samedi , 15 décembre 2018
Accueil / Afrique / Colonisation : Les pays européens doivent rendre à l’Afrique ses œuvres d’arts

Colonisation : Les pays européens doivent rendre à l’Afrique ses œuvres d’arts

Dernière mise à jour, le 28 novembre 2018 à 01:05

Comment rendre à l’Afrique des milliers d’œuvres d’art arrivées sous la colonisation et conservées dans les musées français, dont celui du Quai Branly ? un changement du code du patrimoine pour permettre des restitutions, quand des États africains sont demandeurs. En vertu du droit français actuel, ces œuvres ne peuvent quitter le territoire français. Le président Emmanuel Macron va devoir trancher un nœud gordien, reprenant ou atténuant des propositions radicales qui tirent les conséquences d’une ouverture qu’il avait appelée de ses vœux en novembre 2017 à Ouagadougou. Il avait alors reconnu que l’Afrique avait droit à son patrimoine. Une démarche accueillie comme un acte de justice, mais aussi comme une boîte de Pandore, avec de multiples complexités et chausse-trappes potentiels. Entre 85 à 90% du patrimoine africain serait hors du continent, principalement dans les musées européens, selon les experts. Un constat qui concerne aussi les puissances coloniales belge, britannique et allemande.

Un rapport d’experts très attendu qui propose un changement radical de la loi française pour redonner à l’Afrique une partie de son patrimoine d’œuvres d’art est remis vendredi à l’Elysée au président Emmanuel Macron qui va devoir juger de sa faisabilité.

Comment rendre à l’Afrique des milliers d’œuvres d’art arrivées sous la colonisation et conservées dans les musées français, dont celui du Quai Branly? C’est à ce casse-tête que propose de répondre le rapport des deux universitaires français et sénégalais, Bénédicte Savoy et Felwine Sarr.

Proposition majeure: un changement du code du patrimoine pour permettre des restitutions, quand des États africains sont demandeurs. En vertu du droit français actuel, ces œuvres ne peuvent quitter le territoire français.

Le rapport suggère un échéancier précis en trois phases et dresse un inventaire d’une partie des dizaines de milliers d’objets que les colons ont rapporté d’Afrique entre 1885 et 1960.

Le Président va devoir trancher un nœud gordien, reprenant ou atténuant des propositions radicales qui tirent les conséquences d’une ouverture qu’il avait appelée de ses vœux en novembre 2017 à Ouagadougou.

Il avait alors reconnu que l’Afrique avait droit à son patrimoine. Une démarche accueillie comme un acte de justice, mais aussi comme une boîte de Pandore, avec de multiples complexités et chausse-trappes potentiels.

Entre 85 à 90% du patrimoine africain serait hors du continent, principalement dans les musées européens, selon les experts. Un constat qui concerne aussi les puissances coloniales belge, britannique et allemande.

M. Macron avait évoqué à Ouagadougou « un délai de cinq ans » pour des restitutions temporaires ou définitives. Le rapport Savoy-Sarr penche vers des restitutions définitives.

Les deux chercheurs lui présenteront leurs conclusions dans l’après-midi en présence des ministres des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian et de la Culture Franck Riester.

« Il a vocation à être enrichi par des consultations supplémentaires dans lesquelles le ministère de la Culture aura toute sa place », a-t-on indiqué dans l’entourage de la présidence.

« Pas un oui ou un non »

Le périmètre de la spoliation engloberait les biens pillés, volés, butins de guerre, mais aussi ceux, très nombreux, acquis à des prix dérisoires.

Le rapport cite l’exemple d’un objet acheté lors d’une mission ethnographique en 1931: « un masque de la région de Ségou (dans l’actuel Mali), exposé au Quai Branly, avait été payé 7 francs « l’équivalent d’une douzaine d’œufs ».

Au moins 90.000 objets d’art d’Afrique sub-sahariennes sont dans les collections publiques françaises. Plus des deux tiers des objets d’art –70.000– se trouvent au Quai Branly, dont 46.000 « acquises » durant la période 1885-1960. Plus de vingt mille autres se trouvent dispersés dans de nombreux musées.

Selon une experte de l’art africain qui a requis l’anonymat, « il ne s’agit pas de donner un oui ou un non. Plus que de belles paroles, il y a des mesures à mettre en place dans une concertation étroite ».

En Afrique, outre le coût et les infrastructures de conservation manquantes, pourraient se poser des contestations territoriales, quand des œuvres appartenaient à des royaumes disparus.

Selon l’avocat spécialisé Yves-Bernard Debie, opposé aux restitutions, « ce rapport est inopérant », car « aucun marchand d’art africain ancien n’a été consulté ».

Selon Maître Alexandre Giquello, de la maison de ventes Binoche et Giquello, spécialisée dans les collections d’art primitif, il est « inapplicable »: « 90% des biens africains ont été achetés, offerts, échangés, troqués » et sont souvent détenus « d’absolue bonne foi ».

Les deux universitaires se sont défendus mercredi d’avoir rédigé un brûlot: « Nous avons été soucieux de faire ce travail de façon très méticuleuse, aucunement de façon polémique ».

Le Bénin, qui avait contribué à lancer le dossier avec sa réclamation des statues royales d’Abomey, s’est félicité que « la France soit allée au bout du processus ».

« Que les objets viennent et qu’ils repartent, ça ne nous pose pas problème mais nous voulons avoir accès à ces objets », a réagi la directrice du musée des civilisations de Côte d’Ivoire, Silvie Memel Kassi. « Ce n’est pas un mal en soi qu’ils soient en France. Ils y ont été conservés et répertoriés. L’important est de travailler ensemble ».

RESTITUTIONS : 3 PHASES PROPOSÉES

Au moins 90.000 objets d’art d’Afrique sub-sahariennes se trouvent dans les collections publiques françaises et trois phases sont proposées pour les restitutions par le rapport Savoy-Sarr remis vendredi au président Emmanuel Macron.

Plus des deux-tiers des objets d’art –70.000– se trouvent au Musée du Quai Branly-Jacques Chirac, dont 46.000 « acquises » durant la période 1885-1960, donc susceptibles selon le rapport Savoy-Sarr d’être restitués.

Plus de vingt mille autres se trouvent dispersés dans de nombreux musées, notamment dans les villes portuaires.

Ce chiffre n’inclut pas plusieurs milliers d’objets hébergés par les musées des missions, qui rassemblent des objets collectés par les congrégations catholiques en Afrique.

Le rapport cite de grands musées européens qui ont aussi de larges collections africaines: le Musée Royal de l’Afrique Centrale de Belgique (180.000), le British Museum (69.000 objets), le Weltmuseum de Vienne (37.000), le futur Humboldt Forum de Berlin (75.000), le Weltmuseum de Vienne (37.000).

Selon le rapport, les collections dans les musées nationaux africains excèdent rarement 3.000 oeuvres, souvent de peu de valeur artistique.

Au Quai Branly, les pièces venant du Tchad sont les plus nombreuses (9.296), car son territoire est au point de jonction entre l’Afrique du nord et l’Afrique sub-saharienne.

Viennent ensuite Madagascar (7.590), Mali (6.910), Côte d’Ivoire (3.951), Bénin (3.157), Congo (2.593), Gabon (2.448), Sénégal (2.281), Guinée (1.997).

Des pièces proviennent de territoires qui n’ont pas été colonisés par la France: Ethiopie (3.081), Ghana (1.656), Nigeria (1.148), RDCongo (1.428). Celles d’Afrique australe (9.282) et d’Afrique de l’Est (5.343) sont bien moins nombreuses.

Le rapport Savoy-Sarr, que le président Macron peut accepter, rejeter, compléter, amender à sa guise, propose trois phases pour les restitutions:

La première devrait aller de la remise du rapport vendredi au printemps 2019. L’inventaire des pièces majeures bien connues détenues dans des musées français devrait être envoyé aux Etats correspondant aux territoires coloniaux d’où elle proviennent. Ces oeuvres, venant du Bénin, Sénégal, Nigéria, Ethiopie, Mali, Cameroun, réclamées depuis longtemps, sont listées spécifiquement.

C’est « une manière de démontrer la vraie volonté de restitution de l’Etat français », insiste le rapport, selon lequel des mesures législatives devraient être prise dès la première phase pour rendre les restitutions irrévocables.

Le transfert de ces pièces devrait être effectué, si les pays d’origine considèrent déjà qu’ils sont en mesure de les recevoir, et une méthodologie de restitutions élaborée en commun.

La seconde phase, du printemps 2019 à novembre 2022, devrait permettre un inventaire complet, faciliter l’accès et le partage des documents digitaux, mettre en place des commissions et des ateliers dans le cadre d’un « dialogue intensif ».

Aucune date de fin n’est prévue pour cette troisième phase qui commencerait en novembre 2022. Ce serait celle du transfert de la majeure partie des oeuvres, selon les deux auteurs, qui estiment en outre que « les pays africains doivent être assurés que leurs demandes de restitutions seront reçues au delà des cinq ans » (le laps de temps évoqué par Emmanuel Macron dans son discours de Ouagadougou en 2017).

(avec Afp)

A lire aussi

Le régime de Kigali recrute des jeunes burundais pour « déstabiliser » le Burundi

Le Rwanda « est le principal facteur de déstabilisation de mon pays et par conséquent, …

Laisser un commentaire