lundi , 16 septembre 2019
Accueil / Afrique / Expulsion : Plusieurs Congolaises et Congolais violés par l’armée et la police angolaise

Expulsion : Plusieurs Congolaises et Congolais violés par l’armée et la police angolaise

Plus de cinq cas de violences sexuelles ont été rapportés, le week-end dernier, par le Centre de santé de référence de Kamako parmi les refoulés d’Angola pris en charge par le complexe médical, situé à quelques de kilomètres de la frontière avec l’Angola.

Deux femmes, respectivement âgées de 41 ans et de 35 ans, sont parmi les victimes de la violence sexuelle. D’après Dr. Mikobi Miko, médecin directeur du Centre de santé de référence de Kamako, ces femmes ont été violées par plusieurs personnes en tenues civiles pendant qu’elles quittaient l’Angola.

A cela, il faut ajouter le cas de trois autres personnes qui ont subi les actes de violence des militaires dans la région de Kamaka. « Il y a également trois autres personnes dont deux filles d’environ 17 ans qui, elles, ont été violées ici à Kamako par des inconnus », a ajouté le médecin.

Toutefois, l’ambassadeur angolais en poste à Kinshasa, José João Manuel, a rejeté les accusations de brutalité dans l’opération d’expulsion de Congolais refoulés, rappelle-t-on.

Par ailleurs, le même centre de santé rapporte plus de 16 cas de varicelle ont été rapportés par le même centre de santé parmi les refoulés d’Angola. Eu égard à cette situation, le Dr dudit centre de santé s’en inquiète, en appelant le gouvernement à s’occuper de tous les refoulés de l’Angola.

Par rappel, la varicelle est une maladie (bénigne) très contagieuse transmissible par contact direct avec les cloques d’une personne infectée ou par les voies respiratoires.

(avec Hervé Ntumba)

A lire aussi

RDC : Le vent de l’opposition républicaine souffle au sein de Lamuka

LAMUKA entend mettre la main à la pâte des réformes institutionnelles annoncées du pays. Dans …

Laisser un commentaire