lundi , 17 juin 2019
Accueil / Afrique / Élections : Aucune femme au sommet du Gouvernorat en RDC
Eve BAZAIBA, SG du MLC, battue au gouvernorat de la Tshopo
Eve BAZAIBA, SG du MLC, battue au gouvernorat de la Tshopo

Élections : Aucune femme au sommet du Gouvernorat en RDC

Dernière mise à jour, le 14 avril 2019 à 08:08

L’élection des Gouverneurs et Vice-gouverneurs de provinces a vécu mercredi 10 avril, dans les 22 provinces sur les 26 que compte la RDC. Le Front commun pour le Congo (FCC) a, à l’issue de ce scrutin, rafflé la majorité des administrations de provinces. La Coalition Cap pour le changement (CACH), que dirige le président Félix-Antoine Tshisekedi, n’a réussi à remporter qu’une seule province: le Kasaï-Oriental. La Coalition LAMUKA, n’aura aussi gagné qu’une seule province: la Mongala, dans l’ex-Equateur. Parmi les Gouverneurs candidats à leur propre succession, quatre seuls ont pu regagner la confiance des députés provinciaux. Il s’agit nommément de Muyej Mangez Mans du Lualaba, d’Atou Matubwana du Kongo Central, de Pancras Boongo de la Tshuapa et de Bobo Boloko Bolumbu de l’Equateur. Les femmes ? Elles sont quasiment inexistantes au sommet du Gouvernorat. Parmi celles qui ont postulé, aucune n’a réussi à se hisser sur le piédestal. Eve Bazaïba, la Secrétaire générale du MLC, est tombée, arme à la main, sur le champ de bataille à Tshopo. 

Encore une victoire écrasante à l’actif du Front commun pour le Congo (FCC). Cette méga plateforme chère à Joseph Kabila vient encore de se tailler la part du lion à l’élection des Gouverneurs et Vice-gouverneurs, remportant 16 tickets sur les 18 validés lors de la publication des résultats provisoires d’hier mercredi 10 avril. L’allié du FCC, le Cap pour le Changement (CACH), n’a réussi jusque-là qu’à remporter une seule province sur les 22 qui étaient en compétition.

L’élection des Gouverneurs et Vice-gouverneurs de provinces a vécu mercredi 10 avril, dans les 22 provinces sur les 26 que compte la RDC. Le Front commun pour le Congo (FCC) a, à l’issue de ce scrutin, rafflé la majorité des administrations de provinces.

La Coalition Cap pour le changement (CACH), que dirige le président Félix-Antoine Tshisekedi, n’a réussi à remporter qu’une seule province: le Kasaï-Oriental. Pas étonnant lorsque l’on sait que c’est le fief naturel de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), le parti au pouvoir.

La Coalition LAMUKA, qui a soutenu la candidature de Martin Fayulu à la présidentielle, n’aura aussi gagné qu’une seule province: la Mongala, dans l’ex-Equateur.

QUATRE GOUVERNEURS RECONDUITS

Parmi les Gouverneurs candidats à leur propre succession, quatre seuls ont pu regagner la confiance des députés provinciaux. Il s’agit nommément de Muyej Mangez Mans du Lualaba, d’Atou Matubwana du Kongo Central, de Pancras Boongo de la Tshuapa et de Bobo Boloko Bolumbu de l’Equateur.

Les femmes? Elles sont quasiment inexistantes au sommet du Gouvernorat. Parmi celles qui ont postulé, aucune n’a réussi à se hisser sur le piédestal. Eve Bazaïba, la Secrétaire générale du MLC, est tombée, arme à la main, sur le champ de bataille à Tshopo.

Le suspense dès lors, demeure dans six provinces qui n’ont pas encore de gouverneurs élus. Le scrutin a été notamment suspendu par le Conseil d’Etat dans deux provinces (Sankuru et Sud-Ubangi), où la validité des candidatures pose encore problème.

Par ailleurs, quatre autres provinces attendent le deuxième tour du vote. C’est le cas du Haut Lomami, du Kasaï Central, du Nord-Ubangi et de la Tshopo.

En outre, deux autres provinces attendent l’organisation de l’élection des Gouverneurs, renvoyée au mois de mai prochain. Il s’agit du Nord-Kivu et de Maï Ndombe.

LES RESULTATS PARTIELS DU SCRUTIN

Voici, par ailleurs, les résultats partiels de ce scrutin, tels que publiés hier par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) :

– Kinshasa : Gentiny Ngobila Mbaka, ancien gouverneur du Maï-Ndombe, lors des tueries de décembre 2018 à Yumbi, est élu gouverneur avec 29 voix sur 48. Il va diriger la capitale congolaise avec le député national Néron Mbungu comme Vice-Gouverneur.

  • Tanganyika : Zoé Kabila est élu gouverneur avec 16 voix sur les 25 votants.
  • Maniema : Augustin Musafiri et Ahmed Luhata sont, pour leur part, élus respectivement gouverneur et vice-gouverneur.
  • Kwilu : le candidat FCC Willy Itshundala (PPRD) l’emporte avec 29 voix sur 48.
  • Kongo central : Atou Matubwana, le gouverneur intérimaire sortant, gagne ces élections avec 26 voix sur 41 députés votants.
  • Tshuapa : le gouverneur sortant, Pancras Boongo du PPRD est réelu.
  • Sud-Kivu : Théo Ngwabidje de l’AFDC est élu gouverneur et remplace Claude Nyamugabo.
  • Haut-Uele : Christophe Nangaa passe gouverneur.
  • Bas-Uele : Valentin Senga est propulsé gouverneur et succède à Lola Kisanga.
  • Tshopo : Walle Lufungula et Constant Lomata seront départagés au second tour dans 48 heures
  • Kasaï-Central : Martin Kabuya 15 voix (AFDC et alliés) et Valentin Ngandu 9 voix (PPRD) passent au deuxième tour, aucun candidat n’ayant obtenu la majorité absolue des suffrages.
  • Equateur : Dieudonné Bobo Boloko Bolumbu du PPRD a gagné l’élection avec 15 voix sur 20 votants.
  • Mongala : Crispin Ngbundu Malengo du G7, qui s’est présenté en indépendant, est élu Gouverneur.
  • Nord-Ubangi : le deuxième tour de l’élection opposera Izato Koloke du PPRD (8 voix sur 18) à Bienvenu Seti (4 voix sur 18).
  • Sud-Ubangi : l’élection est reportée à la suite d’un désaccord entre la CENI et le Conseil d’Etat, qui a validé la candidature du gouverneur sortant, Taila Nage. 

UNE MAJORITÉ ÉCRASANTE D’ÉLUS AU FRONT COMMUN POUR LE CONGO (FCC) DE JOSEPH KABILA

Dix-sept gouverneurs élus ! Cette écrasante victoire est sans surprise ni appel, dans la mesure où elle est la conséquence logique des législatives nationales et surtout provinciales du 30 décembre dernier.

Vu des analystes, l’information aurait été l’échec du FCC à cette élection. En d’autres termes, la configuration actuelle des assemblées provinciales augurait déjà celle des gouvernorats de provinces. Autant dire que le FCC, fort de sa majorité dans la quasi-totalité des assemblées provinciales, ne pouvait que récolter une moisson proportionnelle à l’issue de l’élection de gouverneurs et vice-gouverneurs de provinces.

Fort de cette récolte très abondante et difficile à contenir dans un seul grenier, le FCC félicite ses députés provinciaux qui, au travers de leurs suffrages exprimés hier, ont fait montre du sens élevé de discipline. Plus qu’un engagement à la cause plusieurs fois défendue par Joseph Kabila, Autorité morale de la plateforme. « cette moisson, fruit d’un travail de longue haleine d’enracinement politique du FCC au sein de l’opinion publique, suscite l’espoir au regard du besoin de poursuite du programme de reconstruction nationale et de démocratisation du pays », explique cette plateforme, dans un communiqué signé hier par son coordonnateur national, Néhémie Mwilanya.

SE METTRE AU SERVICE EN HARMONIE AVEC LE CHEF DE L’ETAT

Exit tout triomphalisme, le FCC exhorte par ailleurs, les parties prenantes au processus électoral de privilégier l’intérêt général. Celui de la Nation et de son peuple. Ainsi, face aux nombreux défis à relever par rapport au développement de la RD Congo, cette méga plateforme électorale ne se trompe pas de priorité. Aussi, le FCC invite-t-il toutes les parties prenantes au processus électoral, à œuvrer dans le sens de préserver les acquis de la démocratie, de la paix et de la stabilité, gages de la poursuite du développement attendu (impatiemment ?) par le peuple congolais.

Le FCC n’ignore pas qu’elle est membre de la grande coalition devant gérer le pays pendant le quinquennat en cours de Félix Tshisekedi. Partant, cette plateforme qui félicite les Gouverneurs et vice-Gouverneurs élus, demande à ces derniers de travailler dans le sens de préserver les intérêts du souverain primaire. Ce, en parfaite harmonie avec l’actuel Chef de l’Etat et le Gouvernement central en gestation.  » C’est dans cette perspective et dans le cadre de la coalition entre le FCC et ses partenaires de CACH, qu’il conviendra d’œuvrer à l’amélioration du quotidien de tous les Congolais », souligne la Coordination nationale du FCC, dans son communiqué.

« LE PPRD RESTE LA PREMIÈRE FORCE POLITIQUE EN RDC »

« Le Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD) a démontré une fois de plus qu’il reste la première force politique en RDC », s’est réjoui le Secrétaire permanent du parti phare du FCC, lors de son intervention hier mercredi 10 avril, après la publication par la CENI des résultats provisoires des élections des gouverneurs de provinces, rapporte un communiqué de presse.

A cette occasion, au nom du Président national du PPRD Joseph Kabila, Emmanuel Ramazani Shadary remercie, tous les députés provinciaux d’avoir voté massivement les candidats gouverneurs et vice-gouverneurs PPRD.

Il félicite également le peuple congolais pour la maturité politique et la CENI pour la bonne organisation de cette élection. Selon Ramazani Shadary, ce vote va non seulement accélérer la mise en place des institutions provinciales issues des élections démocratiques, mais aussi redonner à la population de la base la contribution au développement des entités administratives décentralisées.

Le PPRD et son regroupement politique, le FCC compte plus de 350 élus nationaux, plus de 500 élus provinciaux, plus de 20 présidents des Assemblées provinciales et 98 sénateurs.

(avec Orly-Darel NGIAMBUKULU, Yves KALIKAT, Grevisse KABREL, Mathy MUSAU et ForumDesAs)

A lire aussi

Jean-Goubal KALALA, one of de député invalidé.

Invalidations des députés : FATSHI doit corriger l’arbitraire

Dernière mise à jour, le 16 juin 2019 à 11:11 Les députés et sénateurs estampillés …

Laisser un commentaire