lundi , 27 mai 2019
Accueil / Afrique / Élections : Insuffisance des machines à voter en RDC
Reception des machines a voter au Kongo Central par le président de la CENI-RDC.
Reception des machines a voter au Kongo Central par le président de la CENI-RDC.

Élections : Insuffisance des machines à voter en RDC

Dernière mise à jour, le 26 novembre 2018 à 12:17

Christophe Lutundula a précisé à Top Congo : « Nous disons à la population qu’il faut aller le 23 décembre partout où il y a des bureaux de vote et exiger le bulletin papier ». Par contre, la Céni estime qu’il est pratiquement impossible d’écarter la machine à voter. Pour lui, la Céni n’a jamais voulu faire autres choses que de les mettre devant un fait accompli. « Nous n’allons pas céder. Nous allons continuer notre combat avec le peuple congolais », a-t-il prévenu. « Nous n’avons jamais changé notre position. Les élections doivent avoir lieu le 23 décembre 2018, mais sans la machine à voter », a-t-il conclu. De son côté, Adolphe Muzitu, l’un des cadres de la coalition « Lamuka », a affirmé qu’il n’y aura pas d’élections le 23 décembre. « Il y a deux, trois mois, j’avais prédit que Kabila ne veut pas organiser les élections. Il ne peut organiser les élections qu’en étant sûr de les frauder pour rester au pouvoir à travers son dauphin. Et donc, cela ne m’étonne pas. En fait cela traduit finalement le fait que M. Kabila ne veut pas d’élections. Il n’aura pas d’élections », a-t-il clamé. Selon certaines indiscrétions, l’insuffisance des machines à voter constitue un problème majeur pouvant retarder les élections. 

Le coup d’envoi de la campagne électorale a été donné officiellement ce jeudi en RDC. Toutefois, la coalition « Lamuka » reste dans l’incertitude de voir le pouvoir en place organiser les « vraies » élections. Il s’agit de Christophe Lutundula et d’Adolphe Muzitu, tous ténors de la coalition, qui sont montés au créneau pour manifester leur doute concernant la tenue des élections.

Trois scrutins doivent se tenir le 23 décembre : présidentielle, législatives et provinciales. Des élections très attendues par les Congolais. Même si la Commission électorale nationale indépendante (Céni) est en train de tout mettre en œuvre pour organiser les élections, conformément à son calendrier, certains leaders politiques restent sceptiques sur les conditions d’organisation de ces élections. D’autres boycottent l’usage de la machine à voter qu’ils qualifient de la tricherie orchestrée par le Front commun pour le Congo (FCC).

Il y a d’abord l’absence de consensus autour de la machine à voter. Une partie des 21 candidats en lice la rejette, considérant qu’elle n’est ni fiable ni légale. Même chose pour le fichier électoral jugé « corrompu » par certains à cause, notamment de ses 6 millions d’électeurs enregistrés sans empreinte.

Dans le même ordre d’idées, un cadre de « Lamuka » Christophe Lutundula a précisé à Top Congo : « Nous disons à la population qu’il faut aller le 23 décembre partout où il y a des bureaux de vote et exiger le bulletin papier ». Par contre, la Céni estime qu’il est pratiquement impossible d’écarter la machine à voter. Pour lui, la Céni n’a jamais voulu faire autres choses que de les mettre devant un fait accompli.

« Nous n’allons pas céder. Nous allons continuer notre combat avec le peuple congolais », a-t-il prévenu. « Nous n’avons jamais changé notre position. Les élections doivent avoir lieu le 23 décembre 2018, mais sans la machine à voter », a-t-il conclu.

De son côté, Adolphe Muzitu, l’un des cadres de la coalition « Lamuka », a affirmé qu’il n’y aura pas d’élections le 23 décembre.

« Il y a deux, trois mois, j’avais prédit que Kabila ne veut pas organiser les élections. Il ne peut organiser les élections qu’en étant sûr de les frauder pour rester au pouvoir à travers son dauphin. Et donc, cela ne m’étonne pas. En fait cela traduit finalement le fait que M. Kabila ne veut pas d’élections. Il n’aura pas d’élections », a-t-il clamé.

Selon certaines indiscrétions, l’insuffisance des machines à voter constitue un problème majeur pouvant retarder les élections. Une partie des 40 000 machines arrivées à Kinsahsa est déjà en route vers l’intérieur.

(avec Hervé Ntumba)

A lire aussi

Ebola : Situation précaire en RDC

La situation épidémiologique de la maladie à virus Ebola demeure toujours précaire. Vingt- et-une personnes …

Laisser un commentaire