vendredi , 22 novembre 2019
Accueil / Afrique / Après une mission à l’étranger : Fatshi restitue 163.300 USD au Trésor public

Après une mission à l’étranger : Fatshi restitue 163.300 USD au Trésor public

Après sa première sortie à l’étranger, le président de la RDC, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo dit Fatshi a surpris tout le monde. Par un bordereau de versement en monnaie étrangère adressée à la BCC et signé par un de ses collaborateurs, bordereau dont le fac simulé a été adressé à la presse locale, Félix Tshisekedi a restitué au Trésor public une bagatelle de 163.300 Usd qui étaient restés sur le montant qui lui avait été alloué pour tous ces déplacements et séjours à l’étranger. Une première depuis plus de trente ans. Il rejoint, sur cette voie de probité et d’amour pour son pays, le tout premier président congolais, Joseph Kasa-Vubu qui avait remis au Trésor public le reste du montant qui lui avait été alloué, au retour d’une mission à l’étranger.

Une semaine après sa première sortie à l’étranger, notamment à Luanda en Angola, à Nairobi au Kenya, puis à Brazzaville en République du Congo, le nouveau président de la RDC, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a surpris tout le monde.

Par un bordereau de versement en monnaie étrangère adressée à la Banque centrale du Congo (BCC) et signé par un de ses collaborateurs, bordereau dont le fac simulé a été adressé à la presse locale, Félix Tshisekedi a restitué au Trésor public une bagatelle de 163.300 Usd (cent soixante trois mille trois cent dollars américains) qui étaient restés sur le montant qui lui avait été alloué pour tous ces déplacements et séjours à l’étranger.

Une première depuis plus de trente ans. Il rejoint, sur cette voie de probité et d’amour pour son pays, le tout premier président congolais, Joseph Kasa-Vubu qui avait remis au Trésor public le reste du montant qui lui avait été alloué, au retour d’une mission à l’étranger.

Coup de chapeau à FATSHI pour ce premier geste de transparence et de bonne gestion qui ne doit pas être un simple symbole, mais un véritable système de gestion que, non seulement lui, mais aussi ses ministres et ses plus proche collaborateurs doivent suivre durant tout son mandat.

C’est ici le lieu d’interpeller le Parlement congolais d’examiner la loi sur les déclarations de biens des membres du gouvernement et des mandataires de l’État. Ces déclarations ne doivent pas être faites seulement à l’entrée en fonction mais aussi et surtout à leur sortie.

Car n’a-t-on pas vu certains se construire des immeubles, s’acheter des villas et des véhicules de luxe qui dépassent de très loin leurs émoluments. Des copies de ces déclarations devraient être réservées à des organismes ou organes de contrôle ou encore de suivi comme Office de biens mal acquis ou la Cour de Comptes. Ainsi les deniers publics seront sauvegardés, sinon utilisés à bon escient.

(avec lePotentiel)

A lire aussi

RDC : Exigence d’une justice équitable au Nord-Kivu

« La plupart des jugements rendus dans l’exécution des procès à Goma ne respectent plus …

Laisser un commentaire