lundi , 24 juin 2019
Accueil / Afrique / Alfred LIYOLO : Monument vivant de la culture congolaise

Alfred LIYOLO : Monument vivant de la culture congolaise

Plus que l’univers culturel, c’est toute la République démocratique Congo (RDC) qui est en deuil, compte tenu de l’envergure de l’illustre disparu. Un personnage dont le prestige a traversé les frontières nationales. Sculpteur et plasticien, Alfred Liyolo fut un monument vivant de la culture congolaise, tant au pays qu’à l’étranger. Aussitôt qu’il a appris la nouvelle, le Président Félix Tshisekedi a salué la mémoire du célèbre sculpteur congolais. « Je salue la mémoire de Me Liyolo qui vient de nous quitter. Il a été une source d’inspiration pour plusieurs générations dans son domaine », a-t-il déclaré dans un message publié sur le compte twitter de la présidence.

L’immortel artiste peintre et sculpteur congolais, Alfred Liyolo, est décédé hier lundi 1er avril, dans un hôpital de Vienne, en Autriche. Aux premières heures de son annonce à Kinshasa, la triste nouvelle du décès de cette grande figure de l’art contemporain de l’Afrique, survenu 48 heures seulement après celui du musicien Simaro Lutumba Ndomanweno, le 30 mars dernier à Paris, a ressemblé à un gros poisson d’avril. Et pourtant !

Plus que l’univers culturel, c’est toute la RD Congo qui est en deuil, compte tenu de l’envergure de l’illustre disparu. Un personnage dont le prestige a traversé les frontières nationales. Sculpteur et plasticien, Alfred Liyolo fut un monument vivant de la culture congolaise, tant au pays qu’à l’étranger.

Aussitôt qu’il a appris la nouvelle, le Président Félix Tshisekedi a salué la mémoire du célèbre sculpteur congolais. « Je salue la mémoire de Me Liyolo qui vient de nous quitter. Il a été une source d’inspiration pour plusieurs générations dans son domaine », a-t-il déclaré dans un message publié sur le compte twitter de la présidence.

Par ailleurs, le président de la République a transmis ses sincères condoléances à la famille biologique de l’illustre disparu. « Je me joins à tous mes compatriotes pour exprimer ma compassion et mes sincères condoléances à sa famille biologique », a-t-il ajouté.

Me Liyolo s’est distingué par son travail bien fait. Petit-fils d’un tailleur d’ivoire, Alfred Liyolo a fait de l’art, toute sa passion depuis l’enfance. C’est donc un grand critique d’art que l’Afrique, et même la plupart des pays du monde, pleurent depuis hier. Pour l’instant, on ignore encore le programme des obsèques. Dans un premier temps, on s’attend au rapatriement de la dépouille mortelle.

« L’ART PLASTIQUE CONGOLAIS VIENT DE PERDRE SON MAÎTRE »

En sa qualité de membre du corps professoral de l’Académie des Beaux-Arts (Aba), et aussi d ancien DG de cet établissement d’enseignement supérieur en RDC, Patrick Misasi, a rappelé qu’il était à la fois un de ses proches collaborateurs et aussi un de ses confidents. Il a affirmé que c’est avec beaucoup d’émotion et de douleur que l’ensemble de la communauté artistique a accueilli cette triste nouvelle.

Patrick Misasi, a indiqué que la mort de Maître Liyolo constitue une perte énorme dans le domaine de l’Art plastique congolais, car c’est grâce à l’illustre disparu que ce domaine a été exporté à travers le monde.

Parlant de l’homme, l’ancien DG de l’Aba a fait savoir que Liyolo fut un homme simple, social, courtois avec beaucoup de qualités et qui savait mettre tout le monde à l’aise. Il lui disait qu’il ne pouvait pas passer une journée sans se rendre à l’Académie des Beaux-Arts. C’est ainsi qu’il a pu laisser des empreintes indélébiles au sein de cet établissement qu’il considérait comme étant le berceau de l’art.

Et à la question de savoir ce qu’a été l’enseignant Liyolo qui vient de nous quitter brutalement, Patrick Misasi a révélé que Maître Liyolo était un travailleur infatigable, un excellent artiste et professeur, doté de beaucoup de rigueur.

Parlant de sa vie artistique, l’ancien DG de l’Aba a souligné que Liyolo est une icône de l’art congolais, qui s’en est allée dans l’au-delà et qui a été le tout premier artiste à expérimenter la technique de bronze, passion à cause de son goût pour l’art, dont il a acquis la maîtrise depuis sa brillante formation en tant qu’ étudiant à l’école des Beaux-Arts de Vienne en Autriche.

Pour conclure, Patrick Misasi a estimé qu’ il s’agit d’un grand Baobab de l’Art plastique qui est tombé et sa mort constitue pour la nation congolaise tout entière et pour les générations futures une énorme perte.

L’HOMME ET SON PARCOURS

Fils de M’Puanga Albert et de Bonkumu Céline, le Professeur Émérite Alfred Liyolo est né à Bolobo (District Mai-Ndombe et Plateaux, Bandundu) le 30 mai 1943.

Sculpteur de renommée internationale, il est formé dans l’une des plus prestigieuses écoles d’arts dans le monde, l’Académie des Beaux-Arts de Vienne (Autriche), d’où il a obtenu son diplôme de Maîtrise en Art, le Magister Artium. Maître Alfred Liyolo figure parmi les artistes africains contemporains qui allient les in fluences africaines aux formes modernes.

Rentré à Kinshasa en 1970, il devient professeur à l’Académie des Beaux-Arts de Kinshasa, il est nommé Directeur des Etudes en 1974, puis Secrétaire Général en 1982. En tant que Directeur Général de l’Académie des Beaux-Arts de Kinshasa en 1986, il a conduit cette institution vers la modernisation jusqu’en 1991, année où ce processus fut interrompu par des troubles politiques qui ont conduit la RDC dans une mutation la plus sombre de son histoire. Ses ateliers et sa résidence ont été mis à sac et totalement pillés. Suite à ces événements, il quitte Kinshasa avec sa famille pour s’installer à Vienne où il dispense des cours dans différentes écoles et organise des expositions. En 2004, il décide de nouveau de revenir à Kinshasa afin de participer à l’effort de Reconstruction du Pays. Il continue ses enseignements à l’Académie des Beaux-Arts de Kinshasa.

FORMATION

Études primaires à l’École de Poto-Poto à Brazzaville, République du Congo.

De 1958 à 1962 : Académie des Beaux-Arts de Kinshasa, R.D. Congo. Il enseigne le dessin à l’Ecole Saint Georges de Kintambo, RDC.

En août 1963, il obtient une bourse d’études du gouvernement autrichien et il est admis à l’école des Arts appliqués à Graz, Autriche.

En octobre 1965, il continue sa formation à l’Académie des Beaux-Arts de Vienne dans la classe des Maîtres sculpteurs dirigée par le Professeur Wander Bertoni et il obtient son Diplôme de Maîtrise en Art, le Magister Artium, avec comme spécialité sculpture monumentale, et le plus grand prix de l’Académie des Beaux-Arts de Vienne en tant que meilleur étudiant de sa promotion.

Une année de stage au Musée d’Ethnologie de Vienne et dans des fonderies d’art consacrera la fi n de ses études.

(avec Grevisse KABREL, Melba Muzola, FurumDesAs et lePhare)

A lire aussi

RDC : La construction des sauts-de-mouton cause des embouteillages à Kinshasa

Les travaux de construction des sauts-de-mouton sur plusieurs artères causent des bouchons dans la ville …

Laisser un commentaire