mercredi , 21 août 2019
Accueil / Afrique / Élections : Arrachages et vandalisassions des affiches et banderoles des candidats en RDC

Élections : Arrachages et vandalisassions des affiches et banderoles des candidats en RDC

Dans un communiqué, signé par le Commissaire provincial et commandant ville, Sylvano Kitenge Kasongo, le Commissariat provincial de la Police nationale congolaise, ville province de Kinshasa déplore, depuis le début de la campagne électorale, les actes des individus sans scrupule et manifestement sans tolérance démocratique, qui arrachent et vandalisent les affiches et banderoles des candidats aux différents scrutins du 23 décembre 2018. Il est vrai que l’affichage est le mode utilisé par plusieurs candidats pour battre campagne. Mais est-ce vraiment suffisant pour intéresser la population, dont un grand pourcentage ne sait ni lire ni écrire ? N’aurait-il pas fallu que les candidats utilisent d’autres supports comme les médias pour se faire connaitre ?

A peine la campagne électorale lancée, des cas d’intolérance font déjà jour dans le fief des sympathisants des candidats. A Tshangu, par exemple, des photos et des banderoles des candidats sont arrachés et déchirées.

Il est ainsi de plus en plus difficile de reconnaitre un candidat parce que les effigies sont placées côte-à-côte, les unes sur les autres où même collées sur une autre. Ce cas est remarquable sur les grandes artères, notamment au croisement du boulevard Lumumba-entrée Pétro-Congo, quartier1 et à l’entrée Kimbuta. Conséquences : des affiches plus grandes étouffent les plus petites.

Pourtant, il y a certaines normes à respecter dans le cadre de la campagne telles que le prévoit la Loi électorale. C’est notamment le cas pour la distance à respecter pour le placement d’une photo ou d’une banderole. Un autre fait à signaler est que les jeunes gens qui sont chargées de placer les affiches, les installent au même endroit, pourvu qu’ils s’en débarrassent. « Forum des As » en a compté 12 photos d’un candidat placé cote-à-côte au niveau d’un quartier.

Le Commissariat provincial de la PNC/ville de Kinshasa rappelle aux Kinoises et Kinois que les supports, instruments et activités de campagne des candidats aux élections présidentielles, législatives et provinciales sont garantis par les lois de la République, notamment la loi électorale. Et ce, dans le respect strict des libertés des uns, des autres et de l’ordre public.

Ainsi, nul n’a le droit ni la latitude de détruire ou d’altérer les affiches et banderoles des candidats, quelle que soit leur tendance politique, sous peine de subir la rigueur de la loi. Le Commissariat provincial de PNC/ville en appelle donc au sens patriotique de chaque Kinoise et Kinois, afin que la tolérance, les débats d’idées, la fraternité entre tous et la paix règnent sur l’ensemble de la ville pendant et après la campagne électorale en cours. Il met néanmoins en garde tout individu récalcitrant ou tenté de se livrer à des actes de malveillance sus-évoqués. Lequel en répondra devant les instances compétentes.

Il est vrai que l’affichage est le mode utilisé par plusieurs candidats pour battre campagne. Mais est-ce vraiment suffisant pour intéresser la population, dont un grand pourcentage ne sait ni lire ni écrire ? N’aurait-il pas fallu que les candidats utilisent d’autres supports comme les médias pour se faire connaitre ?

Qu’à cela ne tienne, les uns et les autres devront être tolérants, et se garder d’arracher les affiches et les banderoles des autres. Les Congolais devront savoir que les élections ne sont pas une fin en soi. Cela n’est qu’un moyen utilisé en démocratie, pour consacrer l’alternance. Comme pour dire que là où le prédécesseur n’avait pas bien fait, celui-ci doit donner de l’éclairage, dans le respect des droits des autres.

A lire aussi

USA : Des centres de détention de migrants clandestins au Texas

La police américaine aux frontières était mardi sous un feu nourri de critiques après la …

Laisser un commentaire