lundi , 27 mai 2019
Accueil / Afrique / Revue de presse de la RDC du lundi 31 décembre 2018

Revue de presse de la RDC du lundi 31 décembre 2018

Dernière mise à jour, le 7 janvier 2019 à 02:21

Plusieurs morts, du grand désordre, du chaos, des machines en panne : Bienvenus aux élections 2018 made in Joseph Kabila. Divers commentaires dans les colonnes des journaux parus ce lundi 31 décembre 2018 sur la tenue des élections en République démocratique du Congo (RDC). Même si ça et là, on a signalé des dysfonctionnements et pannes techniques dans le dispositif mis en place par la CENI, il y a lieu de reconnaître que les élections ont été globalement apaisées sur l’ensemble de la RDC. Les Congolais doivent « retenir son souffle », en attendant la publication des résultats provisoires de la présidentielle, prévue le 6 janvier 2019.

Les élections combinées (présidentielle, législatives nationales et provinciales) se sont déroulées dimanche 30 décembre 2018 sur toute l’étendue de la République démocratique du Congo (RDC), à l’exception de quatre circonscriptions du Nord-Kivu (le territoire de Beni, la ville de Beni et la ville de Butembo) et la ville de Yumbi (Maï-Ndombe). En dépit des incidents constatés çà et là à travers le pays, les Congolais ont voté dans un climat relativement apaisé, constate FORUM DES AS.

Corneille Nangaa peut donc se frotter les mains. Le numéro un de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) a gagné le pari de l’organisation des élections apaisées, démocratiques et transparentes, avec la machine à voter. Le calme a régné sur l’ensemble du pays et le vote s’est déroulé dans une ambiance bon enfant, ajoute le quotidien.

Pour sa part, LE PHARE fait état de la grande confusion électorale. Le confrère de l’avenue colonel Lukusa rapporte que tout ce que l’on redoutait était au rendez-vous : ouverture tardive d’un nombre incalculable des bureaux de vote, suppression de nombreux bureaux de vote, pannes des machines à voter, noms d’ électeurs absents des listes électorales, témoins et observateurs électoraux incapables de faire leur travail, car sans macaron ou chassés des bureaux de vote par les hommes en uniforme, bureaux de vote et de dépouillement monopolisés par les témoins d’un seul camp politique etc.

Pour ce journal, le sentiment que laissent les opérations électorales de dimanche 30 décembre est que les cafouillages enregistrés à Kinshasa comme en provinces ne peuvent concourir à l’éclatement de la vérité des urnes.

Dans le même registre, LE POTENTIEL titre à la Une : « Graves dysfonctionnements et pannes techniques aux élections du 30 décembre ». Le journal de l’avenue Bas-Congo affirme que dans les provinces, tout comme à Kinshasa, la capitale, des machines à voter ont présenté des graves dysfonctionnements, sans compter la logistique électorale qui n’a pas suivi à temps, obligeant par moment la CENI à recourir à son stock de secours pour calmer les électeurs surchauffés. Le plus évident, souligne le confrère, est que plusieurs électeurs n’ont pas eu l’occasion d’exprimer leurs intentions de vote.

Cependant, le quotidien relève quelques problèmes notamment des morts à Walungu dans le Nord-Kivu, et le saccage du centre de la CENI à Inongo, dans le Maï-Ndombe.

Les machines à voter ont bien fonctionné, l’engouement était perceptible dans les centres de vote parsemés dans le territoire national, le processus démocratique a été donc respecté et les imprévus ont été jugulés avec hardiesse, s’est réjoui le président de la CENI, Corneille Nangaa, cité par LA PROSPÉRITÉ.

Il a donc félicité tous les cadres et agents de la CENI qui se sont, autant que faire se peut, concentrés sur ledit processus afin qu’il se dénoue avec une issue favorable. A cette occasion, il a exprimé son soulagement en remarquant qu’il y avait moins de problèmes d’insécurité ou de violence qui, à l’en croire, constituaient l’une de ses plus grandes inquiétudes, poursuit le tabloïd.

À Kinshasa, les électeurs ont bravé la pluie pour accomplir leur devoir civique, renchérit l’Agence congolaise de presse (ACP), qui indique que la plupart des bureaux de vote à travers le pays ont ouvert leurs portes à 6 h conformément au programme de la Commission électorale nationale indépendante (CENI).

« Le climat du vote a été relativement calme, la CENI a respecté la procédure de fermeture des bureaux de vote, les bureaux de vote ont relativement bien fonctionné, la CENI a fourni des efforts pour relancer les opérations de vote où elles ont été interrompues », reconnait la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), dans son premier rapport sur le déroulement de vote qu’exploite ACTU30.INFO. Les prélats catholiques notent tout de même que des électeurs n’ont pas étéautorisés de voter, des observateurs et témoins ont été exclus de de certains bureaux de dépouillement.

Concernant le centre de vote de Walungu, CONGOPROFOND.NET précise que trois personnes sont mortes sur place dont un technicien. Ce dernier imposait aux électeurs le choix des candidats, selon les témoins.

La population qui a refusé cet ordre, a voulu en finir avec ce technicien. Face à cet échange houleux, un policier commis à la garde du centre, a tiré des balles réelles sur les électeurs, relate le média en ligne.

Il s’agit plutôt de deux personnes mortes, contredit Corneille Nangaa, cité par ACTUALITÉ.CD. Pour le président de la CENI, il s’agit d’un technicien de la CENI et d’un policier, abattus par la foule instrumentalisée par les acteurs politiques.

INTERKINOIS.CD relève aussi d’autres dysfonctionnements dans plusieurs centres de vote, où des machines à voter sont tombées en panne. C’est le cas de l’Institut Disuminyina dans la commune de Mabondo, une autre à l’Ep Ngolo, deux à l’Ep Dibelayi III et une à l’Ep Somba ne lutulu, dans la province du Kasaï.

A Tshikapa, ajoute ce site d’informations, un groupe de jeunes garçons se sont mobilisés pour incendier le centre de vote de Ntuite, situé dans la commune de Mabando.

7SUR7.CD établit au total 12 incidents lors de l’opération de vote sur l’ensemble de la RDC. Il y a notamment l’ouverture tardive de certains centres de vote, l’absence des listes électorales dans plusieurs centres de vote, les machines à voter non opérationnelles dans plusieurs bureaux de vote, et les erreurs de numérotation pour plusieurs candidats.

« Du grand désordre », « du chaos », « des machines en panne » : Bienvenus aux élections made in Joseph Kabila, ironise pour sa part CAS-INFO.CA.

Et LE PHARE de conclure : « on voudrait croire en la volonté de son staff de laisser les urnes livrer, dans les jours à venir, leur véritable secret, conformément à celle du souverain primaire. On aimerait vraiment mettre, sur le compte de l’intoxication, toutes les rumeurs en circulation au sujet des machines à voter pré-positionnées dans des résidences privées des candidats et des centres de compilation parallèles. L’unique manière de convaincre la majorité silencieuse que son vote ne lui a pas été volé, c’est de lui donner des résultats exempts de tout tripatouillage. »

A lire aussi

Ebola : Situation précaire en RDC

La situation épidémiologique de la maladie à virus Ebola demeure toujours précaire. Vingt- et-une personnes …

Laisser un commentaire