dimanche , 21 juillet 2019
Accueil / Afrique / RDC : Fayulu d’accord avec la diaspora pour l’application de l’article 64 de la Constitution

RDC : Fayulu d’accord avec la diaspora pour l’application de l’article 64 de la Constitution

Dernière mise à jour, le 24 mars 2019 à 01:41

Aux Congolais qui n’ont cessé de lui demander de clarifier sa position sur la suite des événements en RDC qui leur parait plutôt sombre, il leur répond sans ambages : « Je vous ai entendu. Je suis sur la place de la République en France, le pays des droits de l’homme. Je suis d’accord avec vous pour l’application de l’article 64. Il est inscrit dans notre Constitution. Evidemment si les choses n’évoluent pas comme il se doit, le soulèvement populaire reste une option à mettre en œuvre. Car, nous devons libérer notre pays des griffes de Kabila. Il doit partir, il est le principal obstacle à l’émergence de la RDC », a-t-il dit, sous le regard des combattants et résistants de la diaspora  qui réclament à cor et à cri cette option pour « libérer » la RDC entre les mains des rusés, des malfaisants.

Les combattants et résistants de la diaspora congolaise en France ont organisé, le samedi 16 mars 2019 à Paris, une marche de soutien à Martin Fayulu, candidat de la coalition « Lamuka » à l’élection présidentielle du 30 décembre dernier en RDC, dans sa démarche pour la vérité des urnes.

Plus d’un millier de Congolais venus de partout en Europe, voire du Canada et des Etats-Unis, ont submergé les rues de Paris, de la place Château rouge (18ème arrondissement) à la place de la République (10ème arrondissement), brandissant le drapeau congolais et agitant des pancartes et calicots exprimant leur soutien à Martin Fayulu présent à cette marche et juché sur un véhicule avec toit ouvrant.

Selon l’organisateur de la manifestation, Pitchou Shomongo, l’objectif est triple: montrer à la France que le peuple congolais est déterminé à aller jusqu’au bout de sa démarche en réclamant la vérité des urnes, mobiliser la diaspora congolaise pour matérialiser la volonté exprimée par le peuple congolais, le 30 décembre 2018, et montrer à Martin Fayulu que la diaspora le soutient sans réserve.

Pour les marcheurs, très remontés depuis la proclamation officielle des résultats de l’élection présidentielle ayant proclamé Félix Tshisekedi vainqueur, tout doit être mis en œuvre pour que la vérité des urnes soit établie ou réorganiser des élections dans un délai proche, comme le réclame Martin Fayulu.

Ils ont scandé des slogans tels que : « Fayulu est le président élu de la RDC », « La victoire de Fayulu est celle du peuple congolais », « Nul ne peut lui arracher cette victoire », « Fayulu est le choix de Dieu pour servir la RDC », « Kabila et les ennemis de la RDC ne passeront pas », « Nous réclamons la vérité des urnes ou il va falloir réorganiser des élections »…

« Le combat n’est pas fini »

Ayant pris la parole, place de la République, Martin Fayulu a remercié chaleureusement la diaspora congolaise qui mène un combat acharné pour la«libération »  de la RDC, et a tenu à rappeler les circonstances dans lesquelles se sont déroulées les élections du 30 décembre dernier.

« Le combat pour la libération du Congo n’est pas fini. Nous devons le continuer. A preuve, on a volé au peuple congolais sa victoire. Ces résultats ont été fabriqués dans les officines de Kabila. Il a hypothéqué l’avenir de notre pays. En vérité, Kabila n’est pas parti et entend conserver le pouvoir. Il continue de régner et s’est trouvé un masque mais cela ne marchera pas, car nous ne pouvons plus accepter cette situation. La corruption bat son plein. Il faut changer le système, c’est une nécessité pour l’avenir de notre pays », a jugé Martin Fayulu, soulevant un concert d’applaudissements. Et d’ajouter: « Nous réclamons la vérité des urnes pour respecter la volonté du peuple congolais ».  

S’adressant au peuple de France, il leur dit d’avoir du « respect envers les Congolais, car ils aiment la France, le pays des droits de l’homme ».

Et à la Communauté internationale en général, qui n’ignore rien des récurrentes manifestations populaires de colère, tant à l’intérieur  qu’à l’extérieur du pays, contre la mauvaise gouvernance de la kabilie, il lance le message ci-après :

« Respecter la volonté du peuple congolais, ce peuple qui a déjà tant souffert. Aidez-nous à établir une vraie démocratie et à instaurer un Etat de droit en RDC ».  

ARTICLE  64

Aux Congolais qui n’ont cessé de lui demander de clarifier sa position sur la suite des événements en RDC qui leur parait plutôt sombre, il leur répond sans ambages :   

« Je vous ai entendu. Je suis sur la place de la République en France, le pays des droits de l’homme. Je suis d’accord avec vous pour l’application de l’article 64. Il est inscrit dans notre Constitution. Evidemment si les choses n’évoluent pas comme il se doit, le soulèvement populaire reste une option à mettre en œuvre. Car, nous devons libérer notre pays des griffes de Kabila. Il doit partir, il est le principal obstacle à l’émergence de la RDC », a-t-il dit, sous le regard des combattants et résistants de la diaspora qui réclament à cor et à cri cette option pour « libérer » la RDC entre les mains des rusés, des malfaisants.

C’est à 19h que s’est achevée la manifestation, qui a commencé à 16h, sous les applaudissements des Congolais qui semblent assez satisfaits des propos qu’ils ont entendus.

(avec Robert Kongo)

A lire aussi

RDC : Qu’attend Fatshi de prendre des mesures draconiennes devant l’aggravation d’Ebola à l’Est ?

Dernière mise à jour, le 20 juillet 2019 à 10:42 Il est impératif aujourd’hui de …

Laisser un commentaire