jeudi , 27 juin 2019
Accueil / Afrique / RDC : Le FCC a déjà remis le nom du Premier ministre au président Fatshi
Modeste Bahati Lukwebo du FCC de Joseph Kabila
Modeste Bahati Lukwebo du FCC de Joseph Kabila

RDC : Le FCC a déjà remis le nom du Premier ministre au président Fatshi

Dernière mise à jour, le 25 mars 2019 à 10:45

Selon Dieudonné Mwenze, cadre du FCC, « lenom du Premier ministre a été déjà remis au président Tshisekedi ». « Du côté de notre autorité morale, Joseph Kabila Kabange, les choses sont déjà accomplies », pour la nomination d’un nouveau Premier ministre, a-t-il déclaré. Si la nomination du Premier ministre connait encore du retard, ce cadre du FCC le justifie en ces termes : « Cette question doit être retournée à l’actuel président de la République ». Il souligne l’urgence de nommer un Premier ministre par le fait que « le gouvernement actuel est pratiquement démissionnaire avec un grand nombre de ministres qui sont déjà partis au Parlement et que de nombreux ministres encore en fonction sont en train de cumuler les postes ». « Ce n’est pas normal », note-t-il. Quoi qu’il en soit, au niveau du FCC, l’heure est aux derniers réglages. Avec sa majorité à l’Assemblée nationale et, sans doute, au Sénat, le FCC travaille pour le moment à la consolidation de ses digues. Tout se négocie autour de la gestion des ambitions.

Fort de sa majorité dans les deux chambres du Parlement, l’heure est à la redistribution des cartes au sein du FCC. Si le PPRD est sûr d’avoir la primature, à défaut d’un compromis sur l’Assemblée nationale, l’AFDC-A de Modeste Bahati est bien positionné pour le Sénat. Sénateur élu dans le Sud-Kivu, Modeste Bahati est à quelques pas pour succéder à Léon Kengo Wa Dondo.

La suspension de l’installation du nouveau Sénat n’a pas estompé les ambitions du Front commun pour le Congo (FCC) qui tient, avec son écrasante victoire aux sénatoriales du 15 mars, à avoir le contrôle de deux chambres du Parlement (Sénat et Assemblée nationale).

Si le PPRD, premier parti politique du FCC, revendique déjà la primature, l’AFDC-A, la plateforme de Modeste Bahati Lukwebo, se tourne vers la présidence du Sénat. Avec la brillante élection de son autorité morale, Modeste Bahati, à l’élection sénatoriale dans le Sud-Kivu, l’AFDC-A qui se positionne désormais comme la deuxième force politique du FCC, se voit bien présider aux destinées de la deuxième chambre du Parlement.

Depuis un temps, le FCC multiple des réunions en interne pour une redistribution des cartes en son sein. Si le PPRD n’est pas prêt à faire des concessions à la primature – du reste retenu sur son quota – l’AFDC-A se lorgne vers le Sénat. Pour le moment, rien n’est encore acté. Mais, des sources internes du FCC rapportent que les premières concertations initiées autour du coordonnateur du FCC évoluent bien. Evidemment, le dernier mot reviendra à l’autorité morale du FCC, Joseph Kabila ; le dernier rempart en la matière.

Des atouts à faire valoir

Dans cette redistribution des cartes au sein du FCC, Modeste Bahati, autorité morale de l’AFDC-A, peut bien tirer son épingle du jeu. Fraîchement élu sénateur dans le Sud-Kivu, il a d’ailleurs réalisé le meilleur score des sénatoriales du 15 mars. Modeste Bahati, président du Sénat, est une hypothèse qui est à l’étude au niveau de plus hauies instances du FCC.

En effet, Modeste Bahati a un parcours qui le prédispose à ce poste. Député du Parlement de transition (HCR-PT) entre 2002 et 2006, puis député national à la législature de 2006 et 2011, l’autorité morale de l’AFDC-A traine derrière lui une expérience parlementaire avérée. Questeur à l’Assemblée entre 2006 et 2009, sous la présidence de Vital Kamerhe, il a fait ses preuves dans l’Hémicycle ; un édifice dont il a la maitrise de tous les couloirs. Son esprit ouvert et son sens de justice devraient incontestablement jouer en sa faveur lors du choix final du candidat FCC dans la course à la présidence du Sénat.

Les derniers réglages

Si la présidence du Sénat semble être un dossier clos au sein du FCC, dans la mesure où l’AFDC-A part avec toutes les faveurs des pronostics, le choix du candidat FCC à la primature est un dossier prêsque clos.

Selon Dieudonné Mwenze, cadre du FCC repris par Top Congo, radio émettant de Kinshasa, « lenom du Premier ministre a été déjà remis au président Tshisekedi ». « Du côté de notre autorité morale, Joseph Kabila Kabange, les choses sont déjà accomplies », pour la nomination d’un nouveau Premier ministre, a-t-il déclaré.

Si la nomination du Premier ministre connait encore du retard, ce cadre du FCC le justifie en ces termes : « Cette question doit être retournée à l’actuel président de la République ». Il souligne l’urgence de nommer un Premier ministre par le fait que « le gouvernement actuel est pratiquement démissionnaire avec un grand nombre de ministres qui sont déjà partis au Parlement et que de nombreux ministres encore en fonction sont en train de cumuler les postes ». « Ce n’est pas normal », note-t-il.

Quoi qu’il en soit, au niveau du FCC, l’heure est aux derniers réglages. Avec sa majorité à l’Assemblée nationale et, sans doute, au Sénat, le FCC travaille pour le moment à la consolidation de ses digues. Tout se négocie autour de la gestion des ambitions.

En ce qui concerne l’Assemblée nationale, les premières tendances ne sont pas encore clairement définies.Des sources concordantes indiquentque le PPRD, qui n’attend pas transiger sur son choix pour la primature, viserait aussi le perchoir de l’Assemblée nationale. Pour l’instant, aucune option définitive n’a encore été levée.

Quant à l’AFDC-A, son autorité morale a carrément recentré ses ambitions au Sénat. Avec sa grande moisson aux législatives nationales et provinciales, l’AFDC-A vise en toute logique la présidence d’une institution. Au-delà du gouvernement, où l’AFDC-A pense bien recaser ses membres, C’est désormais vers le Sénat que lorgne l’autorité morale de la deuxième force politique de FCC. Sur ce point précis, l’AFDC-A ne manque pas d’arguments. Sa position, en termes du nombre d’élus au sein du FCC, est un argument qui joue en faveur de Bahati.

Modeste Bahati à la succession de Léon Kengo wa Dondo, est donc une option à prendre au sérieux.

(avec lePotentiel)

A lire aussi

Les Républicains : Naufrage

Boudés par les électeurs, fuis par certains cadres, convoités par La République En Marche ou …

Laisser un commentaire