samedi , 25 mai 2019
Accueil / Afrique / Présidentielle : « Joseph KABILA » perturbe les activités de Martin FAYULU
Joseph KABILA KABANGE dit Jokaka, lors d'une reunion.
Joseph KABILA KABANGE dit Jokaka, lors d'une reunion.

Présidentielle : « Joseph KABILA » perturbe les activités de Martin FAYULU

Dernière mise à jour, le 13 décembre 2018 à 12:44

Le candidat de la plate-forme « Lamuka » à la présidentielle 2018, Martin Fayulu, a été empêché dimanche 9 décembre d’atterrir à l’aéroport de Kindu, affirme son directeur de campagne Pierre Lumbi. Il accuse les autorités provinciales de Maniema d’avoir déployer des éléments de la police à l’aéroport pour empêcher la population d’aller accueillir le candidat Fayulu. « La population est encore très fortement mobilisée pour accueillir Martin Fayulu. Malheureusement, le gouverneur et certaines autorités de la ville en ont décidé autrement. Puis qu’ils ont déployé et la police et les militaires mais aussi des groupes des voyous qui empêchent l’accès à l’aéroport », a affirmé M. Lumbi.

La campagne électorale en RDC ne se déroule pas dans la sérénité. On assiste aux accrochages entre la coalition « Lamuka » et le Front commun pour le Congo (FCC). L’opposition accuse ce dernier de perturber ses activités liées à la campagne électorale. Par ailleurs, le candidat président de la République, Alain Shekomba, dénonce l’attaque dont lui et son cortège ont été victimes, samedi 8 novembre, au Kongo-Central. Eu égard à cela, les élections en RDC risquent de s’enliser dans une grave violence.

Le candidat de la plate-forme « Lamuka » à la présidentielle 2018, Martin Fayulu, a été empêché dimanche 9 décembre d’atterrir à l’aéroport de Kindu, affirme son directeur de campagne Pierre Lumbi. Il accuse les autorités provinciales de Maniema d’avoir déployer des éléments de la police à l’aéroport pour empêcher la population d’aller accueillir le candidat Fayulu. « La population est encore très fortement mobilisée pour accueillir Martin Fayulu. Malheureusement, le gouverneur et certaines autorités de la ville en ont décidé autrement. Puis qu’ils ont déployé et la police et les militaires mais aussi des groupes des voyous qui empêchent l’accès à l’aéroport », a affirmé M. Lumbi.

D’après certaines sources, la ville était sous tension cet après-midi. Des milliers de militants et sympathisants de Lamuka s’affrontaient à un Kilomètre de l’aéroport avec quelques éléments de la police. Ceux-ci les dispersaient aux moyens des gaz lacrymogènes alors qu’eux répliquaient par des jets des pierres.

L’avion qui avait décollé de Buta (Bas-Uélé), a donc atterri à Kisangani (Tshopo) en attendant de repartir à Kindu lundi matin, a-t-on appris. Huit personnes ont été grièvement blessées dont quatre par balles à Kindu (Maniema) lors des accrochages entre militants de « Lamuka » et les jeunes portant des T-shirts du PPRD. Ce bilan provisoire a été présenté par l’Association Congolaise pour l’Accès à la Justice (ACAJ).

Face à cette situation, les militants de « Lamuka » ont érigé le soir des barricades sur le boulevard Joseph Kabila et brûlé des pneus. Un important dispositif sécuritaire a été déployé dans tous les points chauds de la ville, renseigne plusieurs sources. Raison pour laquelle la coalition « Lamuka » accuse le gouvernement de mettre des entraves pour que leur son leader ne puisse pas se déplacer à travers le pays. Pour elle, les premières de ces entraves ont été de lui refuser l’autorisation des trois avions. Toutefois, Radio Okapi a tenté de joindre à ce sujet les autorités provinciales, sans succès.

Par ailleurs, le candidat président de la République Alain Shekomba dénonce l’attaque dont lui et son cortège ont été victimes samedi 8 novembre à Matadi, dans la province du Kongo-Central par des gangsters urbains appelés communément « Kulunas ». Le bilan provisoire fait état des blessés graves et le matériel électronique de campagne détruis et volés.

Dans ce cas, ce candidat à la présidentielle dénonce l’absence de l’intervention des éléments de la police lors de cette attaque. D’où, il s’est dit très choqué.

En outre, les militants de « Lamuka » ont perturbé le meeting de Tshisekedi par des chansons pro Fayulu, alors qu’il tenait le meeting à la tribune centrale de la ville, à Bunia. Quant au fait, quelques militants de « Lamuka », mobilisés et portant des t-shirt de la plateforme « Ensemble pour le changement », ont entonné des chants en faveur de Martin Fayulu. A noter que tout se passait sous les barbes des éléments de la police qui s’étaient déployés aux alentours du lieu du meeting.

Voyant tout cet affrontement en pleine campagne électorale, les candidats à la présidentielle sont appelés à ne s’impliquer dans les confrontations, mais privilégiant la liberté d’expression afin d’avancer la démocratie.

(avec Hervé Ntumba)

A lire aussi

RDC : 100 franc congolais pour un bidon de 20 lettres d’eau au Kasaï !

C’est au cours d’une réunion de prise de contact entre le chef du centre de …

Laisser un commentaire