jeudi , 22 août 2019
Accueil / Afrique / Fayulu démarre sa campagne par l’EST : Terre ensanglantée par des groupes armés

Fayulu démarre sa campagne par l’EST : Terre ensanglantée par des groupes armés

Dernière mise à jour, le 9 décembre 2018 à 03:24

Un communiqué signé par Pierre Lumbi Okongo, le directeur de campagne de Martin Fayulu, dévoilant le premier plan de la tournée électorale du candidat commun de l’Opposition désigné à Genève. Le porte-étendard d’Ecidé a décidé de mettre le cap sur l’Est du pays, où se lève le soleil. Au moment où ’’Coup sur coup’’ sillonne le Sud-Est du pays, Martin Fayulu a choisi de démarrer son périple dans le chaudron de Beni et Butembo, terre ensanglantée par des groupes armés, tant locaux qu’étrangers. Et particulièrement les ADF, ces rebelles ougandais qui s’illustrent par des tueries des masses. Le choix n’est pas non plus anodin, d’autant plus qu’il s’agit bien du fief de Mbusa Nyamwisi, l’un des ténors non apparent de la coalition ’’Lamuka’’. Le Grand Nord est aussi connu pour le nombre impressionnant de victimes au cours des guerres cycliques à l’Est du pays. La direction de campagne du candidat de Lamuka à la présidentielle du 23 décembre, accuse le Gouvernement congolais d’avoir refusé aux avions loués en Afrique du Sud par cette plateforme électorale d’atterrir à Kinshasa.

Cap sur Beni et Butembo

C’est donc au cœur de cette terre volcanique que le candidat commun de l’Opposition compte aller glaner des voix, misant davantage sur ces victimes qui ont besoin, non seulement du réconfort, mais aussi du renfort pour plus de sécurité. Or, dans son programme d’action, Martin Fayulu a promis de faire de la sécurité de l’Est du pays son cheval de bataille, défiant ainsi son principal adversaire dont le camp est encore à la manœuvre du pouvoir.

Outre Beni et Butembo qu’il compte atteindre le dimanche 2 décembre et le lundi suivant, le président national d’Ecidé envisage de foncer aussitôt sur Goma et Bukavu, deux autres villes bouillonnantes du pays.

Dans le fief de Moise Katumbi

Ensuite après le Kivu, va suivre la phase de Kisangani, Buta et Isiro, au Nord-Est du pays, avant de boucler la première phase de sa tournée par les villes du Grand Katanga (Kasumbalesa, Lubumbashi, Likasi, Kolwezi, Kamina, Kalemie) où le richissime Moïse Katumbi est populaire.

Toutefois, le candidat commun de l’Opposition est jusque-là dans le courroux. Et pour cause, d’après ses proches, l’Autorité de l’aviation civile tarde à délivrer à son jet privé l’autorisationd’atterrir en République démocratique du Congo. Un couac qui risquerait d’avoir de l’incidence sur le chronogramme même de la Coalition ’’Lamuka’’.

BEMBA ET KATUMBI LANCENT LA CAMPAGNE DE MARTIN FAYULU

Dans une vidéo diffusée jeudi 29 novembre sur les réseaux sociaux, Jean-Pierre Bemba et Moïse Katumbi réaffirment leur soutien à Martin Fayulu dont ils ont lancé la campagne électorale. Les deux leaders de la coalition « Lamuka » appellent à voter pour leur candidat lors de l’élection du 23 décembre prochain.

« Nous demandons à la population d’être derrière Martin Fayulu. Martin Fayulu est notre frère, il est notre candidat commun de l’opposition », déclarent les deux leaders de l’opposition dans cette vidéo de 2 minutes et 20 secondes enregistrée en lingala et en swahili.

Au-delà de leur soutien à Martin Fayulu, les deux poids lourds de l’opposition réitèrent leur rejet de l’outil de vote, la machine à voter notamment. « Vous savez que nous ne voulons pas de cette machine à tricher. Nous sommes pour les élections, mais avec les bulletins papier », a déclaré Jean-Pierre Bemba, en lingala. Moïse Katumbi s’est livré au même exercice et a articulé le même message en swahili. Ce n’est pas tout. Aux yeux de deux leaders, le fichier électoral est à revisiter car étant toujours « corrompu ».

Pour nombre d’observateurs, cette sortie de l’ancien Vice-président de la République et de l’ex- gouverneur du Katanga, resserre les rangs derrière Martin Fayulu. Le seul bémol, c’est le rejet de la machine à voter, sachant que ces élections, aux dires de la Centrale électorale, seront organisées avec cet outil.

Ou « Lamuka » veut des élections et c’est avec la machine à voter et elle n’en veut pas et le dit clairement. Il faut lever cette équivoque.

LES AVIONS DESTINÉS À LA CAMPAGNE ÉLECTORALE DE FAYULU EMPÊCHÉS D’ATTERRIR À KINSHASA

Le lancement de la campagne électorale du candidat Martin Fayulu démarre sur fond de controverse avec le ministère des Transports et Voies de communication. La direction de campagne du candidat de Lamuka à la présidentielle du 23 décembre citée par afrique.lalibre.be, accuse le Gouvernement congolais d’avoir refusé aux avions loués en Afrique du Sud par cette plateforme électorale d’atterrir à Kinshasa.

Le Gouvernement, par le truchement du ministre des Transports et Voies de communication José Makila Sumanda, affirme n’avoir reçu aucune demande.  » Je n’ai aucune demande du candidat Martin Fayulu sur ma table sollicitant l’atterrissage de son avion « , a rétorqué le n° 1 des Transcoms sur Top Congo.

Réagissant sur twitter, Olivier Kamitatu estime qu’en  » dépit d’une demande régulière adressée en bonne et due forme, l’avion de Lamuka est arbitrairement bloquépour empêcher Martin Fayulu d’aller parler aux Congolais ».

De l’octroi de l’autorisation d’atterrissage

Le ministre rappelle, à ce propos, que c’est  » l’autorité de l’aviation civile qui s’occupe de l’octroi des autorisations  » d’atterrissage des avions sur le sol congolais.  » Il y a une procédure à respecter. Il faut tout d’abord que les techniciens de l’AAC se rendent dans le pays d’origine de l’appareil, faire l’inspection de l’avion et s’assurer du bon fonctionnement dudit appareil « , explique José Makila.

 » Un avion qui remplit les normes selon la loi congolaise ne peut pas être refusé d’atterrir  » sur le sol congolais.  » Si une demande est formulée, et que l’appareil remplit les normes, pourquoi doit-on lui refuser l’atterrissage « , s’interroge le ministre d’Etat José Makila.

Sur son compte Twitter, Olivier Kamitatu, directeur de cabinet et porte-parole de Moïse Katumbi, publie une lettre de demande d’autorisation de survol et d’atterrissage de la société EXECUJET AIR pour un aéronef  » mis à la disposition exclusive de M. Martin Fayulu… ».

Il y a dix jours, les autorités de l’aviation civile empêchaient Martin Fayulu de rentrer au pays avec un jet privé. Le candidat s’était alors rabattu sur un vol d’Ethiopian Airlines pour rentrer le jour convenu à Kinshasa.

Ci-dessous l’intégralité du Calendrier de la première phase de la tournée électorale de Martin Fayulu.

(avec Yves KALIKAT, Didier KEBONGO, Emma MUNTU)

CALENDRIER DE LA PREMIERE PHASE DE LA TOURNEE ELECTORALE DU CANDIDAT MARTIN FAYULU MADIDI

Madame et Monsieur les journalistes,

J’ai l’honneur et le plaisir de vous présenter le programme de la première phase de la tournée électorale du Candidat Président de la République Martin FAYULU MADIDI, allant du dimanche 2 au dimanche 8 décembre 2018. Cette première phase comprend 8 étapes.

0.1. Dimanche 2 décembre 2018 (lancement de la campagne et début première phase de la tournée électorale)

  • Beni
  • Butembo

0.2. Lundi 3 décembre 2018

  • Bunia

0.3. Mardi 4 décembre 2018

  • Goma
  • Bukavu

0.4. Mercredi 5 décembre 2018

  • Kisangani

0.5. Jeudi 6 décembre 2018

  • Buta
  • Isiro

0.6. Vendredi 7 décembre 2018

  • Lubumbashi

0.7. Samedi 8 décembre 2018

  • Kasumbalesa
  • Likasi
  • Kolwezi

0.8. Dimanche 9 décembre 2018 (fin première phase de la tournée électorale)

  • Kamina
  • Kalémie

N.B. La suite du programme vous sera communiquée au fur et à mesure de l’évolution de la tournée électorale.

Fait à Kinshasa, le 29 novembre 2018

Pierre LUMBI OKONGO
Directeur de la Campagne

A lire aussi

PALU : C’est la guerre entre Lokondo et Lugi

Le regroupement politique « Palu et Alliés » traverse une zone de forte turbulence. À …

Laisser un commentaire