RDC) ce lundi 15 avril 2019. La tournée du président Felix-Antoine Tshilombo Tshisekedi dit Fatshi au sud-est du pays, l’insécurité qui règne à Lubumbashi et à Goma; et la controverse autour de l’élection du gouverneur de la province du Sankuru.

Insécurité à Lubumbashi et Goma

En provenance de Lubumbashi, le président Félix Tshisekedi est au Nord-Kivu pour une mission de sécurisation de la province annonce la présidence de la République citée par le site Politico.cd. Ce média rappelle que le chef de l’État congolais avait promis de restaurer la paix dans cette partie du pays pendant sa campagne électorale et même au cours d’une conférence de presse lors de son séjour à Kigali, la capitale du Rwanda.

Mais peu avant d’arriver à Goma, signale Cas-info.ca, Félix Tshisekedi s’est entretenu dimanche avec les autorités de la frontière de Kasumbalesa dans la province du Haut Katanga. L’amélioration des services et contrôles en vue de maximiser les recettes à Kasumbalesa étaient au cœur de la réunion que le président de la République a présidée, réunion qui a rassemblée également les ministres et les responsables du secteur des finances du pays.

Congoprofond.net s’est penché de son côté sur les mesures sécuritaires prises par la réunion du Conseil supérieur de la défense au regard de l’insécurité qui sévit dans la ville de Lubumbashi. A en croire le média qui cite le ministre intérimaire de la Défense, Michel Bongongo, “le conseil supérieur de la défense a décidé la suppression de tout détachement des policiers, des militaires ainsi que des éléments de Garde républicaine dans les sociétés minières”, a déclaré Michel Bongongo. Congoprofond.net rapporte, par ailleurs, que le même rapport précise que cette décision ne concerne pas seulement le Haut-Katanga, mais toute l’étendue du territoire national.

Cette mesure est relayée par 7sur7.cd, qui fait allusion à la situation sécuritaire dans la ville de Lubumbashi en proie à un déficit criant d’encadrement des hommes de troupes aussi bien de la Police que de l’armée, et l’insuffisance de moyens logistiques.

Le Potentiel, qui évoque l’insécurité à Lubumbashi et Goma, titre à sa Une « Félix Tshisekedi en sapeur-pompier ». Le quotidien de l’avenue Kongo-central indique qu’à Lubumbashi, chef-lieu de la province du Haut-Katanga, et à Goma, chef-lieu du Nord-Kivu, l’insécurité bat son plein. Des paisibles citoyens congolais sont tués dans l’indifférence la plus totale. Pour marquer son implication, le chef de l’Etat, Félix Tshisekedi a décidé de faire le déplacement ces deux villes avec dans ses mains le bâton de la paix. A Lubumbashi, il a tenu, samedi dernier, la réunion du Conseil supérieur de la défense, assortie de mesures urgentes pour ramener le calme dans la capitale cuprifère. Avec la même détermination, il a débarqué dimanche à Goma, dans le Nord-Kivu, rapporte le journal.

L’Avenir titre à son tour : « Lubumbashi, Kasumbalesa, Goma et Beni, Tshisekedi s’attaque à l’insécurité ». Le confrère écrit, le Conseil supérieur de la défense qui s’est réuni samedi à Lubumbashi, a décidé de la suppression de tout détachement des policiers, militaires ainsi que des éléments de la Garde républicaine dans le gardiennage et les sociétés minières sur toute l’étendue du territoire national. Au poste frontalier de Kasumbalesa renseigne le journal, à l’issue d’une séance de travail que le chef de l’Exécutif national a eu avec les responsables des principaux services impliqués dans la gestion du poste frontalier en question, des instructions nettes et claires ont été données pour rétablir l’ordre à cette deuxième porte douanière du pays, après le port de Matadi.

Africa News note également qu’à Lubumbashi, Tshisekedi s’attaque à l’insécurité. Le trihebdomadaire écrit que le Conseil supérieur de la défense a pris cette décision samedi 13 avril à Lubumbashi à l’issue de sa réunion présidée par le Président de la République Félix Antoine Tshisekedi. Motif : il a été fait constat de déficit criant d’encadrement des hommes de troupe de la Police et de l’armée tournés vers le détachement dans le gardiennage et les sociétés minières, et l’insuffisance des moyens logistiques, au regard du rapport présenté par l’inspecteur général des Forces armées de la Rd-Congo sur la situation sécuritaire de la ville de Lubumbashi et ses environs. En effet, selon le confrère, à Lubumbashi, le chef de l’Etat, a pris langue avec les forces vives qui ont soutenu les mesures prises par le Conseil de la défense avant de s’envoler pour Goma dans le Nord-Kivu.

Controverse autour de l’élection du gouverneur

L’autre sujet concerne l’élection du gouverneur de la province du Sankuru ou une tension est observée depuis que la CENI a invalidé la candidature de Stéphane Mukumadi au profit de l’unique candidature de Lambert Mende. Après le rendez-vous manqué du samedi 13 avril, faute de quorum, l’élection du gouverneur et vice-gouverneur du Sankuru était prévue pour ce lundi 15 avril. Mais elle n’aura visiblement plus lieu.

Depuis Goma (Nord-Kivu) où il est arrivé ce dimanche 14 avril 2019, le président de la République Félix Tshisekedi a demandé à la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) de renvoyer à une date ultérieure l’organisation de l’élection du gouverneur dans cette province, rapporte Actualité.cd.

D’après Basile Olongo, vice-premier ministre interimaire chargé de l’intérieur et de la sécurité, le président de la République juge la situation d’extrêmement grave.

Le processus d’élection du gouverneur de Sankuru se fait sur fond des tensions caractérisées par des violences entre les partisans de Lambert Mende et la population hostile à sa candidature.

La Prospérité constate dans cette affaire que « le Conseil d’État confirme ses arrêts sur l’affaire Mukumadi-Mende ». Le premier a été invalidé par la CENI pour laisser la place au deuxième de rester seul dans la course au gouvernorat. Une décision confirmée par la Cour d’appel de Lusambo mais cassée par le Conseil d’État qui a réhabilité Mukumadi. La Prospérité note donc que le duel s’annonce serré au gouvernorat du Sankuru s’il s’avère que Stéphane Mukumadi participe comme challenger de Mende.

Forum Des As quant à lui s’étale sur l’élection du gouverneur et vice-gouverneur du Sankuru aujourd’hui, le Conseil d’Etat et le Conseil Supérieur de la Magistrature divisés. Selon le quotidien, qui se fonde sur les informations leurs parvenues hier à la rédaction, la Centrale électorale a délocalisé le lieu du déroulement du vote. Celui-ci ne se déroulera plus au siège de l’Assemblée provinciale du Sankuru. Plutôt, au secrétariat exécutif provincial de la Ceni à Lusambo. Ce changement du lieu de vote est motivé par des raisons sécuritaires, attestent des sources proches de la Ceni. Cependant, renseigne le tabloïd, le Conseil d’Etat et le Conseil supérieur de la Magistrature sont littéralement divisés. Les deux structures s’écharpent sur la candidature de Joseph Mukumadi, invalidé par la Cour d’Appel de Lusambo pour défaut de citoyenneté congolaise, mais validée par le Conseil d’Etat.

Contrôle technique des véhicules

Forum Des As parle également sur le contrôle technique, autorisation de transport, vignette, avec les deux mois de sursis accordés aux automobilistes kinois. L’annonce a été faite dimanche 14 avril, par la Radio privée Top Congo FM, repris par Forum des As. Les Kinois peuvent sortir ce matin en toute quiétude. Le recouvrement forcé du certificat de contrôle technique annoncé le mardi dernier a été suspendu et un sursis de deux mois a été accordé aux automobilistes.

A lire aussi

Pétrole : Il n’y aura pas rupture de stock à travers la RDC ?

Les membres du Groupe professionnel des distributeurs de produits pétroliers (GPDPP) tiennent au respect des …

Laisser un commentaire