jeudi , 22 août 2019
Accueil / Afrique / Élections RDC : Sans machine à voter ? Et avec la machine à tricher

Élections RDC : Sans machine à voter ? Et avec la machine à tricher

Le défi de l’Opposition de rester unie peut être un vœu pieux. En effet, outre ceux qui ont préféré trahir le peuple à Genève, le groupe d’opposants restés à Kinshasa sont loin d’accorder leurs violons. Ils sont bien disposés d’évoluer en ordre dispersé. Loin d’eux l’idée de rejeter la ‘‘fameuse’’ machine. Ils confortent ainsi la position du gouvernement qui ne cherche nullement de se passer de l’assistance technique sud-coréenne à la fraude électorale.

Le go de la campagne électorale pour la présidentielle, les législatives et les provinciales 2018, qui auront lieu le 23 décembre, intervient le jeudi 22 novembre. Sans machine à voter pour l’Opposition pure et dure qu’incarne le candidat de la coalition Lamuka (Réveille-toi) et avec la machine à tricher, foi d’autres Congolais qui se disent opposants ayant rallié le camp Kabila.

Dans ce cas, le défi de l’Opposition de rester unie peut être un vœu pieux. En effet, outre ceux qui ont préféré trahir le peuple à Genève, le groupe d’opposants restés à Kinshasa sont loin d’accorder leurs violons. Ils sont bien disposés d’évoluer en ordre dispersé. Loin d’eux l’idée de rejeter la ‘‘fameuse’’ machine. Ils confortent ainsi la position du gouvernement qui ne cherche nullement de se passer de l’assistance technique sud-coréenne à la fraude électorale. C’est dire qu’à 48 heures du début de la campagne électorale, les machines à voter continuent toujours à diviser en RD Congo.

Qu’à cela ne tienne, le compte à rebours à commencer. Le lancement de la campagne électorale sonne le glas de l’élection présidentielle très attendue en République démocratique du Congo. Car devant consacrer le changement par l’alternance au pouvoir à la tête du pays, de manière démocratique. Une première en RDC.

C’est ainsi que cette campagne devra être menée de façon démocratique par les candidats et surtout par leurs représentants. Cela en évitant les invectives, les propos discourtois, les calomnies et autres voies de fait sur d’autres candidats ou leurs accompagnateurs.

C’est, ici, l’occasion d’attirer l’attention des responsables des médias publics sur le fait que ceux-ci doivent être mis à la disposition de tous les candidats. Cela en respectant le temps d’antenne pour chacun, en veillant au contenu des messages qui devraient être rassembleurs plutôt que diviseurs.

En effet, l’on ose croire qu’en lieu et place du théâtre présenté à Genève pour trouver un candidat commun de l’Opposition, les Congolais (opposants et pro pouvoir) vont montrer à la face du monde leur maturité politique dans la démocratie. L’objectif ne serait atteint que si tous les candidats, à quelque niveau que ce soit, joue franc jeu.

(avec lePotentiel)

A lire aussi

PALU : C’est la guerre entre Lokondo et Lugi

Le regroupement politique « Palu et Alliés » traverse une zone de forte turbulence. À …

Laisser un commentaire