samedi , 15 décembre 2018
Accueil / International / Amérique / Contacts avec des Russes : L’étau se resserre sur Dolnald TRUMP

Contacts avec des Russes : L’étau se resserre sur Dolnald TRUMP

Michael Cohen, ancien avocat de Donald Trump, a plaidé coupable jeudi à Manhattan d’avoir menti lors de son audition devant le Congrès américain sur ses contacts avec des Russes. Ces nouvelles déclarations de l’ancien conseil du président sont un élément important dans l’enquête du procureur spécial, que Donald Trump s’emploie presque quotidiennement à discréditer, affirmant n’avoir eu aucun contact avec des Russes durant sa campagne.

Objet de poursuites pénales, M. Cohen avait déjà plaidé fin août coupable de plusieurs chefs d’accusation et, après avoir pris ses distances avec le président américain, coopère avec le procureur spécial Robert Mueller, chargé de l’enquête russe.

Michael Cohen a reconnu à l’audience avoir menti au sujet de discussions sur un projet immobilier en Russie, a indiqué la source à l’AFP. Ce projet avait déjà été évoqué par plusieurs médias américains et impliquerait le conglomérat de Donald Trump.

Ces nouvelles déclarations de l’ancien conseil du président sont un élément important dans l’enquête du procureur spécial, que le milliardaire républicain s’emploie presque quotidiennement à discréditer, affirmant n’avoir eu aucun contact avec des Russes durant sa campagne.

Jeudi matin, il s’en est encore pris, via Twitter, à Robert Mueller et son équipe, l’accusant de dépenser l’argent du contribuable à des fins partisanes, sans avoir rien pu démontrer.

Lundi, c’est l’ancien directeur de campagne du candidat républicain, Paul Manafort, aux nombreux contacts en Ukraine et en Russie, qui a été accusé d’avoir menti au FBI alors qu’il avait accepté de coopérer en échange d’un accord de plaider-coupable.

Selon les médias américains, M. Mueller serait proche de conclure son enquête après avoir reçu les réponses écrites du président américain, qu’il attendait depuis plusieurs mois.

TRUMP ANNULE IN FINE SA RENCONTRE AVEC POUTINE AU G20

Le président américain Donald Trump a finalement annulé sa rencontre avec son homologue russe Vladimir Poutine en marge du sommet du G20, qui s’ouvre vendredi à Buenos Aires, environ une heure après avoir estimé que leur entrevue se déroulerait à un « moment très opportun », sur fond d’escalade avec l’Ukraine.

« En partant du fait que les navires et les marins n’ont pas été restitués par la Russie à l’Ukraine, j’ai décidé qu’il serait mieux pour toutes les parties concernées d’annuler ma rencontre préalablement prévue en Argentine avec le président Vladimir Poutine », a tweeté M. Trump.

« J’ai hâte (de participer) de nouveau à un Sommet constructif (avec M. Poutine) dès que la situation sera résolue! », a-t-il ajouté.

Il a fait cette annonce quelques dizaines de minutes après avoir décollé en hélicoptère de la Maison Blanche pour embarquer à bord d’Air Force One, à destination de Buenos Aires.

Selon la porte-parole de l’exécutif Sarah Sanders, il a pris sa décision d’annuler cette rencontre après avoir discuté dans l’avion avec le secrétaire général de la Maison Blanche John Kelly et le secrétaire d’Etat Mike Pompeo, et par téléphone avec son conseiller à la sécurité nationale John Bolton, qui se trouve actuellement au Brésil.

Juste avant de quitter la Maison Blanche, le milliardaire républicain avait estimé que le sommet du G20 représentait un « moment très opportun » pour discuter avec son homologue russe.

« Je vais probablement rencontrer le président Poutine. Nous n’avons pas annulé cette rencontre. J’y songeais mais nous ne l’avons pas fait », avait-il dit.

Une « agression »

Un peu plus tôt, le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov avait fait savoir que Washington avait « confirmé la rencontre » bilatérale en marge du sommet du G20, précisant qu’elle était fixée à samedi « autour de midi » et « pourrait durer près d’une heure ».

M. Peskov avait énuméré les sujets qui auraient pu être abordés par les deux chefs d’Etat: « Les relations bilatérales, la sécurité stratégique, le désarmement et les conflits régionaux ».

La confrontation entre l’Ukraine et la Russie, réactivée par l’arraisonnement au large de la Crimée de trois navires militaires ukrainiens dimanche, menaçait d’avoir des répercussions sur le sommet de Buenos Aires.

« Je vais avoir un rapport complet dans l’avion sur ce qu’il s’est passé en la matière et cela déterminera ce que nous allons faire », avait relevé M. Trump jeudi avant son départ, qualifiant de « très importantes » les discussions avec M. Poutine.

Dans un entretien au Washington Post mardi, le président américain avait menacé d’annuler la rencontre avec le président russe. « Peut-être que je ne ferai pas cette entrevue », avait-il déclaré, soulignant « ne pas aimer cette agression » en Ukraine.

En revanche, a précisé Mme Sanders, M. Trump va participer à une réunion trilatérale avec les Premiers ministres japonais Shinzo Abe et indien Narendra Modi. Elle a également souligné que ces rencontres en tête à tête avec d’autres dirigeants, citant explicitement le président turc Recep Tayyip Erdogan, seraient des apartés en marge du sommet et non des bilatérales formelles.

(avec Afp)

A lire aussi

Strasbourg : Terrorisme ?

Le tireur radicalisé et au lourd passé judiciaire qui a fait trois morts et 13 …

Laisser un commentaire