mardi , 17 septembre 2019
Accueil / Afrique / Présidentielle : Tout est encore possible pour l’opposition congolaise
Opposition congolaise, signature de l'accord désignant le candidat commun a la présidentielle 2018.
Opposition congolaise, signature de l'accord désignant le candidat commun a la présidentielle 2018.

Présidentielle : Tout est encore possible pour l’opposition congolaise

Dernière mise à jour, le 20 novembre 2018 à 11:31

Jean Pierre Bemba et ses pairs tiennent toujours. En véritables hommes d’État, ils ne cessent de manifester leur solidarité et leur soutien à Martin Fayulu Madidi, le candidat commun de l’opposition à la présidentielle du 23 décembre 2018, désigné il y a quelques heures à l’issue de longs moments d’échanges.

La tempête continue de souffler au sein de l’opposition politique, principalement dans le « Lamuka », un nouveau vent créé par un groupe de sept leaders de l’opposition à Genève, en Suisse. Après le volte-face du président national de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), Félix Antoine Tshisekedi et celui de son homologue de l’Union pour la nation congolaise (UNC), Vital Kamerhe, les cinq « leaders » qui restent encore dans le navire semblent déterminer à aller jusqu’au bout.

Le groupe de 5 va-t-il continuer avec le même zèle et la même détermination ? Surtout, les 5 vont-ils cheminer ensemble tout en étant guidés par l’Accord dit de Genève ?

Visiblement, Jean Pierre Bemba et ses pairs tiennent toujours. En véritables hommes d’État, ils ne cessent de manifester leur solidarité et leur soutien à Martin Fayulu Madidi, le candidat commun de l’opposition à la présidentielle du 23 décembre 2018, désigné il y a quelques heures à l’issue de longs moments d’échanges.

Ce qui parait prioritaire pour l’instant, à moins de dix jours du lancement de la campagne électorale, c’est de peaufiner des stratégies pouvant leur permettre de mieux faire. Martin Fayulu Madidi et son groupe ont l’obligation de résultat. Ils doivent prouver à la face du monde qu’ils sont capables de se surpasser, de mettre de côté leurs ego et considérer l’intérêt supérieur de la nation.

Pour avancer dans les larges et braver les vagues de ce grand océan électoral qui s’annonce, le groupe de 5 doit oublier le revirement de Félix Tshisekedi et son partenaire occasionnel Vital Kamerhe, qui ont préféré obéir à leurs « bases » qu’au respect de leurs signatures. Ce qui pourra permettre l’alternance au pouvoir et redonner aux Congolais leur fierté. Etant donné que pour l’instant et malgré le démon de division qui le mine, le groupe « Lamuka » a tout le soutien d’une bonne partie de la population congolaise qui aspire au changement. Sinon, Genève n’aura servi à rien.

(avec lePotentiel)

A lire aussi

Gouvernement : Un programme ambitieux mais utopique en RDC

Dernière mise à jour, le 16 septembre 2019 à 04:05 Le gouvernement de la République …

Laisser un commentaire