lundi , 21 octobre 2019
Accueil / Afrique / Est de RDC : Bain de foules pour « FatshiVit »
La tandem FatshiVit au bord d'un avion pendant leur campagne électorale.
La tandem FatshiVit au bord d'un avion pendant leur campagne électorale.

Est de RDC : Bain de foules pour « FatshiVit »

Dernière mise à jour, le 11 décembre 2018 à 08:05

Partout où il passe, le duo « FatshiVit » (Félix-Antoine TSHILOMBO TSHISEKEDI dit Fatshi, président de l’UDPS/Tshisekedi et Vital KAMERHE LWA KANYINGINGYI dit Vika, président de l’UNC) s’offre un bain de foules, à leurs manières. Les images du stade de la Concorde de Kadutu traduisent une prédisposition populaire à vivre l’alternance au 23 décembre.

Deux jours après son triomphe dans la ville de Goma au Nord-Kivu, la caravane du candidat président de la République Félix Tshisekedi et son directeur national de campagne, Vital Kamerhe, est arrivée jeudi 6 décembre dans l’avant-midi, au Sud-Kivu par bateau.

Avant d’atteindre Bukavu, le cortège de Tshisekedi et Kamerhe s’est arrêté tour à tour à Katana-centre, Kavumu, Miti et Mudaka. Et à chaque point d’arrêt, le duo s’est offert un bain de foules, traduisant nettement une prédisposition à vivre l’alternance au 23 décembre. Les deux leaders ont sensibilisé les habitants et partisans sur la nécessité de voter pour le président de l’Udps à la présidentielle du 23 décembre.

« Avec moi comme président de la République, l’enseignement sera gratuit. Moi, comme président de la République, la santé sera gratuite. Votez également pour nos candidats députés nationaux pour être majoritaire au Parlement et faire de Vital Kamerhe le Premier ministre de ce pays. Je vous demande de voter aussi pour nos députés provinciaux. Ainsi, nous aurons des gouverneurs et vice-gouverneurs de l’UDPS et de l’UNC », a déclaré Félix Tshisekedi.

Et d’ajouter : « Notre réussite dépend de votre vigilance. Soyez nombreux comme observateurs le 23 décembre. Votez et restez au bureau de vote jusqu’à obtenir les procès-verbaux. Il nous faut mettre fin à la continuité, il faut arrêter ce pouvoir qui nous fait du mal tous les jours… ».

À Bukavu, une marée humaine a communié avec Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe aux portes de la ville. Les deux leaders ont été contraints à faire le pied.

Entre-temps, congoreformes.com a constaté des engins dont des tracteurs, niveleuses et autres grands camions pour des travaux publics, placés aux abords du stade de la Concorde de Kadutu. Recoupement fait, le gouverneur de province devrait lancer les travaux de pose de la pelouse synthétique sur l’aire de jeu de ce stade. Difficile d’interpréter cette coïncidence avec l’arrivée du tandem Tshisekedi-Kamerhe.

Après Bukavu, Félix Tshisekedi va se rendre à Uvira puis Walungu avant de fixer le cap sur la province du Maniema.

BACKGROUND DU RETOUR DE LA TANDEM « FATSHIVIT »

La partie Est de la ville de Kinshasa était paralysée mardi 27 novembre par le retour au pays de Félix Tshisekedi et de Vital Kamerhe. Les militants de l’UDPS et de l’UNC ont bravé la pluie dans la matinée, en allant massivement accueillir leurs deux leaders politiques. 

Kinshasa a été en ébullition mardi 27 novembre. Jour prévu pour le retour de Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe. Des dizaines des milliers de militants et sympathisants de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) et de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC) se sont rendu à l’aéroport de N’djili où ils ont réservé un accueil délirant au tandem Fatshi-Kamerhe qui vient de signer un accord historique à Nairobi. Reportage.

La partie Est de la ville de Kinshasa était paralysée mardi 27 novembre par le retour au pays de Félix Tshisekedi et de Vital Kamerhe. Les militants de l’UDPS et de l’UNC ont bravé la pluie dans la matinée, en allant massivement accueillir leurs deux leaders politiques. Dès 14 heures, ils ont envahi le boulevard Lumumba, dans son tronçon allant de l’aéroport international de N’djili, à l’arrêt Abattoir, dans la commune de Masina.

Le retour au pays du tandem Fatshi-Kamerhe avait valeur d’un test de popularité. Il a permis aux uns et aux autres de comprendre que la ville de Kinshasa n’a pas tourné le dos au candidat président de la République, issu de la coalition de Nairobi, tel que certains analystes le prétendaient.

Un leader aux mains propres ?

Les bases de ces deux partis politiques ont commencé à se mouvoir en direction de l’aéroport international de N’Djili à partir de 9 heures. Chacun des candidats députés nationaux et provinciaux de l’UNC et de l’UDPS s’amenaient avec sa délégation. Le mot d’ordre étant respecté, la majorité des militants venus accueillir leurs leaders étaient moulés dans les chemises et tee-shirts blancs avec effigie de Félix Tshisekedi. On retrouvait aussi quelques personnes habillées en rouge et blanc, couleurs de l’UNC, parti cher à Vital Kamerhe.

« Nous sommes habillés en blanc pour témoigner du caractère sain de notre candidat président de la République Félix Tshisekedi Tshilombo. Les gants que nous portons consistent à témoigner le côté pacificateur de notre leader. Il n’a pas tué, ni volé l’argent de l’Etat comme les autres candidats. Tout celui qui est épris de paix et de justice et qui aspire au développement de ce pays n’a de choix que de voter pour Félix Tshisekedi. Nous sommes convaincus que le peuple congolais fera de lui le président de la République, après le 23 décembre », a confié un militant abordé à l’arrêt Kingasani.

Des opportunistes ont profité de l’occasion pour faire des affaires. Des tee-shirts, chemises et badges à l’effigie de Fatshi candidat président de la République se vendaient comme de petits pains. Un tricot se négociait à entre 8.000 et 10.0000 francs congolais. Les chemises revenaient à 16.000 fc. Les badges et autres effigies se vendaient, eux, entre 500 et 10.000 fc. 

Exécutant quelques pas de danse, sifflet entre les lèvres, Fabrice, 30 ans révolus, se dit satisfait de voir les Kinois réserver un accueil triomphal à Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe. « Un bon politicien doit respecter scrupuleusement les instructions de sa base. Nous sommes là pour montrer à la face du monde que Fatshi reste le politicien le plus populaire de la RDC »,a-t-il déclaré. 

Une fois sorti de l’aéroport international de N’Djili, le cortège conduisant Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe a eu droit à un bain de foule immense. Les militants les ont applaudis frénétiquement. Ils ont entonné quelques chants, avant de les escorter à pas d’éléphant. Perchés du haut d’une Jeep Suzuki, Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe s’arrêtaient à tout bout de champs pour saluer la foule, brandissant les deux doigts en signe de victoire. 

La maitrise de la police nationale

Encerclé par d’innombrables motocyclettes au rythme d’un concert des klaxons, le cortège roulait si lentement qu’il a mis deux heures pour atteindre le pont Matete. Ce qui a conduit les éléments de la Police à intervenir au niveau de Debonhomme. Ils ont dispersé, à coup de gaz lacrymogène, les militants déterminés à accompagner leurs leaders. 

Faisant preuve de professionnalisme, les forces de l’ordre n’ont pas cédé aux provocations des combattants qui ont réagi par des jets de pierre. Cette intervention policière a permis de dégager la route pour le cortège qui a embarqué ces deux acteurs politiques de l’opposition, leur ouvrant la voie pour atteindre les sièges de leurs partis politiques respectifs.

« Un ticket gagnant pour la présidentielle »

Le discours politique de ces deux opposants n’a pas changé. Au cours d’une interview accordée aux médias, dans le salon d’honneur de l’aéroport international de N’djili, le directeur de campagne de Félix Tshisekedi, Vital Kamerhe, a réitéré la détermination de leur coalition à aller aux élections le 23 décembre prochain avec ou sans machine à voter. Il a appelé le peuple congolais à faire preuve de vigilance, en barrant la route aux ennemis de la RDC qui ne veulent pas, selon eux, d’élections et de l’alternance à la tête du pays après le 23 décembre 2018.

Le duo Tshisekedi-Kamerhe n’a pas attendu longtemps pour fixer les esprits des militants de l’UDPS et de l’UNC. Devant la foule exigeante de la 10ème Rue, le président de l’UDPS, fidèle à sa base, promet une feuille de route de campagne électorale dans les 48 heures. Le temps pour ces deux leaders de mettre en commun leur programme. 

Fort du soutien de ses troupes, Félix Tshisekedi considère son duo avec avec Kamerhe comme « un ticket gagnant pour la Présidentielle ». »En 2011, dit-il, nous n’avions pas plus des moyens financiers qu’aujourd’hui, mais nous sommes parvenus à battre Joseph Kabila, quand bien même les organisateurs des élections n’ont pas été sincères pour publier les résultats qui reflétaient la volonté du peuple ».

« Nous N’avons pas les moyens de l’État pour faire une campagne à l’américaine »

« Certes, nous n’avons pas les moyens de l’État pour faire une campagne à l’américaine comme nos adversaires, mais nous avons des atouts pour que nous remportions ces scrutins », a vociféré Fatshi, sous une salve d’applaudissements de ses admirateurs, amassés devant la permanence de l’UDPS hier après la tombée de la nuit.

« Nous avons deux machines en présence : l’UDPS et l’UNC qui ont occupé respectivement la deuxième et la troisième places lors des élections de 2011. Les deux machines mises en branle, la victoire sera de notre côté », a précisé Vital Kamerhe. Haranguant la foule, le leader de l’UNC a estimé qu’ »avec ou sans machine à voter, nous allons gagner avec le peuple, comme ce fut le cas en Gambie ».

Gagner avec le peuple

« Nous menions tous ce combat de la machine à voter. Mais il y a eu déjà l’enrôlement. Avant l’enrôlement, l’UDPS avait déjà tiré la sonnette d’alarme pour signaler que le processus électoral n’est pas clair, la majorité l’a emporté. Nous sommes allés tous à l’enrôlement. Aussi, nous avons dit que nous n’irions pas au vote avec la machine à voter. Pourtant, nous avons déposé les candidatures. Nous avons d’ailleurs été les derniers à déposer nos candidatures. Ceux qui refusent farouchement la machine à voter aujourd’hui ont été les premiers à le faire », a lâché Vital Kamerhe. 

« Notre position est claire. Nous n’allons pas demander au peuple congolais de ne pas aller voter, ce serait un boulevard ouvert pour Kabila. Nous irons avec le peuple et nous allons gagner avec ou sans machine à voter. Au Nigeria, Goodluck Jonathan avait tout et il a perdu, parce que le peuple était là. En Gambie, pareil. Nous demandons ici au peuple de s’approprier le processus avec le ticket gagnant Fatshivit « , a plaidé Vital Kamerhe. 

(avec Pitshou MULUMBA, Rachidi MABANDU, Orly-Darel NGIAMBUKULU)

A lire aussi

Pétrole : Il n’y aura pas rupture de stock à travers la RDC ?

Les membres du Groupe professionnel des distributeurs de produits pétroliers (GPDPP) tiennent au respect des …

Laisser un commentaire