samedi , 23 mai 2020
Accueil / Afrique / Inzun KAKIAK JUSTIN : Nouveau boss de l’ANR

Inzun KAKIAK JUSTIN : Nouveau boss de l’ANR

Fils maison et jusqu’hier numéro 2, Inzun Kakiak Justin enfile enfin le costume du patron des Services. Il succède à Kalev Mutond. Le nouvel homme fort de la place ex-UZB est un « agent » de carrière. Un pro qui a gravi tous les échelons au sein des Renseignements sous ses différentes dénominations (CND, AND, SNIP…). De chef de bureau à l’administrateur général adjoint en passant notamment par les grades de chef de division, de directeur et d’administrateur principal /service extérieur, Justin Inzun aura séjourné dans chaque poste. Les rouages de l’ANR n’ont plus de secret pour ce licencié en Sciences politiques et administratives de l’Université de Lubumbashi.

Pas donc de temps à perdre dans l’acclimatation pour le nouveau big boss des Services. Justin Inzun va juste changer de bureau. Un gain de temps. Et mettre en pratique la nouvelle doctrine des services d’intelligence déjà esquissée par le nouveau Président de la république.

Dès son élection, Félix-Antoine Tshisekedi s’est fait un point d’honneur de rendre les Services complètement solubles dans les droits de l’homme. « Plus de cachots relevant de l’ANR » a annoncé dans toutes les langues le chef de l’Etat. Pour qui connaît le chemin de croix de l’UDPS en particulier durant l’âge d’or de la dictature Mobutu, comprendra aisément la priorité qu’accorde le nouveau pouvoir dans l’aggiornamento des Services.

Comme les autres pans de la sécurité, l’ANR devrait se focaliser davantage sur sa vocation de service d’intelligence au…service des intérêts vitaux du pays. Du haut de ses plusieurs dizaines d’années d’expérience, Justin Inzun Kakiak a le profil idoine pour réussir cette mue .Des réformes qui nécessiteraient une double requalification : celle des conditions de travail et celle de conditions salariales des agents.

On ne saurait attendre grand-chose de l’ANR si l’Etat n’investit pas suffisamment dans la modernisation de l’outil de travail et l’amélioration de l’ordinaire de l’agent. Avec les mutations géopolitiques en cours, la RDC se trouve au cœur des enjeux économique, énergétique, climatique… Le cobalt pour les voitures électriques, le coltan les GSM, la forêt du bassin du Congo comme antidote au réchauffement climatique, l’imposante hydrographie pour le défi de l’eau … Bref autant de ressources stratégiques qui font de la RDC un pays pas comme les autres. D’où l’impérieuse nécessité de disposer d’un service d’intelligence capable de sécuriser le pays et ses habitants.

Enfin, il va sans dire que la nomination d’un nouvel AG va entraîner de nouvelles mises en place. Le souhait du contribuable congolais est de voir la compétence et la moralité être érigées en critère absolu.

A lire aussi

Les oubliés : Chronique des Héros de Wenge Musica

C’est le nom de cette chronique qui retrace dans les moindres détails les noms et …

Laisser un commentaire