mercredi , 16 octobre 2019
Accueil / Afrique / RDC : Le FCC de « Kabila » veut interdire les marches publiques au Kasaï

RDC : Le FCC de « Kabila » veut interdire les marches publiques au Kasaï

Dernière mise à jour, le 5 avril 2019 à 10:33

Au cours de la plénière de ce mardi 26 mars 2019, à l’Assemblée provinciale du Kasaï, le député du FCC Mposhampa Ferdinand, reproche aux organisateurs des différentes marches, le caractère injurieux à l’endroit de certains leaders politiques et incitatif au tribalisme et à la xénophobie. Selon lui, ces manifestations exposent les députés provinciaux à l’insécurité. Le député Mposhamba relève, entre autre, la récente marche organisée par la « Fondation Muetu Mua Kele », en synergie avec la Nouvelle société civile congolaise (NSCC), la dynamique Fashi et la « Fondation le peuple d’abord ». Il a obtenu de la plénière, l’interpellation du Ministre provincial de l’Intérieur par une question orale à travers laquelle, il va s’expliquer au cours d’une plénière. Par contre, certains députés ont estimé qu’interdire les marches, serait une violation même de la constitution qui autorise la manifestation publique.

La question orale avec débat initiée par le député Mposhampa Ferdinand, élu de Mweka sur la liste du FCC, était au centre du débat au cours de la plénière de ce mardi 26 mars 2019, à l’Assemblée provinciale du Kasaï.

L’élu de Mweka reproche aux organisateurs des différentes marches, le caractère injurieux à l’endroit de certains leaders politiques et incitatif au tribalisme et à la xénophobie. Selon lui, ces manifestations exposent les députés provinciaux à l’insécurité.

Le député Mposhamba relève, entre autre, la récente marche organisée par la « Fondation Muetu Mua Kele », en synergie avec la Nouvelle société civile congolaise (NSCC), la dynamique Fashi et la « Fondation le peuple d’abord ». Il a obtenu de la plénière, l’interpellation du Ministre provincial de l’Intérieur par une question orale à travers laquelle, il va s’expliquer au cours d’une plénière.

Par contre, certains députés ont estimé qu’interdire les marches, serait une violation même de la constitution qui autorise la manifestation publique. Pour le député Jean-Calvin Minga, un autre élu de Mweka sur la liste de AFDC-A, le mieux serait de faire la volonté de la population exprimée à travers ces marches publiques.

« Ce n’est pas parce qu’on est député qu’on peut se permettre de tout, jusqu’à refuser à la population le moyen de s’exprimer. Nous-mêmes, nous sommes l’émanation de cette même population », a martelé Jean-Calvin Minga.

Pour le mouvement citoyen « Lutte pour le Changement (Lucha) », les députés provinciaux qui soutiennent la corruption et les antivaleurs dans la province du Kasaï se sentent frustrés par ces manifestations pacifiques de la société civile et autres mouvements citoyens et associations pro-démocraties.

Par ailleurs, le Docteur Jacques Issongo, militant de la Lucha, prévient que « si le Ministre provincial de l’Intérieur cède aux caprices de ces élus, il s’exposera à des poursuites judiciaires pour violation flagrante de la constitution ».

Il sied de rappeler que la ville de Tshikapa, chef-lieu de la province du Kasaï, vit ce dernier temps, au rythme des marches pacifiques des associations de la société civile qui attendent, par leurs démarches, interpeller la conscience des députés provinciaux de faire un bon choix des futurs dirigeants de la province du Kasaï.

Il sied de rappeler que, la dernière marche dans la ville de Tshikapa a eu lieu samedi 23 mars 2019.

(avec Jackie Ngolela, lePotentiel)

A lire aussi

Pétrole : Il n’y aura pas rupture de stock à travers la RDC ?

Les membres du Groupe professionnel des distributeurs de produits pétroliers (GPDPP) tiennent au respect des …

Laisser un commentaire