mercredi , 20 mars 2019
Accueil / Afrique / Report partiel des élections : Signe de l’échec patent de « Kabila » et son FCC

Report partiel des élections : Signe de l’échec patent de « Kabila » et son FCC

Dernière mise à jour, le 5 janvier 2019 à 10:58

Dans la classe politique, la décision de la Céni, postposant les élections à Beni, Butembo et Yumbi, a soulevé sans surprise une vague d’indignations. Ce report, selon l’opposition, est un signe de l’échec patent que le candidat de la Majorité pourrait essuyer dans ces deux villes qui représentent environ un million deux cent mille électeurs acquis à l’opposition et au changement du régime. Si on y ajoute les électeurs de Yumbi, on pourrait atteindre 1.500.000 votes que perdrait la Majorité. Aussi, l’opposition appelle-elle à la tenue des élections apaisées sur l’ensemble du territoire national. En lieu et place des manœuvres dilatoires et des combines archaïques.

Alors qu’on s’y attendait le moins, le président de la Commission électorale nationale indépendante, Corneille Nanga, a une fois de plus surpris.

Il a décidé mercredi un quatrième report des élections, avec cette particularité que ce report des scrutins ne concerne que deux villes de la province du Nord-Kivu, Beni et Butembo, considérées comme le bastion de l’opposition, et donc qui ne voteraient pas pour le candidat de la Majorité présidentielle.

A ces deux villes s’ajoute la localité de Yumbi, dans l’ex-province de Bandundu pro-opposition. Motifs avancés : la présence de l’épidémie d’Ebola à Beni et Butembo et les derniers affrontements des populations locales à Yumbi. Pour Nanga, ces faits ne permettent pas la tenue des élections dans ces contrées. Ce que contestent l’opposition congolaise et certains observateurs, battant en brèches les motifs avancés par la Céni.

Car, à Beni comme à Butembo, les écoles fonctions et drainent des foules d’élèves, en même temps que les églises organisent messes et cultes pour leurs fidèles, sans craindre Ebola contre lequel des milliers de gens ont été vaccinés dans ces deux villes. Au même moment que d’autres dispositions sanitaires ont été prises pour limiter sa propagation.

Ainsi reporter les élections au mois de mars pour des raisons avancées, c’est exclure les électeurs de ces villes de l’élection présidentielle, puisque le nouveau président élu sera proclamé en janvier. N’est-il pas plus facile de contrôler, grâce au thermomètre approprié, les 600 personnes alignées devant un bureau de vote que des foules nombreuses d’élèves et fidèles ?

Ce report, selon l’opposition, est un signe de l’échec patent que le candidat de la Majorité pourrait essuyer dans ces deux villes qui représentent environ un million deux cent mille électeurs acquis à l’opposition et au changement du régime. Si on y ajoute les électeurs de Yumbi, on pourrait atteindre 1.500.000 votes que perdrait la Majorité. Aussi, l’opposition appelle-elle à la tenue des élections apaisées sur l’ensemble du territoire national. En lieu et place des manœuvres dilatoires et des combines archaïques.

Intervenu au moment où se tenait le sommet des chefs d’Etat de la CIRGL, de la SADC et de l’Afrique centrale à Brazzaville où la RDC, pourtant membre de ces organisations a brillé par son absence, ce report partiel des élections a fait l’objet des discussion de chefs d’Etat réunis à Brazzaville. Ils ont indiqué qu’ils enverraient les conclusions de la rencontre au Président Joseph Kabila, tout en souhaitant voir la RDC organiser des élections transparentes et apaisées, compte tenu du poids de ce grand pays en Afrique et dans le monde. La coïncidence n’est pas simple.

Accusée d’être le bras séculier du régime en place, la Céni devrait prendre en compte tous ces énièmes avertissements aux conséquences encore insoupçonnables. Ils sont des signes d’une quête pour la sérénité de la RDC durant et après les élections et non comme de simples chants de sirènes.

(avec lePotentiel)

A lire aussi

Un Gilet jaune lève les bras au ciel sur les Champs-Elysées le 16 mars 2019 à Paris

Acte 18 : Bildeberg a du mal à contrôler la France

Bildeberg et ses illuminatis ont du mal à contrôler la France. Boutiques et restaurants pillés …

Laisser un commentaire