vendredi , 6 décembre 2019
Accueil / Afrique / Élections : CENI-RDC préoccupée par la contrainte sécuritaire et sanitaire

Élections : CENI-RDC préoccupée par la contrainte sécuritaire et sanitaire

Dernière mise à jour, le 26 décembre 2018 à 11:20

Pour Corneille Nangaa, les préparatifs techniques des élections évoluent conformément aux prévisions. Pour y arriver, dit-il, « nous avons surmonté plusieurs challenges et défis, avec l’accompagnement des parties prenantes au processus électoral ». Dans trois jours, a-t-il indiqué, toute la carte de déploiement sera en couleur verte, avec la présence de tous les matériels dans les bureaux de vote. Le président de la Centrale électorale reste préoccupé par la contrainte sécuritaire et sanitaire (une nouvelle tuerie à Béni, risque de terrorisme des ADF, Ebola à l’Est, etc.), avant d’évoquer des dispositions prises par le Gouvernement pour assurer la tenue effective des élections sur toute l’étendue du pays.

« Plus rien ne pourra empêcher la tenue des élections présidentielle, législatives nationales et provinciales le 23 décembre prochain. A onze jours du vote, 95 % de la logistique électorale se trouve déjà à destination », a déclaré, hier mardi 11 décembre, le président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) face à la délégation de la Mission d’observation électorale de la SADC. C’était au cours d’une réunion d’évaluation du processus électoral, tenue à Kinshasa.

Pour Corneille Nangaa, les préparatifs techniques des élections évoluent conformément aux prévisions. Pour y arriver, dit-il, « nous avons surmonté plusieurs challenges et défis, avec l’accompagnement des parties prenantes au processus électoral ». Dans trois jours, a-t-il indiqué, toute la carte de déploiement sera en couleur verte, avec la présence de tous les matériels dans les bureaux de vote. 

Le président de la Centrale électorale reste préoccupé par la contrainte sécuritaire et sanitaire (une nouvelle tuerie à Béni, risque de terrorisme des ADF, Ebola à l’Est, etc.), avant d’évoquer des dispositions prises par le Gouvernement pour assurer la tenue effective des élections sur toute l’étendue du pays.

Le numéro un de la Ceni est revenu sur les statistiques du fichier électoral et des listes des candidats, de même que sur la cartographie des circonscriptions électorales et bureaux de vote, tels que répartis sur l’ensemble du territoire national.

LES MACHINES A VOTER SERONT INSTALLEES DANS DES BUREAUX AVANT LE JOUR J

En ce qui concerne la machine à voter, Corneille Nangaa Yobeluo a rassuré ses interlocuteurs sur le déploiement de cette technologie électorale à temps et dans tous les bureaux de vote. « Les résultats que nous allons annoncer sortiront du dépouillement manuel des urnes », a rassuré le Président de la Centrale électorale. Il a également révélé que les résultats seront proclamés au fur et à mesure de l’évolution des tendances, avant de noter un bon déroulement de la campagne électorale, malgré quelques incidents isolés ça et là.

A tour de rôle, les membres de la Délégation de la Mission d’observation électorale de la SADC ont questionné le Président de la Ceni sur la situation générale de la campagne électorale. Ils se sont enquis sur les débats autour de la machine à voter et sur le processus de compilation, de dépouillement, de comptage et de transmission des résultats jusqu’à leur proclamation provisoire par la Ceni.

Cette séance de travail s’est clôturée par l’expérimentation de la machine à voter, à la grande satisfaction de cette mission de la SADC, conduite par Sa Seigneurie l’ancien président de la Cour suprême de la Zambie, le juge Ernest SAKALA.

DES HELICOPTERES A GOMA ET BUKAVU POUR LE DEPLOIEMENT DES MATERIELS ELECTORAUX

D’après le vice-Président de la Ceni, des hélicoptères sont mobilisés à Goma et Bukavu pour assurer le déploiement des matériels électoraux. Norbert Basengezi l’a annoncé à partir de Goma où il séjourne, et où il a vu arriver deux hélicoptères type BELL-UH-1H. Ces appareils des forces aériennes de la RD Congo sont arrivés l’un à Goma et l’autre à Bukavu, hier mardi 11 décembre, afin de faciliter le déploiement des matériels électoraux dans les sites inaccessibles des provinces du Nord et du Sud Kivu.

Pour Norbert Basengezi, tous les sites de vote seront équipés dans les délais. Ils auront la logistique nécessaire pour la tenue effective des élections. La capacité de transport de ces hélicoptères est d’une tonne et demie. L’hélicoptère qui a atterri dans le Sud Kivu à l’aéroport de Kavumu servira au déploiement dans les territoires de Shabunda, Mwenga et Kalehe. 

——

LA MOE SYMOCEL FORMULE DIX RECOMMANDATIONS TECHNIQUES POUR DES ÉLECTIONS APAISÉES

La Mission d’observation électorale de la Synergie des Missions d’Observation Electorale (MOE SYMOCEL) formule dix recommandations techniques à mettre en œuvre d’ici les élections du 23 décembre, date à laquelle doivent se tenir les scrutins présidentiel, législatifs et provincial. Des propositions faites hier mardi 11 décembre au terme d’une observation de la période pré-électorale et de la première quinzaine de la campagne électorale des scrutins du 23 décembre 2018.

Le rapport d’observation de la période pré-électorale de la MOE SYMOCEL examine l’ensemble des étapes du processus électoral. « Il est des mesures à mettre en œuvre d’ici le jour du scrutin, en vue de créer les conditions de la confiance et d’un scrutin paisible, et parmi ces urgences figurent les questions de la machine à voter, du fichier électoral. Il est important que la CENI communique clairement sur les mesures qu’elle a prises pour fiabiliser ces deux outils, conformément aux recommandations des audits qui ont été menés », a indiqué le Bishop Abraham, chef de la MOE SYMOCEL qui présentait le rapport pré- électoral de la Mission.

La MOE SYMOCEL rappelle que l’Organisation Internationale de la Francophone (OIF) et la Fondation Westminster avaient réalisé ces audits et ont fait une série de recommandations tendant à fiabiliser le fichier électoral et la machine à voter, deux éléments clés du processus électoral en cours. 

« La transparence et la confiance sont des éléments fondamentaux du processus électoral et le travail de l’observateur électoral est justement de s’assurer que les opérations se déroulent en toute intégrité. C’est pourquoi, nous espérons que la Commission électorale rendra cela possible, en facilitant le travail des observateurs, par l’extension des délais d’accréditation », a ajouté le chef de la MOE SYMOCEL. « Le rapport d’observateur de la campagne électorale de la MOE SYMOCEL a également été présenté hier à Kinshasa, au cours d’une conférence de presse », souligne que 43,48% des meetings de campagne observés ont connu la participation du personnel de l’Etat et 23,91% de ces rassemblements électoraux organisés par certains candidats ou formations politiques ont utilisé les ressources de l’Etat », rencherit-il. 

Aussi, la MOE SYMOCEL recommande-t-elle au Gouvernement de veiller à ce que les biens, les finances et le personnel de l’Etat ne soient pas utilisés, par les candidats ou les formations politiques à des fins de propagande électorale. Cela afin d’assurer l’égalité de chance à toutes les candidates, tous les candidats et toutes les formations politiques, a précisé le chargé de communication de la MOE SYMOCEL.

——

LA MONUSCO S’INQUIÈTE DE L’INTERFÉRENCE DE CERTAINS GROUPES ARMÉS DANS LA CAMPAGNE ÉLECTORALE EN RDC

Dans une déclaration parvenue à la presse, mercredi 12 décembre, la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies en RDC, Leila Zerrougui, note « avec inquiétude, l’interférence de certains groupes armés dans la campagne électorale qui, à travers diverses exactions, empêchent la tenue d’activités politiques dans plusieurs régions ».

C’est une sonnette d’alarme à prendre au sérieux. Surtout quand cela vient d’un haut fonctionnaire des Nations Unions du rang de représentant spécial du Sg de l’Onu.

Avant cette révélation de Leila Zerrougui, relative à une éventuelle « interférence » des groupes armés dans la campagne électorale, la cheffe de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en RDC (Monusco), Leila Zerrougui, s’est dit préoccupée par ce qu’elle qualifie de « succession d’incidents graves » qui entravent le bon déroulement de la campagne électorale en RDC.

Elle a dénoncé le fait que « certains candidats de l’opposition rencontrent de nombreux obstacles pour tenir des réunions publiques dans certaines villes du pays, comme cela a été constaté ces derniers jours à Kindu et à Lubumbashi et, aujourd’hui, à Kalemie ».

Appel au respect des droits à la liberté de manifestation

En outre, Leila Zerrougui déplore les pertes en vies humaines et demande aux autorités congolaises de prendre les mesures nécessaires pour éviter de nouveaux incidents. Elle rappelle qu’ « il incombe à l’Etat d’assurer la sécurisation du processus électoral en faisant preuve de neutralité et de retenue dans l’utilisation de la force et en respectant les principes de nécessité, proportionnalité et légalité ».

Leila Zerrougui appelle à l’ouverture de l’espace politique et au respect des droits à la liberté d’expression et de manifestation pacifique et exhorte chaque parti à poursuivre sa campagne dans le calme et de façon apaisée.

Pour la Monusco, la période de campagne est un moment clé du processus électoral au cours duquel les candidats ont la possibilité de présenter leur programme politique et permettre ainsi aux citoyens congolais de désigner de façon libre et éclairée les femmes et les hommes qui les représenteront dans les institutions de demain.

Par ailleurs, la diplomate onusienne poursuit son plaidoyer auprès de l’ensemble des parties prenantes afin d’atteindre le consensus le plus large possible sur la tenue d’élections transparentes, paisibles et crédibles le 23 décembre prochain.

Mais, que viennent faire les groupes armés dans la campagne électorale et pour quel objectif ? Pour qui roulent-ils ? Ces questions méritent d’être posées et nécessitent des réponses.

(avec Molina, Forum Des As, Rachidi MABANDU, Stanislas NTAMBWE)

A lire aussi

Un An des Gilets Jaunes : L’Hexagone et sa police des voyous et des criminels

Bilderberg et sa police des voyous en France, ont tout mis sur pied pour saboter …

Laisser un commentaire