samedi , 15 décembre 2018
Accueil / Afrique / RDC : Les Unes de l’actualité du jeudi 29 novembre 2018

RDC : Les Unes de l’actualité du jeudi 29 novembre 2018

Dernière mise à jour, le 2 décembre 2018 à 01:09

Les dépenses électorales et la stabilité macroéconomique, campagne électorale, programmes de gouvernement en milliards de dollars des candidats à la présidentielle, destabilisation du Nord-Kivu par les groupes négatifs et l’annonce d’une menace terroriste contre les installations américaines à Kinshasa, les sanctions de l’UE contre certains dignitaires congolais sont les sujets essentiels couchés dans les colonnes des journaux ce jeudi 9 novembre 2018 en République Démocratique du Congo (RDC).

Programmes de gouvernement en milliards de dollars

Avec des programmes de gouvernement de plusieurs dizaines de milliards de dollars en 5 ans, fait remarquer Forum des As, les candidats à la présidentielle du 23 décembre tombent dans le piège de la démagogie.

« A chaque prétendant, ses dizaines de milliards de dollars américains à mobiliser en cinq ans : 190 milliards USD pour Martin Fayulu. 114 milliards USD pour l’UNC Vital Kamerhe. 100 milliards pour Jean Philibert Mabaya. 90 milliards USD pour Tryphon Kin-Kiey. 86.7 milliards USD en dix ans, pour l’UDPS Félix-Antoine Tshisekedi. 86 milliards USD pour le FCC Emmanuel Ramazani Shadary. 80 à 100 milliards UD pour Samy Badibanga. 74 milliards USD pour Freddy Matungulu. 120 milliards USD pour Seth Kikuni », rapporte le quotidien.

Le péché qu’auront commis les candidats à la présidentielle, selon le journal, c’est d’annoncer des chiffres de rêve sans tenir compte de l’état réel du pays.

Les dépenses électorales et la stabilité macroéconomique

Pendant ce temps, Actualite.cd révèle : « RDC : les dépenses électorales causent un déficit de 220 milliards de FC en novembre 2018 ». Dans son communiqué diffusé le mardi 27 novembre à l’issue de la 10ème réunion du Comité de politique monétaire, la Banque centrale du Congo annonce un déficit provisoire de 220,9 milliards de francs congolais dans les finances publiques. « Au plan des finances publiques, la balance mensuelle des opérations financières de l’Etat affiche un déficit provisoire de 220,9 milliards de FC en novembre 2018 contre celui de 119,6 milliards enregistré le mois précédent », indique la BCC citée par le media en ligne.

Le gouvernement de la République démocratique du Congo a pris la résolution de financer seul les élections présidentielle et législatives nationales et provinciales prévues le 23 décembre 2018. Le budget électoral pour les trois scrutins combinés de cette année est chiffré à 526 millions USD par la Commission électorale nationale indépendante, rappelle le media.

Selon Le Potentiel, « la BCC se réjouit de la stabilité macroéconomique malgré le financement des élections sur fonds propres ». Citant la BCC, le journal note que« les principaux indicateurs macroéconomies sont au vert durant cet exercice 2018. Le franc congolais ne s’est déprécié que de 2,4% depuis le début de l’année contre 23% en 2017. Les réserves de change sont maintenues à plus d’un milliard de dollar. Le taux de croissance est maintenu à 4,1%. Le taux d’inflation en glissement annuel atteindrait à peine 7,301% ».

L’économie congolaise sera même plus solide et plus forte en 2019, foi de l’Institut d’émission, rapporte le tabloïd.

Les sanctions de l’UE contre certains dignitaires congolais

Le Potentiel annonce que l’Union européenne a jusqu’au 12 décembre pour se prononcer sur les sanctions imposées à certains dignitaires congolais.

« Entre prolongement et levée des mesures de restriction infligées, depuis mai 2017, à certaines personnalités civiles et militaires congolaises, dont le candidat de la coalition au pouvoir à la présidentielle du 23 décembre 2018, le prononcé du Conseil de l’Union européenne (UE) se fait attendre.

C’est en principe, au plus tard, le mercredi 12 décembre prochain que cet organe de l’UE devra se prononcer sur cette question », écrit le quotidien.

Menace terroriste contre les installations américaines à Kinshasa

Il faut dire que l’annonce d’une menace terroriste contre les installations américaines en RDC est inédite. Elle survient dans un contexte de campagne électorale, à un mois des scrutins prévus le 23 décembre.

L’Agence Congolaise de Presse (ACP) annonce en couverture que Washington renouvelle son appui au processus électoral en RDC. Le bulletin quotidien de l’avenue des Marais fait savoir que la sous-secrétaire d’Etat adjointe américain aux Affaires africaines, Elizabeth Fitesimmons a déclaré mercredi à Kinshasa, que les Etats-Unis soutiennent le processus électoral en cours en RDC et renouvellent leur disponibilité à accompagner ce processus.

D’après ACP, Mme Elizabeth Fitesimmons qui l’a dit lors des échanges avec le vice-Premier ministre, ministre des Affaires étrangères et intégration régionale, Léonard She Okitundu, a soutenu que les USA sont prêts à accompagner ce processus qu’elle a qualifié d’historique pour la RDC.

Au cours de ces échanges, les deux personnalités ont évoqué les questions liées au renforcement de la coopération bilatérale entre Kinshasa et Washington, au processus électoral en cours en RDC, au déploiement des observateurs internationaux lors des élections , à la menace terroriste contre les installations d’ambassade des Etats -Unis à Kinshasa ainsi qu’à la lutte contre le terrorisme.

L’Avenir qui évoque, quant à lui, la question des Elections et menaces terroristes titre que Rdc et Usa ligués. Selon le quotidien de l’avenue Bas-Congo, la République démocratique du Congo et les Etats-Unis d’Amérique restent tous engagés dans la lutte contre le terrorisme. Et toute menace ne doit jamais être négligée, au risque d’être surpris.

Pour le même journal, c’est le sens d’une audience que Léonard She Okitundu, Vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères a accordé à Mme Elizabeth Fitesimmons, Sous-secrétaire d’Etat adjointe américaine aux Affaires africaines qui a indiqué, au sujet des menaces contre les installations de l’ambassade des USA à Kinshasa, que le gouvernement de son pays prend au sérieux ces menaces parce qu’il y va de la vie des êtres humains, tout en affirmant que les USA ont apprécié l’appui des autorités de la RDC qui, immédiatement ont pris des mesures appropriées pour déployer les services de sécurité afin de sécuriser ces installations, a indiqué le journal.

Destabilisation du Nord-Kivu par les groupes négatifs

Le Potentiel qui cite Radio Okapi titre : Leila Zerrougui à Beni : « On ne peut pas permettre que des groupes négatifs continuent à déstabiliser cette région ». Cette radio en ligne parle notamment des opérations militaires menées conjointement par les Forces armées de la RDC (FARDC) et la Mission de l’ONU en RDC (MONUSCO) contre les rebelles ougandais des ADF. Dans cette interview accordée à Radio Okapi, elle souhaite que la campagne électorale se déroule dans un climat de paix.

Selon, Kinshasa Times, le 24 décembre, c’est possible qu’“on puisse rêver ensemble d’une paix durable dans ce pays”. Au cours de son voyage à Beni depuis mardi 27 novembre, la Représentante spéciale du secrétaire général des Nations Unies en RDC, Leila Zerrougui a annoncé, ce mercredi 28 novembre à la radio Okapi, des opérations conjointes des militaires des Forces armées de la RDC (FARDC) et de la Mission de l’ONU en RDC (MONUSCO) pour éradiquer les rebelles ougandais des ADF pendant la période électorale à Beni.

Campagne électorale

Les candidats de la Majorité et ceux de l’Opposition ont déroulé leur campagne depuis quelques jours pour emmener les 40 millions d’électeurs à leur octroyer la majorité.

Pour ce qui est de la campagne électorale, L’Avenir titre qu’après Lubumbashi, Shadary obtient l’adhésion de la population de Likasi. Après le Haut Katanga et le Lualaba, Emmanuel Ramazani Shadary est arrivé hier en début d’après-midi à Kamina, chef-lieu de la province du Haut Lomami, où il est accompagné de hauts cadres du Front Commun pour le Congo (FCC), conduits par le Coordonnateur du comité stratégique et Directeur de cabinet du chef de l’Etat, le professeur Néhémie Mwilanya.

Comme partout il est passé, il a sollicité à la population de Kamina des voix pour son élection à la magistrature suprême. Demande du reste bien agréée et qui sera traduite dans les actes le 23 décembre 2018, soutient L’Avenir.

Forum Des As sur les échos de la campagne note que Shadary prend une longueur d’avance sur ses concurrents. Selon le quotidien de Limete, à 24 jours de la tenue des élections en RD Congo, l’heure est donc à la campagne, bien qu’encore timide.

Et même très timide après son lancement officielle le 22 novembre en cours, elle reste une campagne. Une étape incontournable pour tout candidat à quelque niveau que ce soit.

L’Agence Congolaise de Presse (ACP) ajoute que Ramazani Shadary demande à la population du Haut Lomami de s’approprier les élections du 23 décembre 2018. Emmanuel Ramazani Shadary, candidat à la présidence du Front Commun pour le Congo, (FCC) aux élections du 23 décembre prochain, a sollicité mardi à Likasi lors de sa deuxième étape de sa campagne électorale après Lubumbashi, les voix des habitants de la ville montagneuse pour son élection à la magistrature suprême.

Dans son message à la population de Likasi, il a expliqué son projet de société qui porte sur l’émergence de la RDC, avec comme priorités l’éducation, l’emploi des jeunes et l’économie, écrit ACP.

Il a rendu hommage au Chef de l’Etat, Joseph Kabila, père de la démocratie congolaise pour le choix porté sur sa personne comme candidat du FCC. Poursuivant sa route, le dauphin de Joseph Kabila a vu son cortège arrêté au niveau du village Luambo, dans le territoire de Kambove. Il a dû se plier à la volonté de la population et communier avec elle, ajoute L’ACP.

A lire aussi

Présidentielle : Le Ne Ne Ne de la CENCO

Considéré comme une période de haute tension sociale où les adversaires politiques et leurs partisans …

Laisser un commentaire