jeudi , 22 août 2019
Accueil / Afrique / RDC : Ébola reste dangereuse, mais ne constitue pas encore une urgence sanitaire de portée internationale

RDC : Ébola reste dangereuse, mais ne constitue pas encore une urgence sanitaire de portée internationale

L’épidémie à virus Ebola sévissant dans la partie Est de la République Démocratique du Congo (RDC) est loin d’être maitrisée. Déclarée depuis le 1er août 2018, ladite maladie a emporté déjà 236 personnes. Le week-end dernier, 9 nouveaux cas confirmés, dont 4 à Beni, 2 à Butembo, 2 à Kalunguta et 1 à Katwa dans la province du Nord – Kivu, ont été recensés aux côtés de 5 nouveaux décès de cas confirmés, dont 2 à Beni, 2 à Butembo, et 1 à Katwa, rapporte Ministère de la Santé. La majorité des cas sont rapportés dans la ville de Beni, repère des rebelles ougandais des ADF depuis plusieurs années.

L’épidémie à virus Ebola sévissant au Nord-Kivu et dans l’Ituri est loin d’être maitrisée. Déclarée depuis le 1er août 2018, ladite maladie a emporté déjà 236 personnes, d’après le communiqué du Ministère de la Santé publique.  

Le week-end dernier, 9 nouveaux cas confirmés, dont 4 à Beni, 2 à Butembo, 2 à Kalunguta et 1 à Katwa dans la province du Nord – Kivu, ont été recensés aux côtés de 5 nouveaux décès de cas confirmés, dont 2 à Beni, 2 à Butembo, et 1 à Katwa, rapporte la même source. La majorité des cas (179 et 103 décès) sont rapportés dans la ville de Beni (Nord-Kivu), repère des rebelles ougandais des Alliance des forces démocratiques & alliés (ADF) depuis plusieurs années.

Au total, l’épidémie touche 14 entités administratives dont deux villes (Beni et Beni), soit 11 entités du Nord-Kivu et trois de l’Ituri.  Cette épidémie reste dangereuse, mais ne constitue pas encore une urgence sanitaire de portée internationale, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Il sied de noter que le virus Ebola se propage par contact physique avec des fluides corporels infectés (sécrétions des muqueuses, salive, la sueur, les vomissures, les matières fécales ou le sang) et provoque une fièvre hémorragique importante et une défaillance des organes qui peut entraîner la mort.

Pour rappel, la République démocratique du Congo connait sa dixième épidémie d’Ebola depuis 1976. Cette épidémie d’Ebola est la plus importante que le pays ait connue. Elle est une première qui touche le Nord – Kivu et l’Ituri, deux provinces en proie à des conflits armés. Les interventions médicales y sont entravées par l’insécurité qui règne dans la région.

La riposte est compliquée par la résistance des communautés locales face aux équipes sanitaires, constate-t-on.

D’ailleurs, un centre de transit a été crée, jeudi 15 novembre, dans la ville de Beni pour isoler tous les cas suspects en attente de leurs résultats du laboratoire. Equipé de 16 lits, ce centre est situé en face du bureau du chef de la zone de santé, selon le ministère de la Santé. En fait, il a été construit afin d’alléger la charge du CTE de Beni de 60 lits qui était régulièrement rempli en raison de l’afflux important de cas suspects détectés ces derniers jours dans cette ville devenue l’épicentre de la dixième épidémie d’Ebola en RDC.

Malgré des efforts du gouvernement congolais et de ses partenaires, la pandémie à virus Ebola continue à se propager. La situation ne fait qu’empirer dans l’Est du pays.

(avec Hervé Ntumba)

A lire aussi

PALU : C’est la guerre entre Lokondo et Lugi

Le regroupement politique « Palu et Alliés » traverse une zone de forte turbulence. À …

Laisser un commentaire